Grizzlies

Joakim Noah se rappelle aux bons souvenirs de Chicago : un match de rêve face à son ennemi LeBron

joakim noah

En excellente forme ces derniers temps, Joakim Noah avait la possibilité de ponctuer son comeback en NBA avec une perf dont il a le secret face à un joueur qu’il apprécie tout particulièrement : c’est fait, et avec la manière s’il-vous-plaît.

Ce n’est un secret pour personne, Jooks n’aime pas particulièrement LeBron James et cela fait quelques temps que cela dure. Il y a quasiment dix ans, les deux hommes se rentraient dedans avec des maillots de la Conférence Est, Bulls et Cavs évidemment, et naissait alors une douce rivalité. Le genre de rivalité qui va dans un sens et demi, le sens principal étant une victoire de LeBron la plupart du temps au printemps, et le demi étant un sursaut d’orgueil de Chicago et de Noah pendant la saison régulière. Si certaines nuits étaient mythiques dans l’Illinois grâce à l’envie presque bestiale de Joakim de vouloir faire chuter Cleveland ou Miami, James repartait souvent avec la gagne et donc le respect de tous. Mais une rivalité reste une rivalité, ou une animosité reste une animosité si vous préférez. Les années peuvent passer, les maillots peuvent changer, les rôles aussi, mais le feu intérieur reste. Et par conséquent, lorsque les Lakers se déplaçaient dans le Tennessee ce lundi, personne n’était aussi prêt que Noah. Personne n’était aussi déterminé à battre le King, à Memphis, devant son public, juste pour le faire chier en fait. Ce que Joakim a adoré faire depuis un bail, ce qui lui a également valu un paquet de majeurs pointés dans sa figure, mais aussi offert un amour indescriptible chez d’autre. Insupportable à applaudir avec agitation dans le visage de ses adversaires, dira l’un, magnifique à se tabasser le torse après avoir pris un passage en force, dira l’autre. Et bien cette nuit, comme un point d’exclamation de cette saison placée sous le signe des comeback, c’est bien Noah qui entrait dans la machine à remonter le temps.

Et par équation, quand Jooks est aussi possédé, que dire ? Que dire de plus, si ce n’est que, même en étant un immense fan des Lakers, on rêve d’avoir un coéquipier pareil dans un tel soir ? Le pivot sortait peut-être du banc pour compléter le taf d’un énorme Jonas Valanciunas, mais son impact valait celui de 3 hommes. Et son visage, forcément, ressortait bien plus que celui du Lituanien ou de Mike Conley, venus eux aussi bouffer du California Maki à la maison. Car Joakim était à son plus haut niveau d’intensité, faisant lever la foule avec ses deux bras, agressant les Lakers sur chaque rebond offensif, se battant sur chaque bout de cuir disponible et hurlant de passion en s’accrochant à l’arceau. Un crossover puis un dunk sur JaVale McGee ? Oui. Un gros rebond puis une contre-attaque menée avec détermination, pour trouver un copain démarqué ? Tout à fait. Et la défense sur une île déserte, face à LeBron, les cannes pliées comme lors de sa saison terminée en Défenseur de l’année ? Et le passage en force ultime provoqué sur le King, laissant la foule du FedEx Forum exploser d’un seul homme, comme si Noah avait tué la bête féroce du royaume orange ? Cette nuit, c’était du Joakim Noah comme on adore le voir. Libéré de ses pépins physiques, confiant, responsabilisé, et contribuant dans tous les aspects fondamentaux du jeu. Clairement pas une partie de plaisir pour les supporters des Lakers, qui auraient bien aimé éviter ce genre de résurrection dans une soirée aussi importante, mais en même temps… comment ne pas le prévoir lorsque le Français croise la route du numéro 23 ?

Les chiffres disent ceci, 14 points, 12 rebonds, 4 passes et 1 contre en 23 minutes. Mais ceux qui ont connu le prime de Joakim Noah savent que le pivot dépasse largement le cadre de la feuille de match, lorsqu’il est en pleine possession de ses moyens. Cette nuit a été le plus beau des exemples, comme une confirmation que Jooks est bien de retour en NBA : si ça dérange pas trop LeBron, on veut bien qu’il l’affronte tous les soirs si on peut le voir rayonner ainsi.

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top