Wizards

Les Wizards ont signé Ron Baker : quoi de plus normal que de retrouver Ron Weasley chez les Sorciers ?

Wizards

Ce n’est pas n’importe quel meneur Harry, c’est un Baker 2000 !

Source image : Youtube

On a vu vos messages désespérés lorsque les New York Knicks ont annoncé qu’ils se séparaient de Ron Baker. Mais les Wizards ne sont pas seulement là pour nous faire marrer en essayant de monter un trade, ils savent aussi faire ces petits gestes qui vous rendent heureux : le meneur mécheux a signé pour Washington. Même pas un petit merci ?

Si la NBA est faite de plus en plus d’immenses superstars qui claquent des performances monstrueuses et font rêver les fans, elle a gardé ce côté pittoresque, ces joueurs pas forcément hyper talentueux comparés à d’autres, mais que les fans adoptent au premier regard. C’est un peu l’histoire de la carrière de Ron Baker. Le non-drafté engagé par New York au terme de la Summer League 2016 n’a jamais tapé de grosses perf’, n’est pas un joueur spectaculaire mais il est rapidement devenu l’un des chouchous du Madison Square Garden. Pourquoi ? Personne ne sait vraiment. Une dégaine sympa, un joueur sérieux et combatif, une simplicité qui force à l’identification, bref un mélange d’éléments qui lui ont construit une image de bon gars et qui ont fait avoir un peu pincement au cœur aux fans des Knicks pour le départ d’un joueur tournant en 3,3 points, 1,5 rebond et 1,8 assist pour à peu près 15 minutes de moyenne en carrière. Et pour ceux qui s’inquiétait de ne plus revoir Ron Baker en NBA, Adrain Wojnarowski d’ESPN a joué les Père Noël dans un tweet :

« Wizards are signing former Knick Ron Baker, league sources tell ESPN. Wiz waiving Okaro White. »

Finalement, c’est par un inattendu tour de magie que Ron Baker a débarqué cette semaine aux Wizards. Car en envoyant Austin Rivers à Phoenix avec Kelly Oubre Jr. pour récupérer Trevor Ariza au prix d’un cafouillage all-time, la franchise de Washington se retrouvait un peu courte sur les postes extérieurs, derrière le duo des superstars John Wall et Bradley Beal. Il fallait donc trouver un complément pas trop cher pour faire le nombre et quoi de mieux que le pote d’Harry pour aider les Sorciers ? En tout cas, ce move semble être la dernière répercussion d’un trade qui aura fait marrer toute la Ligue. Maintenant que le roster est peaufiné, pourquoi ne pas entamer le début d’une remontée au classement pour les Wizards, eux qui pointent pour le moment à la 11ème place de l’Est avec 12 victoires pour 20 défaites. Pour le good guy Ron Baker, la transition du vestiaire des Knicks à celui de Washington ressemble quand même pas mal à un transfert des gentils (mais un peu nuls) de Poufsouffle aux cassos de Serpentard.

Fin des ajustements du roster et début du renouveau pour les Wizards ? En tout cas, il serait temps… Vous aviez peur de ne plus jamais revoir Ron Baker en NBA ? Pas de problème, Washington anticipe Noël de quelques jours, et vous offre un joli cadeau en récupérant l’arrière à la mèche !

Source texte : Adrian Wojnarowski

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top