Rockets

Clint Capela joue avec deux virus : difficile de performer quand vous ne pouvez pas respirer

Clint Capela

Il a beau venir des montagnes suisses, Clint Capela n’avait pas l’air de bien respirer dans l’Utah.

Source image : YouTube/NBA

Limité à 4 points, 7 rebonds et 2 passes décisives cette nuit dans le Game 4 face au Jazz, Clint Capela avait une bonne excuse. Le pivot des Rockets a été diagnostiqué avec deux maladies respiratoires.

Un adénovirus et une klebsielle. C’est le joli petit nom des deux bactéries qu’un docteur de Salt Lake City a diagnostiqué à Clint Capela. Rien de grave pour le Suisse, qui devrait tout de même en avoir pour quatre ou cinq jours de maladie, mais un petit problème pour les Rockets. L’air de l’Utah ne fait visiblement pas du bien à tout le monde. Mais au moins maintenant, on sait pourquoi le pivot avait l’air d’avoir passé un peu trop de temps avec Kenneth Faried, au point d’avoir les yeux rougis. C’était en fait à cause des petites gouttes pour les yeux prescrites par le docteur, en plus de médicaments classiques. Cette maladie explique également pourquoi Capela a rendu sa pire copie de la saison lors du Game 4 perdu cette nuit. Avec 4 points, 7 rebonds et 2 passes décisives, avec un +/- de -20, son deuxième pire de la saison, le 25ème choix de la Draft 2014 est passé à côté de son match, au même titre que ses coéquipiers, limités à 35,4% au tir et seulement 28 paniers inscrits, dont 26 par le cinq majeur ! Une déception, mais pour Capela, le combat avec la maladie rend les choses plus compliquées, comme il l’explique à ESPN.

« C’est dur… Surtout quand j’essaye de respirer, c’est difficile. Je vais juste essayer de combattre la maladie du mieux que je peux. »

Pas facile facile d’affronter le Jazz, à Salt Lake City, et de faire face à la défense étouffante des Mormons quand vous ne pouvez déjà pas respirer normalement. Cela dit, le pivot des Rockets peut se satisfaire d’une chose. S’il a certes rendu une copie quasiment blanche au vu de ses standards, le Suisse a complètement fait déjouer Rudy Gobert. Le Français termine également à 4 points (2/4), mais prend seulement deux rebonds de plus, pour finir à neuf unités. Il ajoute également 3 contres, soit juste un de moins que le total de Houston. Désormais, les Fusées vont rentrer dans le Texas, et tenteront de boucler la série dès le Game 5, prévu ce mercredi. L’air de H-Town fera peut-être du bien à Capela, qui sauf miracle sera à nouveau diminué pour affronter la bande à Donovan Mitchell. Et bien que le pivot n’ait joué « que » 28 minutes cette nuit, Mike D’Antoni semble préférer opter pour des lineups ultra-small ball plutôt que de responsabiliser ses autres grands. Kenneth Faried n’a joué que cinq minutes, Isaiah Hartenstein à peine une minute et Nene n’a pas foulé le parquet. Cela dit, les Rockets mènent toujours 3-1 dans la série, et problèmes respiratoires ou non, aucune équipe n’a jamais réussi à remonter un déficit de 3-0 en Playoffs. Un petit contretemps donc, pour Capela à ses copains. Si le natif de Genève a du mal à respirer, ses coéquipiers devront tout de même éviter de choker trop fort…

Battus assez lourdement (107-91) alors qu’ils menaient à l’entame du dernier quart-temps, les Rockets ont manqué l’occasion de réussir le sweep. Comme l’an passé, l’affaire pourrait se régler en cinq matchs, dès mercredi. Mais attention à ne pas se rater, sous peine de donner de l’allant à un Jazz qui ne demande que ça.

Les visiteurs ont tapé :

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top