Suns

Le sacrifice du jour signé Ryan Anderson : un potentiel cadeau de 5,4 millions pour rejoindre Phoenix

Ryan Anderson

On dit merci qui ?

Source image : youtube - clutch sports

Alors que les Rockets vivaient un été difficile, la lumière les a sauvés : Ryan Anderson s’en va enfin, avec son contrat de 41 millions de dollars sur deux ans dans ses valises. Si Houston voulait vraiment le dégager, le joueur voulait également partir, à en croire Adrian Wojnaroswki d’ESPN. Pour que le trade fonctionne, le Ryno a même fait une croix sur 5,4 millions sur sa deuxième année de contrat. 

Houston était dans une impasse avec ce magnifique contrat toxique. Comment ça, personne ne veut d’un mec payé 20 millions la saison, trop lent, qui ne défend pas et ne shoote qu’à 3-points ? Vraiment personne ? Voilà la situation dans laquelle s’est retrouvé Daryl Morey, avant que le miracle se produise. C’est Phoenix qui va jouer les sauveurs, en envoyant Brandon Knight et Marqueese Chris chez les voisins texans pour récupérer le Ryno et De’Anthony Melton. On peut crier au génie de Daryl Morey, qui un peu comme Sam Presti, s’est débarrassé d’un contrat empoisonné. Mais le crédit revient en partie à… Ryan Anderson. Indésirable à Houston, il ne voulait pas s’éterniser dans le Texas : si le trade a fonctionné, c’est parce que l’ailier-fort a fait une croix sur 5,4 millions de dollars garantis pour la saison 2019-20. Mais qu’il est généreux ce Ryan. Son salaire ne s’élèvera donc « qu’à » 15,6 millions de dollars, soit le salaire de Brandon Knight pour la même année. Un choix sera à faire l’été prochain côté Suns, une décision à 5,4 millions de dollars d’après le Woj. 

« Les Suns ont jusqu’au 10 juillet 2019 pour garantir le montant total de la dernière année de contrat de Ryan Anderson, ou ils pourront le couper et lui verser les 15,6 millions de dollars. Cette concession permet également à Phoenix de trader Anderson plus facilement. »

Et mercééé Ryan. L’équation est donc simple pour Phoenix l’été prochain : garder Anderson une saison de plus avec donc le montant total de son contrat, soit 21 millions de dollars, ou le couper et ne lui verser « que » 15,6 millions. Les Suns se retrouvent dans une situation assez avantageuse, ayant de la flexibilité sur le cas Anderson. Du côté du joueur, il est enfin loin du Toyota Center, et aura une année pour convaincre ses nouveaux dirigeants de lui garantir sa dernière année. Le joueur a les cartes en main, d’autant qu’il devrait être starter sur le poste 4 avec Dragan Bender en back-up. Il ne fréquentera plus James Harden et Mike D’Antoni mais Kokoskov, donc finit de faire la sieste en défense, il va falloir se bouger le derrière. Une saison comme celle de 2016-17, avec 13 points de moyenne et un 40% du parking pourrait bien faire plaisir à Devin Booker & co même si ça ne mérite pas 21 millions… Mais si tout ne se passe pas comme prévu, pas de panique : avec l’augmentation attendue du salary cap en 2019, il devrait pouvoir aller chercher ses 5,4 millions ailleurs (c’est d’ailleurs ce que va gagner DeMarcus la saison pro… pardon, on s’égare). Si on pouvait se demander quelle mouche a piqué Ryan McDonough, on comprend désormais tous les avantages de ce trade : Chris et Knight étaient devenus indésirables, derrière tu récupères un jeune qui a du potentiel, surtout en défense, et un mec qui ne sait pas défendre mais qui a un shoot, tout en ayant le contrôle sur son contrat. Si les moves du côté de l’Arizona ne sont sûrement pas finis (fait gaffe à tes fesses T.J.), voilà encore une bonne décision de la part du front office. 

Anderson voulait partir, Houston voulait le dégager, Phoenix ne voulait plus de ses deux lascars. Tout le monde est heureux, tout le monde est content. Mais ils peuvent quand même dire un petit merci au Ryno : pas pour ses performances sur le parquet, mais bien pour le petit sacrifice qui pourrait lui coûter 5,4 millions de dollars. 

Source texte : Twitter/@wojespn

Les visiteurs ont tapé :

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top