Suns

La cheville de Devin Booker a salement tourné : sans doute la fin de saison pour le pyromane des Suns

Devin Booker

La cheville de Devin Booker a à nouveau tourné. Coup dur pour les Suns à l’approche des Playoffs.

Source Image : NBA League Pass

Dans une défaite des Suns (pléonasme) face au Jazz, l’évènement majeur s’est produit dés le milieu du premier quart-temps. La cheville de Devin Booker a tourné et l’arrière a quitté le match, sans doute la dernière image de sa saison.

Année comme les autres pour Devin Booker. Celui qui annonçait à la fin de la saison dernière que c’était la dernière qu’il allait disputer sans participer aux Playoffs s’est bien loupé, et le franchise player des Cactus a finalement vécu une saison à l’image de ses précédentes dans la Grande Ligue. Des statistiques magnifiques, un talent indéniable mais encore et toujours des défaites. Beaucoup de défaites, puisque les Suns sont à trois matchs de la fin de saison la deuxième pire équipe de la Ligue. Un bilan immonde de 18 victoires pour 61 défaites et une dernière place à l’Ouest, l’avant dernier étant quand même… treize victoires plus haut. Un gouffre. La franchise de l’Arizona pourrait néanmoins sauver sa saison et faire un back-to-back first pick de Draft et la perspective d’un trio Devin Booker – Zion Williamson – DeAndre Ayton, par exemple, donne une trique aux fans qui rendrait jaloux Rocco Siffredi. Simplement, ne pas gagner doit commencer à être extrêmement pesant et quelque soit le choix de Draft de Phoenix cette saison, les jeunes doivent se développer, Igor Kokoskov doit imposer sa patte et les victoires ont pour obligation de commencer à pleuvoir. Sauf que pleuvoir, ça n’est pas une spécialité dans l’Arizona et que l’impression de lose commence à trop coller à la peau d’une franchise qui n’a pas disputer les Playoffs depuis la saison 2009-10 et l’élimination des partenaires de Steve Nash en finale de Conférence.

Pour en revenir au garçon drafté en 2015, les joutes de postseason sont toujours un voyage en terre inconnue. Il a encore une fois livré une saison statistique individuelle magnifique, bonifiant une nouvelle fois sa production avec 26,9 points, 4,2 rebonds et 6,9 passes à 47% au tir… toujours assez dispendieux du parking (33%) mais toujours est-il que le joueur de 22 ans a encore amélioré ses moyennes de points et de passes de plus de deux unités chacuneset que c’est une belle performance. Le pyromane a encore eu ses coups de chaud et sur les 63 matchs qu’il a disputé, quinze se sont soldés par des performances à plus de 35 points, cinq à plus de 40 et même une pointe à 59 points contre Utah il y’a un peu plus d’une semaine. C’est d’ailleurs en cette fin de saison que le poignet de Devin a le plus chauffé puisque la semaine passée… il a donc enchaîné un match à 59 points, un à 50 et un à 48, pour trois défaites évidemment. La carrière de Booker résumée en une phrase, tout simplement. Avec un nouveau bon choix de draft et un meneur gestionnaire à ses côtés on se dit que les performances du garçon pourraient enfin provoquer des victoires et c’est d’ailleurs tout ce qu’on lui souhaite. En tout cas Devin, profite de cette intersaison pour bien te soigner et revenir encore encore plus fort la saison prochaine histoire de casser des bouches, jusqu’à fin avril dans le meilleur des cas.

Rideau très probable sur l’exercice 2018-19 du talentueux Devin Booker  en NBA. Une cheville est à soigner tranquillement loin des parquets de la Grande Ligue et nous… on a déjà hâte de le voir les refouler la saison prochaine.

Source : ESPN

 

 

1 Comment

1 Comment

  1. LeVerbe

    4 avril 2019 à 12 h 40 min at 12 h 40 min

    sa saison, sur l’aspect compétitif, était finie depuis bien longtemps

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top