Los Angeles Clippers

Pat Beverley puni pour avoir jeté un ballon sur un fan : en même temps si tu veux insulter un joueur, choisis pas Patoche quoi

Patrick Beverley

Sans déconner, ça ne se voit pas qu’il ne faut pas le faire chier ?

source image : youtube

On le sait, en NBA, le public est extrêmement proche du terrain. C’est ce qui fait aussi la magie de la Grande Ligue. Plus que de simples spectateurs, les fans sont des acteurs à part entière lors de certaines rencontres. Mais évidemment, quand tu réunis 15 000 personnes au même endroit, il y a forcément des cons dans le tas. Patrick Beverley en a justement croisé un il y a deux jours. 

Patrick Beverley a donc été rattrapé par la patrouille. 25 000 $ d’amende pour avoir jeté la ball à un fan. Alors première remarque, pas forcément valable : s’il avait vraiment voulu la lancer fort il ne se serait pas gêné. Mais bon, il n’aurait tout de même jamais dû faire ça. Adam Silver est extrêmement tatillon sur les interactions avec les fans, ils sont après tout les premiers investisseurs de la Ligue. Mais cet événement n’est pas le premier et ne sera sûrement pas le dernier. Le public fantasme sur les stars de la ligue, les pensant surhommes ou intouchables. Mais c’est faux ! Il sont tout autant fragiles que n’importe quelle personne (KAT l’est un peu plus, on avoue) et on ne peut pas se permettre de les insulter, sauf devant notre télé sur le canapé. Car c’est bien ce qui s’est passé. D’après le principal intéressé, un fan de longue date des Mavs, Dan Knobler, l’aurait insulté lui et sa maman. Alors ça c’est dégueulasse, même nous, on s’interdit de le faire. Les journalistes d’ESPN ont recueilli la réaction à chaud du joueur.

« Je l’ai dit à l’arbitre, je l’ai dit à la sécurité. Je n’ai jamais été éjecté d’un match depuis que je suis en NBA. Je joue dur, je joue à la limite c’est sûr. Mais je joue toujours dans les règles. Je suis un adulte, j’ai une morale. Je peux accepter le f**** you Beverley, le f**** you Pat, mais lorsque l’on parle de ma mère, on franchit la limite. Tous ceux qui me connaissent savent que je fais passer la famille en premier et du coup ces choses-là sont inacceptables. Après que j’ai prévenu la sécurité, les arbitres, il a recommencé. Si personne ne contrôle les fans, qu’est ce que vous voulez qu’on fasse, nous les joueurs. »

Le fan en question a par la suite confirmé qu’il aurait parlé de la mère de Patrick Beverley. Ce dernier a raison, l’année dernière, c’est Russell Westbrook qui avait subi les foudres d’un fan en colère qui avait visiblement une crampe au majeur. Et n’est pas Ron Artest qui veut, parfois le mieux à faire est de ne pas y faire attention mais cela peut sembler impossible lorsque l’on parle de la famille. Les joueurs se doivent de rester calmes mais les fans doivent être punis pour tout évènement qui dépassent les limites du trashtalking. Elles sont peu nombreuses mais pourtant très claires : pas les mamans, pas les mamans, pas les mamans. Si vous n’arrivez pas à imprimer, tatouez-le vous sur le front, bon goût garanti en soirée. En tout cas, la NBA ferait bien de commencer à sanctionner réellement les spectateurs du premier rang qui s’autorisent ce genre de choses. Malheureusement, ces dernier ne sont souvent pas là par hasard.

Bien heureusement, cette histoire n’est pas aussi grave qu’elle en a l’air et les conséquences sont finalement minimes. Néanmoins, on a une proposition pour Adam Silver. Si un fan insulte un joueur, on l’amène sur le terrain, on éteint les lumières pendant 30 secondes en mode 3ème mi-temps, et on verra s’il recommence. Pardon ? On n’a pas le droit de dire ça ? 

Source texte : ESPN

Les visiteurs ont tapé :

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top