Pacers

Myles Turner sanctionné par la ligue : 15 000 dollars pour un doigt, encore 225 fois et il sera dans la dèche

Myles Turner Indiana Pacers

Oh le vilain garnement

Source image : Youtube

Le porte-feuille de Myles Turner va s’alléger de 15 000 dollars puisque la ligue a décidé de sanctionner l’intérieur pour avoir fait un doigt d’honneur au public de Philadelphie lors de la victoire de son équipe vendredi. On n’est pas trop inquiet pour lui, il a de quoi voir venir.

Voilà une scène qu’on aimerait voir moins souvent mais qui est de plus en plus monnaie courante en NBA : un joueur est pris à partie par certains fans adverses et décide de répondre à sa manière. On avait vu plus tôt dans la saison Patrick Beverley prendre 25 000 $ d’amende pour avoir envoyer un ballon en direction d’un spectateur qui insultait ses proches, même amende pour Kevin Durant qui avait répondu à un fan en lui disant de la fermer. C’est désormais Myles Turner qui est rattrapé par la patrouille pour avoir montré son majeur au public de Philly lors de son remplacement. Verdict ? 15 000 $ d’amende pour ce « geste inapproprié en direction des tribunes » nous dit la NBA et probablement un sentiment de « rien à foutre » de Turner vu ce qu’il a sur son compte en banque mais le point important est ailleurs. Les joueurs se doivent de maîtriser leurs émotions dès lors qu’ils sont sur le parquet et on peut même parler de devoir d’exemplarité, quand on pense aux milliers de jeunes qui regardent les matchs et s’inspirent de leurs idoles : peut-on parler d’une idole concernant Myles Turner, on vous laisse voir fans des Pacers.

D’un autre côté, si les joueurs se doivent d’être exemplaire, il en est de même pour le public. Tenter de faire sortir un joueur de son match en entrant dans sa tête c’est de bonne guerre et on a pu le voir de nombreuses fois lorsque les fans se moquaient des mauvais tireurs de lancer francs par exemple mais là on atteint un autre niveau. On est aux States, les fans sont plutôt chauds, le trashtalking est roi et ça envoie des insultes à tout va en n’épargnant personne, surtout pas les mamans. On est toujours surpris de constater que certains spectateurs s’en tirent sans voir les vigiles de la soirée mais sans doute que des consignes sont données pour fermer les yeux jusqu’à un certain point : Pat Beverley avait d’ailleurs prévenu arbitres et membres de la sécurité sans qu’on ne constate la moindre différence. On veut pas tirer de conclusions hâtives mais on remarquera quand même, pour l’anecdote, que les deux épisodes Beverley et Durant se sont passés à Dallas, le fief de Mark Cuban, jamais le dernier quand il s’agit d’ouvrir sa gueule ou de fermer les yeux.

Une amende pour un comportement inapproprié en NBA, c’est aussi courant que Gerard qui va en boîte : c’est pas la première, ce sera pas la dernière. L’important est de rappeler que le public se doit de jouer son rôle de sixième homme tout en respectant la ligne rouge qui sépare une bonne ambiance bien bouillonnante comme on les aime… d’un ring de catch. Demandez donc à Ron Artest ce qu’il préfère. 

Les visiteurs ont tapé :

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top