Dossiers NBA

TrashTalk Award – S01 E03 : les Rockets qui taillent l’arbitrage, une douce odeur d’hôpital et de charité

Morey Durant

C’est vrai que ça ne se joue pas à grand chose.

Source : YouTube & Twitter @dmorey

Chaque semaine de NBA apporte son lot de grandes gueules, de phrases choc, de provocation, de tacles à la gorge et de joutes verbales en tous genres. Et forcément, comptez sur nous pour les recenser aussi souvent que possible, car sans être trop premier degré, on est friands de ces duels musclés. Alors, c’est qui pour vous la plus grande gueule du moment ?

Candidat n°1 : Klay Thompson dézingue les Cavaliers

Depuis 2014 et l’année lors de laquelle LeBron James est revenu à sa maison, une rivalité s’était installée entre les Cavaliers et les Warriors, chaque franchise tirant sur l’autre dès qu’elle en avait l’opportunité. En 2015, Stephen Curry espérait que les vestiaires de la Q Arena sentaient encore le champagne après le sacre des siens. En 2016, juste devant le vestiaire des Warriors avait été installée une photo géante de LeBron James, bague au doigt contrant Iguodala pour un petit montage customisé de « The Block », sans oublier les accrochages répétés entre LeBron et Draymond Green, que ce soit sur le terrain ou sur les réseaux sociaux.

Sauf que depuis, Le Chosen One a décidé de rejoindre les Lakers, laissant son ancienne franchise troquer sa rivalité avec les Warriors pour le titre contre une rivalité avec les Hawks, les Bulls ou les Suns pour savoir qui sera le plus nul à la fin de la saison. Suffisant pour que les Warriors l’oublient ? Bah non. Klay Thompson en a encore rajouté une couche à propos d’une fête d’Halloween organisé par les Cavs de l’époque chez LeBron James, un petit accessoire portant la mention « 3-1 lead » accompagnée d’un squelette, pour faire référence à cette avance gaspillée par Golden State en 2016. Sauf que depuis, les Warriors raflent tout, et ça, Klay Thompson a tenu à le rappeler.

« Bien, regardez où votre mesquinerie vous a amenés. Elle vous a amenés à un record de 1-8 en Finales depuis cette fête, idiots. »

On ignore si Klay a encore cette petite pique en travers de la gorge malgré ses 2 titres glanés depuis, ou alors s’il souhaitait à son tour lancer une petite attaque gratuite aux Cavs. Ce qui est sûr, c’est que dans le fond, l’artificier n’a pas entièrement tort. Bon au moins, ce record en Finales des Cavs ne devrait pas évoluer lors des prochaines saisons…

Candidat n°2 : les fans des Hawks chambrent Kevin Durant

Les Warriors sont favoris à leur propre succession cette année encore, mais cette saison ne se passe pas sans accrocs. On sait combien il est difficile de réaliser le three-peat du propre aveu de ceux qui ont réussi cette prouesse. Pas besoin de rappeler cet énorme accrochage entre Draymond Green et Kevin Durant, ayant mené à une petite guerre interne.

Les Hawks en ont profité pour tailler un peu leurs adversaires californiens. N’ayant déjà plus grand chose à perdre ni à gagner cette saison, les Faucons ont trollé KD alors qu’il était aux lancers.

De grands « Draymond te hait » qui descendent des travées de la Philips Arena scandés par les 39 supporters des Hawks présent dans l’antre de la franchise pour au final se prendre le tarif maison : défaite 128-111 des « Pioupious » sur ce match, même JOHN COLLINS n’a rien pu faire. Au suivant.

Candidat n°3 : Joe Ingles fait une annonce à Jusuf Nurkic

Joe Ingles est assurément ce type avec qui beaucoup de monde rêverait de pouvoir boire une pinte accoudé à un comptoir. Des qualités athlétiques proches du néant, une dégaine à vendre des réfrigérateurs mais une vraie patte gauche qui fait de lui une arme redoutable à longue distance. L’australien a renforcé ce côté « sympathique » en provoquant un peu Jusuf Nurkic.

Oui, vous avez bien vu, Joe Ingles a sorti la feinte que tu fais parfois à ton pote en plein playground, comme pour le chambrer. Il a annoncé à son défenseur qu’il allait prendre le tir : « Je vais la tirer ! » avec un petit hochement de tête pour approuver. Sauf que là où tu balances une tranche ou un air-ball, lui te claque une ficelle sans forcer. Si certains trouveront le geste du Jazz peu fair-play, d’autres diront que Nurkic aurait pu (et dû) mieux défendre le coup, car là, c’est sa dignité qui en est sortie amochée.

