News NBA

Dunker sur Yao Ming pour 1 million de dollars : la Team USA de 2000 avait un pari sur la tête du géant

Yao Ming
Source image : YouTube

Quand on domine autant la scène internationale, on peut vouloir pimenter les choses pendant l’été. Apparemment, lors des Jeux Olympiques de 2000, la Team USA avait placé un contrat sur la tête d’un grand garçon du nom de Yao Ming…

Ces anecdotes qui sortent 20 ans après une compétition, on ne les aime pas, on les adore. Tous les anciens se rassemblent autour d’une table et commencent à balancer des dossiers, comme si de rien n’était. Et dans ce cas précis, c’est Kevin Garnett qui s’est ouvert, lors de ce dernier All-Star Weekend. Le Big Ticket faisait bien partie de l’équipe envoyée à Sydney en 2000 pour ramener l’or, avec quelques autres gros noms appartenant à la patrie de l’Oncle Sam. Depuis quelques années, Team USA dominait outrageusement la compétition, notamment suite au boom de 1992 à Barcelone avec la Dream Team. Compétition après compétition, les copains américains se baladaient et personne ne semblait en mesure de les freiner sur les parquets. Cette supériorité permettait donc à des gars comme ceux de l’an 2000 de s’amuser un peu plus que ce qui était prévu, en lâchant des paris dans le vestiaire. Imaginez plutôt la scène suivante, qui a pu avoir lieu en Australie. Kevin Garnett, Gary Payton, Vince Carter, Steve Smith, Alonzo Mourning et Tim Hardaway qui se chambrent, pendant que Shareef Abdur-Rahim, Jason Kidd, Vin Baker, Ray Allen, Allan Houston et Antonio McDyess se reposent tranquillement. Voilà le genre de bordel qui pouvait avoir lieu à Sydney, et qui menait à ce type de pari entre Américains. Le premier qui tomar sur le grand Yao Ming remporte une valise de dollars, chacun pour sa peau. C’est Garnett qui revient sur cette histoire, en démarrant par le fameux poster de Vince Carter sur Fred Weis.

Sur ce dunk, c’est comme si tout avait été mis sur pause. Avant toute chose, les gens ne le savent pas mais il y avait un contrat placé sur la tête de Yao Ming. L’intégralité de la Team USA avait participé à un pari. On avait placé 1 million de dollars sur le joueur qui allait postériser Yao Ming en premier. Mais personne n’a réussi. On a tous essayé de lui dunker dessus, mais soit on se ratait soit il nous contrait. Du coup, la première chose à laquelle j’ai pensé quand Vince a dunké sur Frederic Weis, c’était qu’il avait gagné le million de dollars. Puis j’ai réalisé qu’en fait ce n’était pas Yao. J’ai poussé Vince, et si vous regardez la vidéo vous verrez qu’il a failli me mettre une droite par accident. Mais, oui, ma première réaction était qu’il avait gagné un million de dollars.

Yao Ming n’était pas encore en NBA, mais dans les coulisses de la planète basket la hype montait autour du futur numéro 1 de Draft venu de Chine. Âgé de 20 ans, Yao faisait bien partie de la sélection nationale pour ces Jeux Olympiques, et la toise indiquait déjà quasiment 230 centimètres. C’était donc un trophée humain, une cible évidente, le genre de pivot que tu veux fracasser pour en parler de retour au pays. Déjà que les Shawn Bradley, Manute Bol et compagnie étaient des objectifs concrets pour les plus grands dunkeurs de l’histoire, voir un pivot chinois de 2m30 qui va en plus arriver bientôt en NBA, c’était trop tentant. Mais aucun n’y arrivera, pendant ce match de début de compétition largement remporté par les Ricains (119-72). Ray Allen et Vince Carter vont faire le show, la hiérarchie sera respectée, mais personne ne montera sur Yao et ce malgré les tentatives adverses. Puis, le 25 septembre donc quelques jours plus tard, Vinsanity croisera la route de Weis et lui collera un des posters les plus mémorables de l’histoire de ce sport. Comme une sorte de punition, pour ne pas avoir réussi à grimper sur Ming quelques jours plus tôt. Est-ce là un nouveau détail succulent lié au dunk of death ? Peut-être bien, en attendant la prochaine réunion entre Garnett et Payton, avec des histoires encore plus folles sur les aventures de Team USA en l’an 2000.

Quelques joueurs ont ensuite réussi à postériser Yao Ming, notamment Kobe Bryant et Manu Ginobili. Mais à 20 ans, sans avoir mis un seul orteil en NBA, le futur Hall of Famer avait déjà résisté à l’invasion américaine. C’est fort.

Source : Yahoo Sports

Les visiteurs ont tapé :

1 Comment

1 Comment

  1. Ji Rue Vacances

    19 février 2019 à 7 h 02 min at 7 h 02 min

    😂😂😂 Ces ricains n’ont aucune limite.

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top