Warriors

Steve Kerr calme le jeu : les Warriors jouent en traînant des pieds, mais ça va vite changer

warriors
Source image : NBA League Pass

Alternant entre le très bien et le très cheum cette saison, les Warriors peuvent faire douter certains observateurs. Mais s’il y en a bien un qui ne va pas paniquer, c’est Steve Kerr. Le coach des Dubs veut calmer le jeu sur les récents résultats des siens.

Depuis début-novembre, le niveau de domination de Golden State n’est clairement pas au même niveau que celui des saisons passées. Il y a bien eu un démarrage canon en octobre, des victoires impressionnantes et une belle série d’invincibilité, mais il est clair que ces Warriors sont un peu plus flemme que les précédents, un peu plus nonchalants, un peu moins tout quoi. Ce qui donne un bilan solide mais peu imposant, et surtout une irrégularité frustrante dans l’effort des rencontres jouées. Pour chaque grande soirée finie avec une victoire, il y a eu une défaite dégueulasse. Les Raptors qui se baladent à l’Oracle sans Kawhi, les Lakers qui font le show sur place en partie sans LeBron, les Bucks, le Thunder et plus récemment une équipe de Houston affaiblie qui gagne, ambiance. Des équipes fortes, donc en mesure de s’imposer face à Golden State, mais ce n’est pas qu’une question de résultat ici. C’est dans l’approche, loin d’être celle d’un champion en titre, qu’il y a de fortes discussions en ce moment dans les rues d’Oakland. L’attaque reste splendide en efficacité numérique, mais le mouvement de balle semble moins frais, et les efforts en défense sont plus irréguliers. Ce qui est compréhensible, comme on va le développer ci-dessous, mais qui commence à fatiguer Steve Kerr. Le coach des Dubs joue le rôle du vieux-sage, pas de panique à bord, on va bientôt s’y mettre.

« Si vous le demandez à n’importe quel joueur ou membre de notre franchise, on est tous d’accord sur le fait qu’on n’a pas encore joué à la hauteur de notre potentiel. L’autre soir était un parfait exemple allant dans ce sens. Nous n’avons pas encore atteint ce stade où nous savons ce que nous attendons de ce groupe, soir après soir. On a un peu trop navigué en mode montagnes russes sur cette première partie de saison. Et ceci est en partie dû à nos blessures, c’est aussi en partie dû à ce manque de momentum construit ensemble et dont on a besoin pour bien jouer avec régularité et en faisant attention au moindre détail. On doit faire ça, et je suis confiant sur le fait qu’on va y arriver.”

Kerr l’avait annoncé avant que la saison ne commence. Il savait qu’il allait passer par ces moments-là, ce genre de déclaration, ces montagnes russes en question. En alignant autant de saisons de suite avec de longs Playoffs, il savait que les piliers de son équipe allaient prendre la régulière en levant le pied. Pas par manque d’esprit de compétition, mais par fatigue physique, morale, émotionnelle. Par conscience, aussi, que le plus important est de se ramener à fond à partir du 15 avril. Et il y a de fortes chances, vue leur expérience, que ces Warriors vont trouver le rythme pour être prêts quand les choses sérieuses commenceront. Quand t’as autant de talent dans ton effectif, de cohésion et d’habitudes, il suffit de pas grand chose pour que la machine infernale se relance. Le plus dur est, finalement, de passer cette régulière sans trop de drames (genre KD versus Draymond), pour ensuite rappeler à toute la planète basket qui sont les boss. Et c’est là le plus grand des challenges, à la fois en interne comme dans l’oeil du grand public. Kerr le sait aussi après avoir remporté autant de titres, même avec un effectif écoeurant, il faut que de bonnes habitudes s’installent pour que le plan soit exécuté à la perfection en Playoffs. Cela demandera donc, de la part des Warriors, une deuxième partie de saison renversante, avec une 1ère place verrouillée à l’Ouest et un professionnalisme remis au centre de la table petit à petit.

Paniquer ? Non. En traînant des pieds, les Warriors sont sur le podium de l’Ouest et n’ont pas de blessures majeures à déplorer. Tout ce qu’on attend à Oakland, désormais, c’est le retour à la normale, avec des victoires à la pelle et la manière qui va avec. Trust Kerr, comme on dit souvent là-bas.

Source : NBC Sports Bay Area

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top