Spurs

Dejounte Murray est prêt à devenir leader chez les Spurs : l’heure de la maturité est enfin arrivée

dejounte murray
Source image : NBA League Pass

Si le bordel de ces dernières semaines a de quoi rendre tristounets les fans des Spurs, un vrai rayon de soleil peut leur redonner le sourire : Dejounte Murray, la pépite enfin prête à passer au level supérieur.

Il faudra attendre encore un peu avant de savoir si la franchise de San Antonio a récupéré un diamant en Lonnie Walker, mais R.C. Buford peut déjà se frotter les mains en voyant l’évolution de Dejounte. En effet, récupéré en 29ème place de la Draft 2016, le meneur des Spurs est passé du statut de potentielle trouvaille à son arrivée à celui de meneur titulaire talentueux de Gregg Popovich, ce qui n’est pas mince affaire quand on évolue sous les ordres du coach barbu. Au départ, il y avait Patty Mills et Tony Parker devant lui, question d’ancienneté et de connaissance du jeu. Trop fou-fou, pas assez organisateur, Dejounte venait de l’Université de Washington où il avait pu jouer librement et en mode playground, ce qui lui valait des comparaisons compréhensibles avec un certain Jamal Crawford. Sauf qu’une fois arrivé à San Antonio, Murray a vite compris qu’il deviendrait une star en NBA s’il apprenait sérieusement son métier, ce qu’il a fait à vitesse grand V. Deux ans plus tard, les choses ont bien changé, les Spurs sont certes dans une situation compliquée compte tenu du dossier Kawhi Leonard, mais cela n’affecte pas le jeune meneur au potentiel excitant. Prêt à prendre les rênes de la franchise afin d’aider LaMarcus Aldridge, DJM s’est récemment exprimé avec confiance concernant la saison à venir. Une première pour découvrir la NBA, une seconde pour devenir titulaire, la troisième sera-t-elle celle de l’explosion ? C’est ce qu’annonce un peu le bonhomme.

Vous verrez. Je bosse énormément sur mon jeu, je regarde beaucoup de matchs. Je suis prêt à être un leader, je suis prêt à être le leader vocal en attaque comme en défense. […] Je suis juste prêt à jouer en fait, et ce dès le camp d’entraînement. Je ne vais pas dire que je vais tourner à telles ou telles moyennes, ou si je vais faire ceci ou cela. Mon état d’esprit, c’est d’arriver au camp d’entraînement et demander à Coach Pop ce dont il a besoin venant de moi. Tout ce qu’il me demande, je le ferai. C’est une légende, il est dans cette Ligue depuis des décennies. Et évidemment, il aura un plan en tête. Mon boulot, c’est donc de continuer à bosser sur et arriver prêt au camp d’entraînement.

Des paroles qui ont de quoi faire ronronner les habitants de San Antonio, eux qui ont besoin de ce type de relation coach-joueur pour se rappeler que l’institution Spurs reste plus solide que jamais. Et Dejounte a de quoi être confiant, mine de rien. Car après après récupéré le poste de titulaire plus de la moitié des matchs des siens l’an dernier (48 sur 82), c’est un job à plein temps qui attend l’intéressé et cela tombe bien car sa franchise en aura bien besoin. Déjà surdoué en défense, Murray a surtout appris comment gérer une attaque et ses coéquipiers, sans avoir peur de hausser le ton. Difficile de s’imposer dans un vestiaire où des futurs Hall of Famers sont assis, mais avec Tony Parker dehors et un Manu Ginobili qui ne restera pas 3 ans de plus en NBA, le paysage devient plus léger pour Dejounte. Les 8 points, 6 rebonds, 3 passes et 1 interception de moyenne proposés en 22 minutes de moyenne l’an dernier ? Plutôt du 14 points, 8 rebonds, 5 passes et du bonus avec un plus gros temps de jeu l’année prochaine. Mais au-delà des chiffres, comme Murray le dit si bien, c’est dans l’attitude qu’il faudra s’attendre à une vraie évolution. Le gentil petit nouveau, timide et hésitant, doit laisser place à l’adulte confiant et agressif, aujourd’hui. Il en va de la courbe de sa carrière, mais aussi de l’état des Spurs pour les mois à venir. Attention donc à la prochaine campagne de Dejounte, qui pourrait en surprendre plus d’un.

Chaque fois qu’on les voit tomber dans les profondeurs de l’Ouest, les Spurs nous sortent un dernier tour de magie de leur sac. Et si Dejounte Murray devenait un cador chez les meneurs la saison prochaine ? Un garçon à suivre de très près…

Source : Jeremy Mills Podcast

Les visiteurs ont tapé :

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top