6ème Homme

Avis de la rédaction – Sixth Man of the Year : Lou Williams, Domantas Sabonis, Carmelo Anthony… la rédac ouvre son cœur

6th man

Comme d’hab, Lou Will sera bientôt entouré de deux figurants.

Source image : Montage TrashTalk via YouTube

Après une saison régulière 2018-19 qui a livré ses derniers secrets il y a quelques heures, passons sans plus attendre aux pronostics pour tous les trophées qui seront distribués en fin d’année : tout de suite le Sixième Homme de l’Année 2018-19, pas forcément la course dans laquelle le suspense est le plus insoutenable.

Et d’ailleurs, comme d’habitude, vous connaissez le principe : le but est de partager tous ensemble nos avis, pas uniquement les catapulter pour ne rien avoir en retour. On attend donc vos propres votes, avec votre petit texte et ce qui vous rend sûr et certain de votre choix. Sans plus attendre, voici les génies du jour.

David

  1. Lou Williams
  2. Derrick Rose
  3. Domantas Sabonis

On ne rajoutera rien sur Lou Will, tout a été dit année après année sur ses qualités exceptionnelles en sortie de banc qui font de lui la référence des second units. J’aurais adoré filer le trophée à D-Rose tant j’ai pris du plaisir à revoir certains soirs le MVP 2011, mais il faut être réaliste, il est en retrait de Williams dans tous les domaines. Ce n’est pas lui faire injure, juste constater une fois encore à quel point Lou est dingue dans ce rôle de sixième homme que Derrick commence juste à embrasser. Pour boucler le podium, le petit Sabonis et son quasi double-double en vingt-cinq minutes sans débuter les matchs est attendu.

Ben

  1. Lou Williams
  2. Domantas Sabonis
  3. Spencer Dinwiddie

J’aurais adoré citer Derrick Rose mais il y avait encore de grands malades pour sortir du banc cette saison. A part Lou Williams qui devrait être hors catégorie à force de défoncer la concurrence chaque année dans la course à un trophée qui devrait porter son nom (rappelez-nous pourquoi il n’est pas titulaire déjà ?), Domantas Sabonis a terminé de convaincre les fans des Pacers qu’ils avaient remporté le trade envoyant PG à OKC avec une énergie inépuisable sous les paniers. Enfin, malgré sa blessure Spencer Dinwiddie a contredit toutes les théories qui énoncent qu’un joueur arrête de jouer une fois son gros contrat signé. Si les Nets en sont là aujourd’hui c’est d’abord grâce à l’un des plus grosses rotations au poste de meneur dans la ligue.

Alexandre

  1. Lou Williams
  2. Domantas Sabonis
  3. Spencer Dinwiddie

Un peu de moins de 27 minutes en sortie de banc pour 20 points, 3 rebonds et plus de 5 passes décisives. Le tout en tant que véritable leader offensif, go-to-guy d’une équipe des Clippers qui a surpris tout le monde cette saison. Lou Williams est le meilleur sixième homme cette saison, sans aucun doute. Derrière lui, Domantas Sabonis et Spencer Dinwiddie complètent le podium. Le fils d’Arvydas a envoyé un quasi double-double (14,3 points et 9,3 rebonds de moyenne) pendant que le guard des Nets est devenu l’une des valeurs les plus sûres de la ligue pour ce qui est de tenir la baraque de la second unit.

Giovanni

  1. Lou Williams
  2. Dwyane Wade
  3. Domantas Sabonis

Big up pour commencer à Messieurs Harrell, Dinwiddie, Rose ou… Parker (Jabari un peu, Tony beaucoup), mais difficile de descendre l’un des trois mecs ci-dessus de mon podium. Pour Lou Williams on ne reviendra pas forcément dessus, le mec tourne à 20 points en sortie de banc et est le meilleur joueur d’une équipe qualifiée pour les Playoffs. Time comme dirait l’autre. Pour les deux autres on partira sur un choix technico-tactique (Sabonis) et un choix du coeur avec Flash. Domantas est le symbole de la bonne tenue du banc des Pacers, le symbole même de la bonne tenue… des Pacers tout court. Intraitable, jamais exceptionnel mais jamais mauvais, le mec est tout simplement à la même ligne que constance et solidité dans le dico. Pour Wade c’est autre chose, mais ses 15 points, 4 rebonds, 4 passes ont font quasiment le meilleur joueur de Miami cette saison encore. Comme chacune des treize années qu’il y a passé en fait, enfin presque.

