Grizzlies

Joakim Noah continue son immense comeback : poster sur Rudy Gobert, standing ovation, la totale

Joakim Noah
Source image : NBA League Pass

Peut-être faut-il qu’on se pince. Ou peut-être que se qui est en train de se produire est bien réel. Joakim Noah a encore frappé, dans la victoire des Grizzlies cette nuit face au Jazz : le pivot poursuit son incroyable retour en forme.

Est-ce qu’il s’agit d’un one shot ? Apparemment, non. Est-ce qu’il s’agit d’un second coup de chance ? Apparemment, non. Et est-ce que ça va se calmer prochainement ? Apparemment, non. Depuis son arrivée à Memphis, Joakim est passé par toutes les émotions, et ses observateurs aussi. On a d’abord cru à une main moite tendue vers lui, en espérant qu’elle soit suffisamment ferme pour que le joueur puisse tenir toute la saison dans le Tennessee. On s’est dit que s’il pouvait jouer au moins jusqu’en mars sans se blesser, ce serait top. Et que s’il y avait un double-double ici ou là, ce serait miraculeux. Et en fait ? C’est une sorte de géant conte de fées qui est en train de s’écrire sous nos yeux, la résurrection de Jooks étant belle et bien réelle. Oui, il y a bien eu visite des Lakers à Memphis et passage en force de LeBron devant une foule en délire. Ce n’était pas un rêve, on a été obligés de se refaire le replay et encore un replay après avoir pris une douche, histoire de s’assurer que c’était pas un moment d’assoupissement dans le canapé. On a vu Joakim lâcher un cross puis monter au poster sur JaVale McGee, ça aussi c’était du réel, du palpable. Tellement palpable que les habitants de Memphis, eux aussi pris dans cette incroyable tornade inattendue, sont tombés amoureux de leur nouveau pivot. Marc Gasol n’est plus, le Grit and Grind n’est plus, mais Noah est bien là. Avec son hustle, son énergie, ses célébrations, et son envie de se défoncer, quelle que soit la situation de la franchise au classement. Cette nuit, c’était encore ça.

Et sur le papier, pourtant, comment y croire ? Utah débarque en ville, Utah qui vient de taper Milwaukee et Denver, Utah qui doit remonter au classement dans la Conférence Ouest et a tous ses joueurs. Déjà, collectivement, c’est mal barré. Mais en plus, t’as Rudy Gobert qui se pointe sur ton terrain. Donc le pivot français le plus respecté dans l’opinion globale, le Défenseur de l’année en titre, Monsieur bleu-blanc-rouge, pas besoin de vous faire un dessin au niveau des participations aux compétitions avec le maillot tricolore. Joakim versus Rudy, Noah versus Gobert, Jooks versus Gobzilla. Et au final ? C’est le plus vieux qui l’emporte. Le plus vieux, le plus fourbe, le plus fou aussi. He’s fucking crazy, n’arrête pas de répéter le pauvre J.B. Bickerstaff, qui ne pensait pas voir un tel tourbillon débarquer dans son vestiaire. Ce vendredi, Joakim était envoyé dans le cinq majeur, pour apporter son jeu complet face à celui de Gobert. Globalement, le Jazz n’y était pas et courait derrière le score. Mais après 47 minutes passées à se battre pour maintenir la distance, avec un Noah encore à la passe, au rebond, à crier, à sauter, à faire lever la foule sur un jump-shot, parce qu’il fait sa célébration à lui en sortant les gunz, il fallait bien mettre un point d’exclamation, non ? Le barbu va se faire plaisir, et secouer l’Hexagone par la même occasion. Caviar d’un énorme Mike Conley, montée main gauche, et petit poster sur Gobert qui sent bon le roquefort. Le public explose, le banc des Grizzlies est déchaîné. Ils ne s’assoiront plus, la sortie de Joakim se faisant dans une standing ovation indescriptible. Que se passe-t-il en ce moment à Memphis ? Est-ce bien réel ? Est-ce bien Noah, le Noah qu’on a connu ? C’est tellement bon qu’on en redemande, et ce quel que soit l’adversaire.

On vit une saison dans laquelle Joakim Noah, qui semblait au bout du rouleau et loin de la NBA, est ovationné dans un FedEx Forum acquis à sa cause. Après du trashtalking avec LeBron et un poster sur Gobert, que va-t-il se passer par la suite ? On l’attend avec impatience, sourire en coin.

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top