Raptors

Preview Blazers – Raptors : après les Warriors, les dinosaures en visite chez des pionniers tout crotteux

Kyle Lowry

Qui c’est qui va perdre des kilos ce soir? c’est bibi

source image : nba league pass

Alors… les Clippers c’est torché, les Warriors c’est fait, qu’est ce qu’on a maintenant ? Ah oui, les Blazers. Les Raptors continuent leur route à l’Ouest, après avoir éparpillé les franchises de Californie façon puzzle, ils vont s’attaquer aux pionniers de l’Oregon. Attention, même pas en forme, la team de Damian Lillard n’est jamais bonne à prendre à la maison. 

Au début de l’année, on savait que les Raptors allaient être forts, mais personne ne pouvait prévoir qu’ils soient à ce niveau de performance si tôt dans l’année. L’arrivé de Kawhi Leonard n’est pas la seule cause de l’euphorie avec laquelle les hommes de Nick Nurse jouent. Même sans lui, ils mettent à l’amende tout le monde comme des vieux darons dans le game depuis 20 ans. Pourtant l’effectif n’a finalement pas tant changé par rapport à l’année dernière. Alors comment expliquer une telle transformation ? Le coach ne reçoit clairement pas assez de crédit dans la ligue pour son travail sur le plan offensif. Défensivement, Toronto est depuis un bon moment une place forte en NBA, en attaque en revanche, les système (s’ils existent) de Dwane Casey et les isolations en répétitions de DeMar DeRozan ne permettaient pas à l’équipe de franchir un palier. Désormais, les cartes sont redistribuées. Kyle Lowry est le seul en charge de la création, Fred Van Vleet étant son relais en sortie de banc, 10 passes par matchs pour seulement 2 pertes de balle, monsieur propre avec des calories en trop quoi. La raquette elle, se la joue small ball avec Pascal et Serge qui réalisent tous les deux leur meilleure saison en carrière. Ibaka, en récupérant le poste de pivot, joue plus près du cercle, limite ses trois points à 2,5 par rencontre, contre 4 l’année dernière et par conséquent, marque bien plus efficacement. Pascal Siakam lui, est en train de se révéler à la ligue. En course pour l’instant pour le trophée de meilleur progression de l’année, le camerounais est en train de tout déchirer. Impérial en défense, ultra efficace en attaque avec 61% de réussite aux tirs, il est l’élément qui manquait à cette équipe canadienne pour passer un cap en attaque.

Ca tombe bien, les Raptors, deuxième de la ligue au rating offensif visitent la 16ème défense de la NBA ce soir. C’est vrai que les hommes de Terry Stotts de nous ont pas habitué à être une muraille. Rien que sur les lignes arrières, Damian Lillard et CJ McCollum, si ils sont l’une des meilleures doublettes de la ligue en attaque, sont plus friables de l’autre coté du terrain. Kawhi Leonard ne devrait pas jouer ce soir, donc les deux pistoleros vont bien se faire marquer à la culotte par Danny Green et Kyle Lowry. Il est possible que les hommes de Nick Nurse soit fatigués après un back to back en californie. Les Blazers feraient bien de démarrer ce match pied au plancher donc, s’ils ne veulent pas subir le tarif habituel. Pour ça, Dame Dolla n’a pas intérêt à nous réserver une autre performance pourrie comme celle contre les Grizzlies. Le monsieur s’est fait bouffer par Mike Conley, on espère qu’il s’y prendra mieux face à Danny le vert pas connu non plus pour être indulgent en défense. Avec l’absence de the Claw, c’est Fred Van Vleet qui devrait débuter cette rencontre, à voir si cette formation canadienne assez petite en taille, avantagera la franchise de l’Oregon. Jusuf Nurkic, en l’absence de Jaunasse Valanciunas, a une carte à jouer à l’intérieur. Censé être plus grand et plus fort que tout le monde sur le parquet, il serait temps que le bosnien nous sorte une performance référence. La même conclusion s’applique plus ou moins à toute son équipe en ce moment d’ailleurs.

Il serait temps de retrouver la forme du mois de mars pour les Blazers. 9 ème de l’Ouest, il ne sont théoriquement pas en Playoffs pour l’instant. C’est quand même dommage quoi. Pour une fois que les joueurs avait bien commencé leur saison, les voilà qui chient dans la colle à l’approche des fêtes. 

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top