Nets

D’Angelo Russell entre dans une année décisive : pas d’inquiétude, avec de la glace dans le sang, ça devrait aller

d'angelo russell

Le meneur à la glace dans le sang préchauffe sérieusement avant la prochaine saison.

Source Image : NBA League Pass

Arrivé sur la Côte Est l’été dernier, D’Angelo Russell a vécu une première année très mouvementée avec les Nets. Après un bon début de saison sur le plan individuel, des problèmes de blessure lui ont fait manquer une trentaine de matchs. Désormais dans sa dernière année de contrat rookie, cette saison sera décisive pour lui et la franchise. 

Arrivé en février 2016, Sean Marks, le GM de Brooklyn, a lancé un plan reconstruction qui s’annonçait très compliqué. Deux ans et demi plus tard, son travail acharné avec le coach Kenny Atkinson commence à porter ses fruits. Dépourvu de tous leurs picks de draft (Danny Ainge remercie encore les Nets), la stratégie était simple : attirer le plus de joueurs prometteurs possibles, tout en les encadrant avec quelques vétérans, et proposer aux autres équipes de récupérer leurs contrats toxiques pour avoir des choix de draft. Et Sean Marks a fait tout ça à merveille pour l’instant. Ils ont débarrassé Toronto de DeMarre Carroll, les Blazers d’Allen Crabbe, même chose avec Dwight Howard et Charlotte, ou encore les Lakers avec Timofey Mozgov en 2017. Et c’est à ce moment que le GM des Nets sent un possible bon coup : ramener D’Angelo Russell dans la valise du pivot russe. Sélectionné en second choix de la Draft 2015, il vit deux saisons compliquées en Californie, malgré une progression dans sa deuxième année. Et avec la Draft de Lonzo Ball, les Lakers ont l’occasion de donner la mène au fils de Lavar en envoyant Russell de l’autre côté du pays. Ce dernier a ainsi l’occasion d’être le leader offensif de l’équipe et de confirmer son statut. Et une chose est sûre, son début de saison est largement à la hauteur des attentes : après une douzaine de matchs, DLo tourne à 20,9 points, 5,7 passes et 4,7 rebonds. Mais c’est là que les problèmes commencent, avec une blessure au genou gauche qui le fera passer sur le billard. Résultat, 32 matchs ratés, Russell ne retrouvera pas ce niveau de confiance du début de saison, et ne tournera plus qu’à 13,7 points et 5 passes, bien loin des moyennes qu’il a pu produire. C’est sans surprise que les Nets ne lui offrent pas d’extension de contrat cet été. Mais attention, la franchise compte encore sur son meneur pour la saison prochaine, et celui-ci l’a bien compris en travaillant comme un malade cet été, comme l’indique Kenny Atkinson au micro d’ESPN Radio.

« Il veut devenir plus fort, il était à la salle tout l’été. Ce n’est pas une obligation en NBA, donc il faut avoir envie d’être là, et lui, il y était. Il a travaillé très dur sur son corps. Il doit faire des progrès, devenir plus fort. Il a également bossé sur son explosivité. Mais il m’a beaucoup prouvé en étant présent tous les jours de l’inter-saison. »

En voilà une bonne nouvelle pour Brooklyn et les fans. Voir un D’Angelo Russell aussi bosseur et déterminé montre son envie de réussir une vraie saison complète. Car depuis son arrivée en NBA, son nombre de matchs manqués ne fait qu’augmenter : de 2 à 18 entre sa première et deuxième saison, et finalement 34 cette année. Un point revient alors : son genou. En 2016, il avait manqué onze matchs entre novembre et décembre à cause du même genou que celui touché cette saison, le gauche. Il a donc pris cela très au sérieux cet été.

« D’Angelo, sa principale préoccupation de l’intersaison était vraiment sa santé, son corps, pour bien se remettre de son opération au genou (de novembre 2017, ndlr). Il veut être plus robuste et être capable de tenir une saison NBA en étant présent sur le terrain. C’est primordial pour lui. En grandissant, il doit avoir ces habitudes et prendre soin de son corps. Et je pense que tout le monde sera surpris quand ils verront ce qu’il a fait. »

Comme l’a dit Kenny Atkinson, prendre soin de son corps avec de bonnes habitudes quotidiennes sera primordial pour D’Angelo, s’il veut continuer son aventure en NBA (s’il pouvait lui glisser quelques mots également sur sa défense, ça ne ferait pas de mal). N’ayant pas signé d’extension cet été, le meneur sera agent-libre restreint la saison prochaine. En cas de bonne saison, les Nets pourront alors s’aligner sur n’importe quelle offre d’une équipe pour leur joueur. Mais s’ils décident de ne plus compter sur lui en 2019, attention beaucoup de billets verts peuvent être distribués. Avec les fins des contrats de DeMarre Carroll (15,4 millions), de Russell (7 millions), des recrues Kenneth Faried (13,7 millions) et Jared Dudley (9,5 millions), les Nets auront assez de cap space pour signer deux contrats max l’année prochaine. En plus des tours de draft qui seront enfin de retour, le champagne pourra être sorti au Barclay Center. Quand on vous disait que Sean Marks gérait tout ça à merveille…

Année charnière donc pour DLo. Une bonne saison serait synonyme de bon contrat à Brooklyn où ailleurs, selon le plan des Nets. Par contre, si les performances ne sont pas à la hauteur ou si les genoux continuent à grincer, la suite va être bien compliquée.

Source texte : New York Post

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top