Sixers

Ben Simmons remporte son duel de rookies avec Luka Doncic : triple-double pour le sniper des Sixers

Ben Simmons
Source image : NBA League Pass

Après quelques bises réalisées en pré-saison, Sixers et Mavs se sont retrouvés à Philadelphie ce samedi pour un duel qui sentait bon la jeunesse et le playmaking. Ben Simmons a brillé, Luka Doncic nettement moins, victoire des hôtes sans trop trembler.

Sans trop trembler, car dans les deux dernières minutes on a bien cru à un comeback des Mavs. Mais exténués par leur match de la veille à Boston et une arrivée tardive dans la cité de l’amour fraternel, les hommes de Rick Carlisle en ont chié et notamment les titulaires, qui étaient à la ramasse en comparaison avec les remplaçants. Harrison Barnes, Dennis Smith Jr, pas un pour rattraper l’autre, et quand en plus de ça t’as Doncic qui claque un de ses plus mauvais matchs de sa saison rookie, ça fait trop. Le Slovène, qui s’est également pris un caméraman en pleine poire, a eu du mal à rentrer dans son match, pour le plus grand plaisir de la défense de Philadelphie. Malgré un run solide dans le dernier quart-temps, c’est donc une nouvelle défaite qui a été imposée aux Mavs, pendant que le public du Wells Fargo Center lâchait des MVP, MVP, MVP à Joel Embiid sur la ligne des lancers. On l’avait déjà vu par le passé, lorsque le Camerounais croise la route de DeAndre Jordan, il a souvent tendance à se concentrer. Bon, c’est souvent contre un pivot un peu réputé que Joel retrousse ses manches, mais pour le coup l’ami DJ a eu droit à quelques belles leçons en bas, et des lancers francs provoqués finement par l’intérieur. En y ajoutant le bon taf de J.J Redick et tout ça en absence de Jimmy Butler, cela donne le genre de victoire qui peut étouffer gentiment des histoires d’embrouille en interne avec l’arrière à grande gueule.

Mais s’il ne fallait retenir qu’un garçon dans ce match, ce serait probablement Ben Simmons. Bien évidemment, non, ce n’est pas un rookie. Donc pour ceux qui auraient encore du mal avec le titrage, on vous laisse vous référer au livre officiel des punchlines NBA 2017-18 et vous comprendrez le délire. Il n’empêche que, d’un Rookie de l’année à un autre (vu comme Doncic est parti comme une flèche dans la course), il y avait certainement un message à faire passer pour Simmons. Engagé en attaque, agressif vers le cercle et même sur ses jump-shots, pour mettre le rythme, défendre efficacement et ne pas lâcher la pression, Benny était top. Son boulot dès le début de la rencontre, en mettant ses copains en avant et en gobant du rebond, ne faisait qu’illuminer les situations de scoring bien choisies. Et par équation, on tombait sur le genre de performance qui nous rappelle pourquoi le freak des Sixers est envisagé pour le All-Star Game 2019, avec sa panoplie ultra-complète et son impact immédiat sur le jeu des siens. Après les 29 points scorés dans la victoire contre Phoenix, Simmons a cette fois joué la carte de la polyvalence et a pu quitter sa salle avec le sourire. Conscient à la fois qu’il avait fait le job face au favori chez les rookies cette saison, conscient aussi que sans Jimmy Butler, le business pouvait tourner sans trop d’inquiétudes actuellement. Et que si cela peut aller dans son sens, autant se donner à fond.

Quelques 20 points, 14 rebonds et 11 passes à 9/17 au tir, du bon mouvement de balle et une défense sérieuse, c’est ce type de Ben Simmons qui ne nous laisse aucun choix pour le prochain All-Star Game. On imagine que Jimmy a dû kiffer regarder cette perf sur le côté.

3 Commentaires

3 Comments

  1. ArrêtonsCetteSupercherie

    6 janvier 2019 à 10 h 26 min at 10 h 26 min

    Ben Simmons, l’éternel rookie…

    • PelsDu29

      6 janvier 2019 à 18 h 05 min at 18 h 05 min

      ha ha c’est clair !

  2. Tristan

    6 janvier 2019 à 12 h 21 min at 12 h 21 min

    Ça sent le trade d’ici février cette histoire…

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top