Candidat n°4 : Lou Williams prend Lance Stephenson à son propre jeu

Lou Williams nous livre une nouvelle saison de très belle facture chez les Clippers et il a profité de ce match « à l’extérieur » contre le voisin des Lakers pour y joindre un peu de trashtalking. Face à lui, Lance Stephenson, jamais le dernier pour un peu de provocation, s’est retrouvé face au polygame en défense, malheureusement, il s’est fait dominer sur cette action, Williams plantant un panier à 3 points sur le museau du coton-tige personnel de LeBron James, et s’est improvisé musicien.

Un petit peu de air guitar, qui est la célébration fétiche de Lance Stephenson après une grosse action, jouée en face de lui par un Lou Williams à la mine pourtant décontractée, comme si l’exécution de cette action était trop facile pour lui… On rappelle qu’on était dans le dernier quart-temps, que les Clippers faisaient la course en tête et que Lou Williams a scoré 36 points en tout ce soir là.

Candidat n°5 : le Magic trolle Blake Griffin

Auteur d’un début de saison correct jusque début janvier, le Magic a profité d’être encore bon pour lancer une petite vanne à Blake Griffin, avant de redevenir mauvais pendant l’hiver, la classique de ce côté de la Floride. En voyant une image de Blake Griffin consultant une tablette avec un arbitre devenir un meme, le CM du Magic s’est laissé aller sur Insta, à bien meilleur escient que lorsqu’il indique que Shelvin Mack est le meilleur passeur de sa franchise sur la saison 2017-2018avec 3.9 passes par match, ou que les n°2 de Draft lui rappellent Victor Oladipo, bazardé par ce bon vieux Rob Hennigan pour Serge Ibaka qui fera 6 mois à Orlando.

Sur ce post Instagram, on y voit sur une première image le fameux meme de Griffin, de l’arbitre et de la tablette en mode VAR pour la petite référence au pied-ballon. Mais on y voit également une deuxième image d’Aaron Gordon, dunkant avec aise avec la main gauche placée derrière le crâne en hommage à Karl Malone, sous les yeux d’un Blake Griffin ébahi qui ne put empêcher ça. Simple et efficace, comme le buzzer beater d’Evan Fournier sur ce même match.

Candidat n°6 : Russell Westbrook embrasse les Lakers

Certes, Russell Westbrook arrive un peu après Lou Williams, mais il a tout de même apporté sa touche personnelle à sa petite pique contre Lance Stephenson qui décidément ramasse pas mal sur cet épisode.  Paul George a failli le faire mais s’est ravisé au dernier moment, par contre Westbrook a bien décidé de mimer un peu d’air guitar après un panier du parking (son seul inscrit en 7 tentatives). Sauf qu’il ne s’est pas arrêté là et a gratifié son adversaire d’un petit clin d’oeil et d’un bisou. C’est mignon.

Jamais le dernier pour chambrer après de belles performances, de belles actions ou pendant une victoire, Westbrook s’est fait plaisir et a pu mettre Lance Stephenson et tous les fans des Lakers dans la sauce. Malgré un nouveau triple double : 14-16-10, Donatello a briqué sévère en tirant à 3/20 aux tirs, pas le meilleur moment pour parler en général, mais la victoire a suivi, donc on se tait.

Candidat n°7 : Daryl Morey et Chris Paul s’en prennent aux arbitres

Daryl Morey aime sa franchise, le GM des Rockets a toujours tout fait pour que sa franchise soit compétitive et s’active toujours pour son bien, c’est même lui qui avait réussi à choper James Harden en 2012 alors que l’on pensait Houston en mission tanking. Mais cette ferveur lui a également fait critiquer l’arbitrage sur les réseaux sociaux, il a même été suivi par Chris Paul 

Personne n’est passé à coté de ce « sauvetage » de Kevin Durant dans les ultimes minutes du match entre Golden State et Houston. KD qui a empêché le ballon de sortir… en ayant les deux pieds dehors… d’environ 1 kilomètre. Une aberration qui a tout de même échappé à la vigilance des arbitres malgré une évidence fatale et des ralentis qui confirmaient évidemment la faute sous tous les angles. Malgré ça, le ballon est tout de même revenu aux Warriors qui ont pu continuer leur action, passer la balle à Curry qui inscrit un panier à mi-distance qui permet à GS de prendre 2 points d’avance à une vingtaine de secondes de la fin de la prolongation. C’en était trop pour le meneur des Rockets et son GM.

