News NBA

Les Suns, les Grizzlies et les Wizards dans la légende : trade avorté, erreur sur le prénom, même Scott Brooks a failli être tradé

Deal Memphis Grizzlies Phoenix Suns Washington Wizards
Source image : Twitter

Alors qu’on était tranquillement posés pour notre nuit NBA, le Woj a décidé de nous apporter une touche de what the fuck supplémentaire. Enfin rendons plutôt à César ce qui appartient à César, si l’insider a été le relais parfait des informations, ce sont bien trois franchises – Memphis Grizzlies, Phoenix Suns et Washington Wizards – qui nous ont proposé la nouvelle édition de « Monter un  trade pour les nuls ».

Tout a donc débuté normalement par un tweet d’Adrian Wojnarowski préparant le terrain pour une bombinette dont il a le secret. Selon lui, la team de D.C. était en passe de faire affaire avec celle d’Arizona pour retrouver un ancien de la maison en la personne de Trevor Ariza, éligible depuis ce samedi pour un trade. Mais pour y parvenir, il fallait faire rentrer une autre franchise dans la danse afin que chacun y trouve son compte.

Les Grizzlies sont finalement les troisièmes larrons, Kelly Oubre et Austin Rivers étant priés côté Wizards de préparer leurs valises, le premier pour Memphis, le second direction Phoenix. Par contre, les noms ne fuitent pas encore sur qui devrait quitter le Tennessee, probablement des mecs lambda car on n’imagine pas Memphis faire exploser son roster pour l’ailier remplaçant des Wiz malgré sa sublime capillarité. On saupoudre le tout de quelques picks de Draft au second tour, et on tope dans la main. L’affaire semble bien partie, on ne se doute pas encore à ce moment que tout va partir en vrille. Woj creuse un peu et trouve les blazes, ce sont Wayne Selden et Dillon Brooks qui sont inclus dans le package.

Emballé, c’est pesé on signe et on passe à autre chose car ne nous voilons pas la face, on ne part pas sur une révolution avec ce deal qui ne restera pas dans l’histoire. C’est du moins ce qu’on pensait, car tout va ensuite s’enchainer dans le n’importe quoi. C’est d’abord Adrian Wojnarowski qui revient sur ses propos précisant qu’en fait c’est MarShon Brooks et non Dillon qui plie bagages.

Simple correction. Ou pas. Car à partir de là, le deal va s’effondrer, l’erreur n’étant en réalité pas une mauvaise interprétation ou compréhension du Woj, mais bien une mésentente complète entre les trois franchises qui semblent avoir discuté via nuages de fumées et pigeons voyageurs tant elles ont l’air déconnectées les unes des autres. Les Suns disent avoir négocié directement avec les Grizzlies en évoquant bien Dillon Brooks – et non MarShon – pendant que les Oursons infirment cette version en insistant sur le fait qu’ils n’ont échangé qu’avec les Wiz pour que la franchise de D.C. mette en place ce deal à trois. Ernie Grunfeld, le GM de Washington, aurait donc mal fait suivre l’information à son homologue intérimaire en Arizona, James Jones. Bref, si vous n’y comprenez rien rassurez-vous, les mecs concernés non plus quand on continue de scruter au microscope les attitudes et commentaires. En effet, au milieu du quatrième quart des matchs Nets – Wizards et Grizzlies – Heat est intervenu l’annonce d’un accord de principe entre les franchises et personne ne se posait la question d’une éventuelle confusion, malgré l’avertissement lancé par la « bévue » du Woj. Mais devant les rapports contradictoires, James Jones et Chris Wallace se sont enfin contactés directement afin de s’assurer que tout le monde avait bien compris la même chose. Ce qui n’était pas le cas, mettant fin à tout accord.

S’en suit un coup de fil de Wallace à Grunfeld pour échanger des mots doux on l’imagine ou pour chercher une alternative qui pourrait inclure Scott Brooks, Aaron Brooks, Mel Brooks, Abbey Brooks ou Jamie Brooks dans la balance afin de ne pas passer pour des guignols. Trop tard, le mal est fait, et nous on s’est bien marré. Le tanking des Suns est sans limite au point de déborder jusque dans des trades alors qu’Ernie Grunfeld reste l’un des plus grands visionnaires de l’histoire de la Ligue.

Source : Adrian Wojnaroski/ESPN

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top