Nets

Les Nets prêts à décrocher la lune pour John Calipari : s’ils trouvaient un effectif pour commencer ?

Chaque saison ou presque, le nom de John Calipari est cité dans les rumeurs pour prendre place sur un banc en NBA. Et à chaque fois, le coach préfère sa place pépère en NCAA avec son statut de star. Cette année, ce sont les Nets qui tentent d’appâter le boss de Kentucky.

Ce n’est pas la première fois que Brooklyn s’intéresse à John Calipari. L’an dernier déjà son profil semblait attirer l’attention dans le borough new-yorkais, même si rien n’avait abouti. Parmi les décideurs de la franchise, il semblerait que Brett Yormark, le CEO des Nets et du Barclays Center soit celui qui insiste le plus pour faire venir un coach qu’il connait bien puisqu’ils sont amis depuis les années quatre-vingt-dix et un passage de Calipari… aux Nets du New-Jersey. Une collaboration qui n’avait pas été fructueuse entre l’équipe et le coach (39% de victoires en 184 rencontres), mais qui avait cimenté la relation entre les deux hommes. Si le dirigeant en avait le pouvoir, il donnerait tout pour faire venir celui qu’il considère comme un de ses amis les plus proches et un confident, selon Tim Bontemps du Washington Post.

Si Brett Yormark est en charge de la prise de décision, Calipari se verra offrir sans aucun doute tout ce qui est possible d’imaginer pour devenir le tsar de la partie basket des Nets. Les rumeurs concernant le fait qu’il accepte ou pas ce poste sont contradictoires, mais il sera le premier à recevoir un coup de fil si Yormark parvient à ses fins.

Petit problème, le brave Brett n’a pas le pouvoir à Brooklyn. D’ailleurs, on ne sait même pas qui les aura la saison prochaine puisque Billy King – le General Manager – est en fin de contrat et qu’il ne sera certainement pas reconduit. Mikhail Prolhorov souhaitant installer a priori son pote du CSKA Moscou Andrei Vatutin à ce poste, est-ce que le binôme russe sera d’avis à suivre Yormark sur ce coup ? Difficile à savoir, tout comme il est dur de comprendre réellement le fonctionnement de cette franchise qui a dépensé sans compter pour construire un effectif qui n’a jamais brillé avant de se retrouver coincée dans le ventre mou de la Conférence Est. Peut-être qu’il faudra justement offrir quelques garanties à John Calipari quant à la compétitivité de Brooklyn pour l’attirer dans le coin sachant qu’il kiffe plutôt bien sa carrière sur les bancs universitaires, avec pas mal de succès (646 victoires pour 181 défaites en carrière).

Les derniers bruits de couloirs en provenance des Nets laissent quand même présager d’un sacré bordel qui nous rappelle étonnamment les années folles du voisin new-yorkais. Pas de quoi donner envie à un mec qui brille en NCAA de venir pour se perdre dans une organisation bancale.

Source : NBC Sports

Source image : USA Today

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top