Warriors

Kevin Durant a brûlé le Madison Square Garden : 41 points dont 25 dans le dernier quart temps !

Kevin Durant
Source image : NBA League Pass

Quand c’est pas l’un ? C’est l’autre. Après le chef d’oeuvre de Stephen Curry ce mercredi contre Washington, les Warriors ont pu se régaler devant un Kevin Durant en mode playground : victoire de Golden State grâce à un KD phénoménal.

Si on devait suivre les 48 dernières heures du côté d’Oakland, on aurait dû mettre Steph en couverture du pré-match entre Knicks et Warriors, après avoir vu le meneur en planter 50 sur des Wizards bien naïfs. Sauf qu’à quelques mois de la free agency 2019, et avec une franchise new-yorkaise qui souhaite enfin signer une star dans Gotham, c’est Durant qui était accueilli en roi. Billboards dans la rue, Ashanti en concert (un crush d’enfance), ovation lors des présentations, ça sentait fort le recrutement côté Knicks. Et d’ailleurs, chance pour eux, le jeu sur le parquet était de bonne qualité, ce qui permettait de boucler un message fort séduisant. Sous l’impact de Frank Ntilikina et Tim Hardaway Jr notamment, les hôtes tenaient tête aux double-champions en titre, dans un scénario qu’on connaît assez bien à Golden State : pieds qui traînent pendant une mi-temps, accélération en seconde. Sauf qu’une fois le fameux troisième quart-temps passé, il fallait bien que les Warriors se mettent enfin à jouer au basket. Que la mascarade cesse, pour laisser place aux vraies stars et assommer les Knicks par la même occasion. Une fois Curry préchauffé en début de match, c’est bien Durant qui prendra littéralement feu, offrant au passage un show inoubliable aux fans venus s’amasser dans les rangées du Madison Square Garden. La longue liane en a peut-être planté 66 points au Rucker Park il y a quelques années, mais si on l’avait laissé joué plus longtemps, il aurait probablement tapé cette marque au MSG.

And-one, trashtalking avec Enes Kanter, pull-up à mi-distance, isolations et banderilles de 10 mètres, catch and shoot sans hésiter et ficelle, remontée de balle et allez que je te plante une flèche derrière l’arc sans hésiter une seule seconde. Comme un gosse dans sa chambre, comme un ado sur son playground, comme un bonhomme à l’entraînement, KD fera de ce 4ème quart-temps une mixtape personnelle. Un show fait pour Broadway, ce genre de période durant laquelle aucun joueur de basket, ou même athlète, ne peut imaginer pouvoir défendre sur lui. Et pourtant, Curry aussi était chaud, mais les Warriors faisaient finalement ce qui leur plaît le plus. Quand l’un est hot like fire, tout le monde se range de son côté pour qu’il s’éclate. Et quand vous avez deux des meilleurs shooteurs de l’histoire dans la même équipe, les dégâts peuvent être énormes en l’espace de quelques heures. Klay Thompson, peut-être, démarrera sa saison vers mi-novembre, quand il plantera 50 points en une mi-temps face à une malheureuse équipe pas préparée. Mais pour ce vendredi soir, la scène était réservée à Durant. Pour des raisons assez évidentes, liées ou pas à sa future free agency, mais qui ont permis aux habitants de Gotham de réaliser à quel point obtenir le numéro 35 serait la garantie d’un orgasme quotidien sur le parquet mythique du MSG. Disons concrètement que, pour ceux qui se demandaient si KD est à l’aise à New York, la réponse a été donnée cette nuit.

41 points à 17/24 au tir (!!) dont 25 points rien que dans le dernier quart-temps, un scandaleux 47 à 16 pour les Warriors sur cette dernière période, Kevin Durant a fait ce que Kevin Durant fait de mieux : get buckets. Et alors quand le meilleur attaquant au monde prend feu, dans une salle aussi mythique que celle de New York, ça vous donne ce genre de merveille en images.

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top