Sneakers Basket

La Curry 6 est officiellement sortie : une paire pour sniper, mais aussi pour sprinteur

Curry 6
Source image : Under Armour
  • Curry 6
  • Curry 6
  • Curry 6
  • Curry 6
  • Curry 6
  • CUrry 6
  • Curry 6
  • Curry 6
  • Curry 6
  • Curry 6
  • Curry 6
  • Curry 6
  • Curry 6
  • CUrry 6
  • Curry 6
  • Curry 6

Grand événement, grandes pompes. Pour la sortie de la Curry 6, Under Armour a invité TrashTalk à être présent sur place, à Oakland, ce mardi 11 décembre. L’occasion idéale pour discuter avec Stephen, et aussi comprendre l’adaptation à son style de jeu au fil des années, pour lui offrir la paire idéale. Direction le labo d’UA.

Tout le gratin de la scène américaine des sneakers était là, au garde à vous. Des têtes connues du grand circuit, des visages habituels et qu’on aperçoit souvent en bord de terrain, pour la sortie de la Curry 6 la marque américaine avait décidé de mettre le paquet sur Oakland. Il faut dire que, blessure ou pas, embrouille interne aux Warriors ou pas, un produit lié à Steph ne peut pas sortir en toute discrétion. On parle, actuellement, du joueur qui vend le plus de maillots au monde, d’une des figures les plus reconnaissables du basket, où que l’on soit. Il y avait donc de quoi discuter, autour de cette nouvelle paire destinée à éclabousser la Ligue sur les prochains mois de compétition. La Curry 6, présentée dans la salle d’entraînement des Warriors, sous les bannières de champions et le regard des légendes placardées aux murs. Encore plus basses et légères que les paires précédentes, le message est donné chez Under Armour. Et il sera d’ailleurs répété plus d’une fois par un Kelena Azubuike impeccable dans son rôle de MC du soir. Si Stephen est généralement loué pour ses qualités de shooteur, normal quand on a un poignet all-time, une immense partie de son jeu se base sur ses inarrêtables déplacements. Et par conséquent, dès que le premier micro lui est tendu, Curry le souligne avec une réelle fierté.

Le plus grand compliment qu’on peut me faire au basket, ce n’est pas forcément sur mon shoot ou les différents tirs que je rentre. C’est quand il y a un temps-mort et que mon défenseur, exténué, me dit que je n’arrête pas de courir.

Courir, courir, courir. Le thème est répété et la Curry 6 va clairement dans ce sens, que ce soit dans son look, sa présentation et son évolution. Finies les Curry 3 ou 4, bien hautes et liées aux antécédents médicaux de Steph. Finis les stéréotypes sur les chevilles du meneur, lui qui n’a plus eu de graves soucis sur cette région du corps depuis bien longtemps. Après une Curry 5 qui était déjà bien basse, on tape clairement dans la catégorie des Kobe ou des KD : low-tops, quasiment des chaussures de running. Le phénomène est d’ailleurs accompagné par le designer de ses shoes, qui revient sur le processus entourant la création de la Curry 6. Au cœur de celui-ci ? L’envie de Stephen de se déplacer en permanence, et d’avoir une paire qui le suit dans ses soirées de marathonien : statistiquement, ils ne sont que 30 autres joueurs à courir autant que Curry aujourd’hui lors de chaque match en NBA. Ce qui impose forcément des modifications dans le type de paire portée. La trentaine soufflée en mars dernier fait aussi son effet. Les pénétrations spectaculaires, exposant ses articulations à des réceptions douloureuses, ont laissé de plus en plus place à du tir à distance comme à mi-distance. Du sprint, des changements d’accélération, histoire d’avoir un avantage permanent sur la compétition.

Vient alors le test de ces bad boys, comme le dit Max de chez SLAM Magazine en enfilant la paire. Sur le parquet des Warriors, dans le plus grand calme, on essaye la Curry 6 avec Steph à nos côtés et son entraîneur personnel aux commandes. Quelques exercices basiques effectués, rien de bien fou, mais assez pour jauger la paire. Et en effet, niveau légèreté comme confort, on est clairement sur une paire réservée aux meilleurs sprinteurs, dans la lignée des shoes mentionnées plus haut. Grâce à un maintien suffisamment solide, la sensation de sécurité est bien là pour nos petites chevilles. Mais il faut aussi prendre en compte les atterrissages, ce qui offre différents avis dans le crew des testeurs. Un talon trop épais ? Un équilibre du poids à revoir ? Disons que cela chipote plus qu’autre chose, car au final le test est une réussite. Dans un style bien plus mainstream et polyvalent que les chaussures précédentes clairement tournées vers les basketteurs, la Curry 6 se tient en porte-drapeau d’Under Armour. Le joueur est au top de son game, la marque mise fort sur la culture du running, le mélange est aussi intéressant qu’osé.

Les plus rapides et mobiles d’entre vous pourront donc se procurer la Curry 6 sans réaliser d’erreur. Créée pour ce type de jeu, la nouvelle paire signée Under Armour espère suivre le succès des Curry 5 et 4, avec une vague de différents coloris qui devraient cartonner tout au long de la saison. Well done, maintenant c’est à Steph de la mettre en avant comme il faut.

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top