One-on-One

Buddy Hield a débuté 2019 avec le lance-flammes : le sniper des Kings commence à peser lourd dans la discussion du MIP

On parle beaucoup de Pascal Siakam pour le MIP, mais Buddy mérite vraiment d’être dans la discussion.

Source image : NBA League Pass

Auteur de l’un de ses meilleurs matchs en carrière face aux Warriors samedi dernier, Buddy Hield a très bien réussi sa transition en 2019 malgré les difficultés actuelles des Kings, et confirme ainsi sa belle première moitié de saison. Sans aucun doute, il fait aujourd’hui partie des candidats très sérieux pour le titre de meilleure progression de l’année.

Avec Stephen Curry, Klay Thompson et Kevin Durant à Golden State, on peut dire qu’il y a de sacrés snipers dans le nord de la Californie. Mais en ce début d’année, celui qui brille le plus par sa précision n’évolue pas du côté de la Baie de San Francisco mais un peu plus haut, à Sacramento. Son nom ? Buddy Hield. Samedi dernier, lors du derby entre les Warriors et les Kings qui a débouché sur le record du plus grand nombre de tirs primés inscrits dans une rencontre (41), l’arrière de Sactown a fait parler la poudre en marquant 32 points avec notamment huit shoots du parking, un nouveau record dans sa jeune carrière. Ce record symbolise parfaitement la bonne forme actuelle de Buddy, qui n’a jamais autant cartonné qu’aujourd’hui. Déjà auteur d’un début de saison séduisant, Hield a enclenché la vitesse supérieure en 2019. Sur les cinq premiers matchs de l’année, il compile pas moins de 23,4 points à 53,6% au tir et surtout un remarquable 58,5% from downtown ! Si l’échantillon reste assez faible, ces chiffres restent impressionnants étant donné le volume de tirs à trois points tentés et réussis par le joueur bahaméen de 26 ans (enfin, c’est ce qu’on dit). Parce qu’il en prend le mec, et sans hésiter. Au cours de ces cinq rencontres, Buddy Hield a rentré 24 shoots derrière l’arc sur 41 tentatives. 24/41 à trois points, ça rigole pas ! Résultat, il est aujourd’hui sur le podium de la ligue au nombre de tirs primés marqués (134). Et ça, ce n’est quand même pas rien dans la NBA actuelle où le shoot à trois points est roi avec des snipers de partout.

D’une manière plus globale, on parle d’un joueur qui base vraiment son jeu sur le shoot extérieur. Catch-and-shoot, one-on-one, trois points en transition, le tout en dégainant très vite. Bref, il possède toute l’armada du shooteur. Il profite parfois de la menace qu’il représente pour s’approcher du panier mais la grande majorité de ses points sont inscrits en dehors de la raquette et puis en plus, il va très rarement sur la ligne des lancers francs (à peine deux lancers par match en moyenne cette saison). Tout ça pour dire que son style de jeu ne favorise pas forcément l’efficacité mais il possède pourtant des excellents pourcentages. Et ce qu’il réalise actuellement ne fait que solidifier sa candidature dans la course au trophée de Most Improved Player.

Statistiques de Buddy Hield en 2017-18 : 13,5 points, 3,8 rebonds, 1,9 assist à 44,6 % au tir, 43,1 % à trois points et 87,7 % aux lancers francs, en 25,3 minutes.

Statistiques de Buddy Hield en 2018-19 : 20,2 points, 5,0 rebonds, 2,3 assists à 47,5 % au tir, 44,5 % à trois points et 85,5 % aux lancers francs, en 31,4 minutes.

Quand on compare la ligne de stats de Buddy Hield l’an dernier avec celle de cette saison, il n’y a évidemment pas photo. La progression est flagrante sur le plan des chiffres et on sait à quel point c’est important au moment de faire le bilan dans la course au MIP. Alors oui, l’arrière de Sacramento profite d’un temps de jeu plus élevé pour gonfler ses statistiques individuelles. Il profite aussi du style de jeu des Kings, qui sont aujourd’hui la deuxième équipe de la NBA au niveau du rythme de jeu (seuls les Hawks jouent plus vite) alors qu’ils étaient tout simplement derniers la saison passée. Désormais, ça galope, ça joue vite, ça shoote de tous les coins du terrain, et Hield est comme un poisson dans l’eau dans ce système. Mais encore une fois, ce qui est vraiment intéressant, c’est son efficacité au tir, qui a bien augmenté. Souvent, quand un joueur a plus de responsabilités offensives, quand il prend plus de shoots, ses pourcentages ont tendance à baisser un peu (fatigue, plus visé par les défenses adverses…). Sauf que dans le cas de Buddy, c’est carrément l’inverse et ça prouve que cette progression est bien réelle. Et puis il ne faut pas oublier qu’il s’est imposé comme l’arrière titulaire des Kings avec 41 titularisations en autant de matchs, contre seulement 13 l’an dernier. Il forme l’un des backcourts les plus excitants de la ligue avec De’Aaron Fox, qui est d’ailleurs également un candidat au titre de MIP. Enfin, la campagne surprise de Sacramento est aussi un argument. Même si les Kings sont un peu dans le dur en ce moment (six défaites lors des huit derniers matchs), il y a une petite hype qui s’est formée autour d’eux cette saison. Ils sont jeunes, ils sont funs et ils gagnent bien plus de matchs qu’auparavant (20 victoires pour 21 défaites, 27-55 en 2017-18). Progrès individuel donc, mais aussi progrès collectif. Et ça, ça compte.

Si la concurrence est féroce dans la course au MIP, Buddy Hield commence à peser dans la discussion. Il reste encore toute la deuxième partie de la saison à jouer mais s’il continue sur ce rythme, avec des résultats collectifs qui suivent, il faudra vraiment penser à lui.

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top