Lakers

Les propos de Kevin Durant ont énervé LeBron James : comment ça mon environnement est toxique ?

LeBron James

Ça lui a cassé les c**** au point de s’en péter les adducteurs…

Source Image : ESPN / Youtube

Pour ceux qui auraient manqué la majeure partie des deux dernières années en NBA, il y a un truc à retenir : Kevin Durant est une bille en com’. En tout cas, plus d’une fois, des déclarations maladroites ou des formules mal choisies lui sont revenues pleine face dans de grosses tempêtes médiatiques. Récemment, KD donnait son ressenti à Bleacher Report concernant « l’environnement toxique » de LeBron James. Pas besoin d’avoir terminée sa fac de psycho ou de mentalisme pour prévoir que le King n’allait pas apprécier…

Après avoir assuré un back-to-back avec les Warriors, en route pour un threepeat historique, beaucoup d’observateurs et de fans s’attendent à voir Kevin Durant tester le marché des agents-libres cet été et, très probablement, trouver un nouveau point de chute en NBA. Et si la free agency 2019 s’annonce complètement folle pour les superstars de la Ligue, le cas du double MVP des Finales en titre, déjà responsable de la plus grosse trahison décision des récents étés, a tendance à attirer pas mal de regards. Tu. M’étonnes. Alors forcément, quand on a vu l’immense marché des Lakers prendre LeBron James (ou l’inverse) tout en gardant du cap pour 2019, on s’est rapidement demandé si la NBA allait pouvoir connaître cette association ultime, létale, nucléaire, cataclysmique. Le Jour d’Après, Armageddon, 2012, bref sortez vos meilleures réf’ apocalyptiques pour qualifier cet hypothétique duo. Problème, quand Bleacher Report posait la question d’une telle union à Kevin Durant, la réponse était loin d’être positive. Comme détaillé dans un précédent article, le Snake craignait la pression, surtout médiatique, qui entourait tous ceux qui jouaient avec le King. Précisant que « ce n’est pas du tout la faute de LeBron », KD décrivait un « environnement toxique ». Parce que niveau pression médiatique depuis l’affaire Draymond Green (et même avant), les Warriors, c’est bien connu, c’est le Pierre & Vacances de Lacanau en période estivale : la piña colada, les pieds dans l’eau et la casquette Ricard. D’autant qu’il ne les avait pas rejoint pour, justement, « sortir de sa zone de confort »… Bref. Ceci dit, comme vous vous y attendez, ce n’est pas ce qui a gêné LeBron James dans cette déclaration. Interrogée par Rachel Nichols d’ESPN, le King explique pourquoi il a d’abord été énervé par ces propos :

« J’étais énervé, ma famille était énervée, et mes amis aussi. […] Je n’ai jamais ressenti que mon environnement était toxique. Et quand j’entends ‘toxique’, je pense automatiquement à quelque chose qu’il faut repousser parce qu’il s’agit presque d’une maladie mortelle. […] Mais KD m’a appelé. On en a parlé. Il a expliqué ce qu’il ressentait et comment il trouvait que cette histoire avait pris un tournant. Et en tant qu’homme, je ne reste pas sur les choses trop longtemps. […] Écoutez, il m’a dit ce qu’il ressentait, et il s’est excusé sur la manière dont c’est sorti. Je lui ai dit qu’il n’y avait pas de souci. On est allé de l’avant. »

… Oh pardon, on imaginait LeBron James énervé qu’on ait mal parlé sur son « clan », et ça nous a tétanisé. Parce que, quand tu connais un peu son attachement à tout ceux qui font partie de son cercle, tu sais bien qu’il faut éviter d’aborder le sujet sur un autre angle que « ils sont tous géniaux ». Ou alors tu t’arranges pour que ça ne lui arrive pas aux oreilles. Kevin Durant a brisé les deux règles. Pas méchamment hein, mais maladroitement et naïvement, comme ta petite cousine casse les assiettes en mettant la table, comme ton fils tague ton maillot city du Heat avec sa gouache reçue pour Noël (on vous jure qu’on a pleuré en écrivant ça). Car oui, le Snake l’avait bien précisé, il désignait surtout la toxicité des médias dans cette histoire mais, en sortant une telle quote, difficile de ne pas se retrouver avec des gros titres « Kevin Durant trouve l’environnement de LeBron toxique », et c’est probablement le message que retiendront beaucoup. Pas très doué en com’ peut-être, mais quand tu as le numéro du gars que tu viens de vexer, c’est toujours plus simple de corriger le tir. Au moins, les deux hommes se sont parlés : comme souvent, le malentendu s’est vite dissipé, et tout semble arrangé. Bon, est-ce que ça a calmé LeBron avant le match de Noël entre Lakers et Warriors à Oakland ? Non. 17 points, 13 rebonds et 5 assists en seulement 20 minutes (avant de sortir sur blessure), et une jolie petite taule en faveur de Los Angeles (127-101).

Ce n’est pas la première fois que Kevin Durant se foire un peu dans ses déclarations. Seulement cette fois-ci, ce ne sont pas uniquement les médias qui l’ont mal interprété mais aussi LeBron James qui a pris ces propos comme une attaque sur son « clan ». Et croyez-nous, c’est la dernière chose que vous voulez que pense le King… Un quiproquo, un petit coup de fil et tout va déjà mieux. C’est quand même mieux que de se balancer des punchlines sur le banc, hein KD ?

Source : ESPNBleacher Report 

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top