Bastien

  1. Lou Williams
  2. Spencer Dinwiddie
  3. Montrezl Harrell

Y’a une question autour de ce trophée ? Non ? On est bons ? Allez, on va dire qu’il faut expliquer sa sélection à une daronne de 60 piges, qui n’a jamais vraiment entendu parler de Lou Williams. Ce garçon, là oui le petit, et bien il met plus de 20 points par match, sans démarrer le match avec ses copains. Et puis son équipe, bah elle va en phases finales, alors que c’était pas prévu. Et puis dans l’histoire, bah c’est devenir le meilleur marqueur remplaçant de tous les temps. Et puis ses deux copines là, bah ce sont ses responsables en communication ouais. Lou Will, easy vainqueur de ce trophée qui lui va comme un gant.

Nicolas

  1. Lou Williams
  2. Spencer Dinwiddie
  3. Domantas Sabonis

Lou Williams, évidemment. Il n’y a pas vraiment débat tant Lou a cartonné en sortie de banc avec les Clippers, l’une des belles surprises de la saison. Déjà vainqueur du trophée en 2015 et 2018, Williams devrait donc sauf scandale réaliser le triplé. Quand vous tournez à 20 points de moyenne en même pas 27 minutes, que vous êtes décisif en fin de match et que vous êtes le leader offensif d’une équipe qui va disputer les Playoffs à l’Ouest, vous méritez d’être récompensé. Ah oui, on oubliait, Lou a aussi battu le record du nombre de points marqués par un remplaçant cette saison. Bref, Williams est seul au monde et personne ne peut rivaliser avec lui.

Matthieu

  1. Lou Williams
  2. Derrick Rose
  3. Domantas Sabonis

C’est peut-être le trophée avec le moins de suspense. Qui peut vraiment prétendre être un meilleur sixième homme cette année que Lou Williams ? Le roi du plan à 3 est le leader des Clippers, est devenu le meilleur marqueur remplaçant de l’histoire et est le meilleur joueur de son équipe. Aucune contestation. Mais on a eu de beaux sixièmes hommes au sein de la Ligue. À commencer par Derrick Rose, ressuscité cette saison aux Wolves. Sa pointe à 50 puntos reste comme l’un des temps forts de l’année. En troisième place, big up au formidable joueur lituanien, Domantas Sabonis. Quasiment en double-double, quasiment à 60% au tir, alors qu’il joue moins de 25 minutes par match. C’est un rouage essentiel au système de Nate McMillan et à seulement 22 ans, il a encore tout l’avenir devant lui. Son papa peut être fier.

Robin

  1. Lou Williams
  2. Derrick Rose
  3. Montrezl Harrell

La course où il y’a moins de débat cette saison, Lou Williams a écrasé la concurrence et soulèvera le trophée pour la seconde année consécutive, juste beaucoup trop fort. Le meilleur joueur d’une équipe de Playoffs évolue en sortie de banc et c’est Lou Will. Derrick Rose arrive en seconde position selon moi cette saison. Bon, d’accord, le sentimental entre peut-être un peu en jeu mais il n’empêche que le joueur des Wolves est revenu sur le devant de la scène avec une magnifique campagne et ça, ça fait tant de bien. Pour compléter ce trio, Montrezl Harrell. Oui, deux joueurs des Clippers sur le podium, il faut dire que ce banc a tant dominé les autres cette saison que c’est mérité. Le poste 5 energizer s’est révélé et a trouvé sa place en NBA cette année. Une place certaine, celle du cauchemar de tous les pivots back-up de la Ligue.

Voilà pour nos pronostics maison, ou plutôt nos avis persos, ou en fait… un peu des deux. Comme dit un peu plus haut on attend les vôtres en commentaire, juste ci-dessous ou sur les réseaux pouloulou, et on ressortira tout ça au moment de l’annonce du trio final, et fin juin pour les seconds NBA Music Awards de l’histoire. Mais d’ici-là… place aux Playoffs.

Les visiteurs ont tapé :

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top