Une façon pas vraiment dissimulée de tailler les arbitres pour une certaine incompétence (pour rappel, le #BirdBoxChallenge consiste, dans les grandes lignes, à se bander les yeux. Sur cette action en tout cas, il n’y a rien car sur d’autres, on peut également parler d’hôpital et de charité quand on voit certains step-backs de James Harden (poke Ricky Rubio). Le fait que la NBA décide de ne pas leur infliger d’amende montre que les arbitres ont été au moins déjugés à posteriori et que leur colère n’était pas infondée. Mais si James Harden n’était pas passé par là pour planter le dagger, nul doute que les fulminations des deux zouaves auraient été bien pires, et qu’en plus, la NBA auraient pu ordonner la signature de deux jolis chèques. On peut dire que le barbu a sauvé ses potes d’une jolie double peine.

Candidat n°8 : Stephen Curry dénonce un certain favoritisme

Les step-backs de James Harden, parlons-en… Si certains sont parfaitement réglementaires et ne laissent à leurs adversaires que leurs yeux pour pleurer, d’autres sont un peu tendus du slip à accepter, et là, ça fait un peu grincer des dents. Stephen Curry a tenté un « step-back customisé » mais a été repris par la patrouille, alors que le shoot était tombé dedans. Frustrant pour le Chef, car si le marcher semble bien existant, selon lui, il n’aurait pas été sifflé à tout le monde…

Curry qui s’emporte un peu, sans pour autant s’énerver, contre un de ses concurrents, mimant son numéro et semblant dire au corps arbitral que James Harden serait passé entre les mailles du filet si c’était lui, le genre de trashtalking qu’on aime.

Candidat n°9 : les Bucks taillent le rire de Kawhi Leonard

Tout le monde se rappelle de ce rire aussi flippant que forcé que nous avait balancé Kawhi Leonard lors de son introduction à Toronto après une vanne. D’habitude si tacitune, un tel éclat de rire ne pouvait que laisser le monde de la balle orange circonspect et est vite devenu un objet de moqueries sur Twitter. Sauf que chez les Bucks, on a poussé le délire encore plus loin, et on s’est dit que quitte à se marrer, autant le faire à fond, et en groupe.

En plein premier quart-temps, les Raptors perdent une balle, et le DJ des Bucks diffuse ce même rire complètement déjanté. Double moquerie de la part des Bucks qui se fout ouvertement du rire de Leonard, mais aussi des coéquipiers à l’origine du ballon perdu. Un merveilleux outil de déconne qui est devenu une punchline à part entière, il fallait réussir cette prouesse, le DJ de Milwaukee l’a fait. Par contre, il a un peu énervé Kawhi qui a posé un 30-7-6 et qui a offert la victoire aux Raptors sur le parquet de Milwaukee. Vainqueur de la vanne mais perdant du match, on peut pas tout avoir.

Candidat n°10 : les Knicks se moquent de l’appétit d’Enes Kanter

Enes Kanter est un grand malade, l’intérieur turc des Knicks a un appétit qui pourrait presque faire passer celui du Psy TrashTalk comme celui d’un nourrisson. En effet, Kanter s’est amusé à ingurgiter sept hamburgers (oui, SEPT) accompagnés de frites. Le zouave avait même à l’époque fièrement posté une vidéo sur son compte Twitter pour y afficher sa collation.

Sauf que ce génie a fait ça la veille d’un match et est tombé malade et n’a donc pas pu prendre part aux entraînements et au match qui se disputaient le lendemain. Officiellement, il était donc malade, mais officieusement, il avait mangé comme un sagouin et était peut-être trop lourd ou trop liquide pour se mouvoir sur un parquet de basket. Du coup, ses coéquipiers, Mario Hezonja en priorité n’ont pas manqué de chambrer leur coéquipier.

Hezonja, à défaut d’être performant sur les terrains, l’est en dehors, il a filmé le vestiaire d’Enes Kanter dans lequel étaient disposés des mini hamburgers en plastique, le croate a mis la vidéo sur son compte Instagram, sans oublier d’identifier Kanter avec des emojis malades. On gagne pas beaucoup mais on rigole bien à New York. Pauvre Enes qui pour le coup, ne gagne pas et n’a pas dû beaucoup rigoler non plus à la suite de cette péripétie…

Du lourd donc pour cette semaine de NBA, avec de la punchline et du tacle en veux-tu en voilà ! La réponse à la question suivante vous revient : qui a eu la plus grande gueule sur cet épisode ? A vous de nous le dire.

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top