Bulls

Preview Bulls – Hawks : 48h plus tard, rendez-vous pour la revanche entre les Nicolas Mahut et John Isner de la NBA

Zach LaVine et Trae Young

Toujours une histoire de smashs finalement.

Source image : montage TrashTalk

La soirée de vendredi nous avait offert l’un des matchs les plus dingues de ces dix… vingt… voire trente dernières années, terminé sur le score tout à fait normal de 168 à 161 en faveur des Bulls face aux Hawks. Une nuit magique qui n’a rien à voir avec Catherine Lara mais qui nous avait également offert une foultitude de records en tous genres, et la NBA est du genre à faire les choses bien puisqu’elle nous offre une revanche dès ce soir et à heure française. Le feu.

Et non vous ne rêvez pas, nous voilà bien en train de faire la promotion d’un Chicago Bulls – Atlanta Hawks en prime time un dimanche soir. En 2019. Car si à l’époque des Michael Jordan, Do Wilkins, Mookie Blaylock, Derrick Rose, Al Horford et autres Joakim Noah… ce genre de rencontre pouvait nous mettre à la bouche, pas sûr que les fans plus contemporains s’éclatent autant depuis qu’ils ont pris leur abonnement au United Center ou à la State Farme Arena. Toute règle a malgré tout son exception, et le match qui a donc opposé les deux franchises dans la nuit de vendredi à samedi rentre dans cette case, puisque les petits malins ayant eu la chance de tomber sur cette douce folie s’en rappelleront encore pendant très longtemps et se poseront à n’en pas douter ce soir devant leur télé ou leur PC.

Rebelote donc ce soir entre deux des pires bilans de la Ligue cette saison, mais loin néanmoins de faire partie des équipes les plus inintéressantes. A Atlanta ça joue au ballon, l’académie Hawks est respectée à la lettre par le nouveau venu Lloyd Pierce, et l’arrivée récente de jeunes stars en devenir a tout pour faire des Cuicuis une franchise à suivre dans les prochaines années. Dans l’Illinois c’est d’ailleurs un peu la même, car après une période dite de vache maigre on commence à entrevoir un peu de soleil dans une ville qui ne le voit d’ailleurs pas si souvent que ça. Trae Young et John Collins d’un côté, sans oublier Vince Carter qui a l’âge cumulé de ses deux teammates, Lauri Markkanen, Zach LaVine et Otto Porter Jr. de l’autre, ça c’est pour les leaders, Alex Len, Kevin Huerter, Taurean Prince pour les Hawks, Robin Lopez, Ryan Ardiciacono ou Kris Dunn côté Taureaux, ça c’est pour les sparring Peugeot Partner, de quoi nous proposer – à la base – une petite confrontation dominicale bien sympathique.

Sauf que si l’on se pose devant ce Bulls-Hawks ce soir ce ne sera bien évidemment pas pour vivre notre meilleure vie d’analyste NBA mais bien pour voir comment nos héros du vendredi auront récupéré, pour voir si les 452 minutes du dernier match ont été digérées, et pour voir si oui ou non les deux équipes sont capables de nous offrir un second match de légende consécutif. La rumeur nous dit que pour récupérer, Vince Carter aurait fait le voyage d’Atlanta à Chicago à pied, que Robin Lopez et Alex Len ont par contre dû être héliportés pour cause de crampes, alors que Zach LaVine aurait pris deux mètres d’élan, aurait pris son dernier appui sur la ligne de lancers et serait arrivé directement dans l’Illinois. Plus sérieusement il ne faudra pas être étonné si Lloyd Pierce et Jeff Daniels Jim Boylen nous mettent tous les héros de vendredi au repos, parce que ça pèse quand même sur les organismes de jouer 50 minutes, notamment – Monsieur Carter on vous parle – quand on a 78 ans. Mais dans ce cas pas de panique, l’occasion sera parfaite pour apprécier les skills de génies comme Antonio Blakeney, Cristiano Felicio, Chandler Hutchison, Omari Spellman ou encore Alex Poythress. Elle est là la NBA qu’on aime, surtout en prime time.

Bref, Bulls-Hawks Acte 2 c’est ce soir, Acte 4 même puisque les deux franchises s’étaient déjà rencontrées deux fois avant le marathon d’avant-hier, mais alors ça on s’en fout comme de l’an 40 comme ne disait surtout pas mon Papy Fernand. Nous ce qu’on veut c’est une nouvelle soirée légendaire, et on regardera donc ce match avec attention, même si l’on sait pertinemment que la cote du 90-84 dégueulasse est au plus bas. Allez, on se chauffe, et on se retrouve tout à l’heure pour débriefer, ou pas.

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top