Bucks

Le calendrier des Bucks au mois de décembre : des déplacements hardcore et des gros qui viennent squatter pour les fêtes

Bucks Apéro TrashTalk

Les autres équipes en NBA c’est de l’eau.

Source image : trashtalk

Les daims ont intérêt à courir vite. A l’approche des fêtes, il semble que beaucoup d’équipes aimeraient bien manger la plus agréable surprise de la saison. Les Milwaukee Bucks ne vont pas passer un mois de décembre tranquille, c’est le moins qu’on puisse dire. Sept déplacements avant Noël et quatre réceptions de mecs affamés. Vrai test pour les hommes de Mike Budenholzer qui vont se serrer la ceinture.

Depuis le début de la saison, peu d’équipes peuvent s’enorgueillir de pratiquer un aussi bon basket que les Bucks. L’arrivé de Mike Budenholzer cet été a tout changé. Nous étions habitué à une team uniquement tournée autour de Giannis Antetokounmpo. Un gogo gadget au milieu, aucun mouvement, quatre mecs les bras en l’air qui, chacun leur tour, attaquent le cercle. On ne dit pas que Jason Kidd était un mauvais coach (quoique), par contre on affirme que son message ne passait plus. Si l’ancien meneur est un fantastique meneur d’hommes, il n’est clairement pas un grand tacticien. Une des choses qu’il prônait, était la prise de risque en défense. Il n’était pas rare de voir les daims se jeter sur les lignes de passes. Si le défensive rating n’était pas terrible, en revanche aux interceptions, Milwaukee était deuxième de la Ligue. En attaque, bienvenue sur l’île de l’isolation. L’équipe était une des plus frustrantes à voir jouer. Voir le Greek Freak s’empaler sur deux ou trois défenseurs, dû à l’absence de mouvement, c’est chiant. Coach Bud s’en tient désormais à un système défensif moins risqué, plus efficace, et une attaque basée sur le spacing et les tirs du parking. Et pour l’instant, cela marche très bien. Meilleure attaque de la Ligue au rating et 5ème meilleure défense. Seule équipe à être dans le top cinq des deux catégories. Peu importe l’adversaire, Milwaukee peut le taper. Tout simplement parce qu’ils possèdent peut-être le joueur le plus indéfendable de la Ligue entouré d’une équipe qui connait son rôle à la perfection. C’est simple le basket finalement.

Source image : Basketball Reference

Source image : Basketball Reference

Pour l’instant les Bucks ont un bilan de 15-6 et sont installés à la deuxième place de la Conférence Est. Néanmoins cela pourrait changer assez vite. Le mois de décembre qui arrive est hardcore. Sept déplacements et pas aux endroits les plus sympas. En dehors des visites à New York et à Cleveland, qui seront sur le papier des vacances (sauf Cleveland, personne ne va en vacances là-bas), Milwaukee se déplacera dans l’ordre à Toronto le 10 décembre, Indiana le 13, Detroit le 18, Boston le 22 et Miami le 23 en back-to-back, quel plaisir. A la maison, il y aura également quelque touristes relous qui vont essayer de taper dans le buffet. Réception de Detroit le 6 décembre, de Golden State le 8 et de New Orleans le 20. Vous le sentez le mois de la mort là ? Inutile de vous dire que le match contre les Raptors sera absolument immanquable et qu’il y’a des chances pour que ce soit l’affiche des prochaines Finales de Conférence à l’Est. Que celui contre Golden State à domicile sera l’occasion pour les champions en titre de prendre leur revanche. Et de toute façon à part Cleveland et New York, toutes les équipes seront dangereuses pour les Bucks. Les Pistons ne sont qu’à trois victoires au classement, la raquette Andre Drummond – Blake Griffin peut transformer n’importe quelle rencontre en calvaire. On va enfin savoir avec tous ces matchs ce que les Bucks valent réellement, s’ils se sortent de cette période avec seulement une ou deux défaites, ils seront plus que jamais dans la course pour les Finales NBA.

Au delà du classement général, ce mois à venir sera l’occasion pour Giannis Antetokounmpo de confirmer sa domination pour le titre de MVP. Depuis la blessure de Curry, il est le favori pour la statuette. Le retour du chef et le choc du 8 décembre devront donner lieu à un duel mémorable. Si les Bucks ne finissent pas comme la mère Bambi après ça, ils feront d’ores et déjà un grand pas vers l’avantage du terrain en Playoffs.

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top