Sixers

Brett Brown regrette déjà Markelle Fultz : « Je n’ai jamais vraiment eu la chance de le coacher »

markelle fultz

Steve Clifford est chaud pour changer de place s’il veut.

Source image : NBA League Pass

Envoyé à Orlando à la trade deadline, le parcours de Markelle Fultz à Philadelphie restera toujours une énigme. Si la franchise a l’air d’être passée à autre chose en l’échangeant jeudi dernier, Brett Brown aura toujours un petit regret en pensant au first pick 2017.

Drafté en première position par les Sixers il y a un an et demi, le produit de Washington a disputé 33 matchs sous le maillot de la cité de l’amour fraternel en tout et pour tout. Jusqu’ici, rien d’anormal pour un sophomore de Philadelphie quand on sait que Jahlil Okafor, Joel Embiid et Ben Simmons ont tous été limités par les blessures lors de leur première année en Pennsylvanie. Sauf que contrairement aux autres, le meneur est arrivé à une période où l’équipe avait de vraies ambitions sportives et toute la jauge de patience avait déjà été épuisée pendant la période Trust the Process. Du coup, Mark n’a pas bénéficié de la même bienveillance de la part des fans ou de ses dirigeants, ce qui explique un peu cette fin en eau de boudin. Mais si Philadelphie fait désormais partie de son passé et que sa carrière professionnelle débutera réellement avec le Magic, probablement au début de la saison prochaine, Fultz va quand même manquer à des gens dans son ancienne franchise, à commencer par Brett Brown qui s’est exprimé auprès de Tom Moore sur son ex-joueur.

« Je n’ai jamais vraiment eu la chance de coacher Markelle Fultz et la ville n’a jamais vraiment eu la chance de le voir. »

Arrivé en NBA avec le statut de major de promo, il avait même forcé les Sixers à trade-up leur tour de draft pour pouvoir le sélectionner dès le premier spot. Son entorse à la cheville lors de la Summer League n’inquiétait guère et Philadelphie croyait beaucoup en son nouveau joyau à la mène. Mais la reprise ne s’est pas vraiment déroulée comme prévue et le rookie a vite dû agiter le drapeau blanc pour soigner une blessure obscure à l’épaule lui valant pas mal de punchlines sur sa manière de tirer les lancers-francs notamment. A peine le temps de sortir le plus jeune triple-double de l’histoire lors du dernier match de la régulière que c’était déjà la fin. En effet, difficile pour Brett Brown d’intégrer un freshman à son roster au commencement des Playoffs. Du coup, la saison 2018-19 devait correspondre à ses vrais débuts en pro. Sauf que là encore, après un repositionnement en sortie de banc, l’articulation droite du combo guard a de nouveau commencé à grincer, précipitant la fin de son aventure en Pennsylvanie. A partir de là, le divorce était consommé entre les deux camps, les Sixers ne pouvant se permettre d’attendre plus longtemps alors que le joueur avait justement besoin de repos plus que de toute autre chose. Un rendez-vous raté comme il en a existé plein d’autre en NBA et ailleurs finalement. Sauf qu’entre deux matchs qualificatifs pour les Playoffs, Brett Brown jettera toujours un œil curieux vers la Floride en imaginant ce qu’aurait pu donner le meneur avec Phila s’il était à son meilleur niveau.

A 20 ans, Markelle Fultz n’a pas encore montré à la NBA ce dont il était capable. Brett Brown qui a pu développer des jeunes talents pendant plusieurs années à Philadelphie va pourtant devoir se rendre à l’évidence, l’heure n’est plus à la surveillance des bacs à sable mais aux révisions pour le bac. Le meneur continuera finalement sa guérison et son apprentissage à Orlando et c’est peut-être ce qui pouvait lui arriver de mieux.

Source texte : Tom Moore

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top