Equipe de France

Zoom sur les bancs : la meilleure arme de l’Équipe de France ?

Très bon depuis le début du tournoi, le banc de l’Équipe de France est la grande arme de Vincent Collet, lui qui possède à sa disposition une profondeur d’effectif très intéressante. Et ça pourrait une nouvelle fois faire la différence en faveur des Bleus ce soir…

Leur dernier duel

C’était évidemment lors de ce quart de finale mémorable l’an dernier à Madrid. Dans ce match, les deux bancs n’avaient pas particulièrement brillé dans leur ensemble (15 points de la second unit française contre 12 pour celle espagnole) mais c’est surtout un homme qui avait fait la différence, à savoir Rudy Gobert. En seulement 23 minutes, le pivot tricolore avait dégoûté les Ibères en dominant dans la raquette avec 13 rebonds au total et un contre sur Pau Gasol qui restera à jamais dans la légende du basket français. Monstrueux en défense, il avait fait très mal à Marc Gasol et Serge Ibaka (1/7 au tir chacun), complètement étouffés par Rudy. Bref, la Gobert-mania avait officiellement été lancée ce soir-là, avant de prendre une nouvelle dimension lors de la saison NBA avec le Jazz, où il s’est révélé aux yeux du monde entier.

Les deux hommes à surveiller : Joffrey Lauvergne et Sergio Rodriguez

Joffrey Lauvergne : 10,6 points et 6,7 rebonds de moyenne

Sergio Rodriguez : 10 points et 4,3 assists de moyenne

Contrairement à l’an dernier, Rudy Gobert débutera dans le cinq avec Joffrey Lauvergne sur le banc. Très bon depuis le début de la compétition, ce dernier va tenter une nouvelle fois d’apporter son énergie et son impact dans la raquette. Souvent, lorsque la France avait un petit coup de mou dans cet Euro (comme contre la Turquie par exemple), c’est lui qui a fait la différence en boostant ses coéquipiers par sa combativité et sa capacité à peser des deux côtés du terrain. Incontestablement, il apporte une nouvelle dimension aux Bleus lorsqu’il joue comme ça et ces derniers en auront bien besoin ce soir dans ce combat face aux Ibères.

Côté espagnol, c’est Sergio Rodriguez qu’il faudra surveiller, même s’il s’est montré irrégulier depuis le début de la compétition. Véritable playmaker, il est le genre de joueur à pouvoir faire exploser n’importe quel défense grâce à son talent individuel. Capable de scorer (en pénétration comme de loin), de faire jouer et de mettre le bouillon en un-contre-un, le meneur espagnol propose une équation à multiples inconnues qui est toujours difficile à résoudre. De plus, il représente une pièce importante du collectif espagnol car c’est souvent lui qui met un peu de folie et qui accélère le rythme du match en faveur de la Roja, parfois en difficulté sur jeu placé lors de cet Euro.

Ce qui fera la différence : la défense française

Si le banc est l’une des grandes armes de la France dans ce tournoi, c’est parce qu’il apporte avant tout une intensité qui fait très mal à l’adversaire. En effet, pendant que certaines équipes souffrent lorsqu’elles font reposer leurs meilleurs joueurs, les Bleus sont plutôt du genre à en remettre une couche à l’aide de leurs remplaçants. Et ça se voit notamment en défense, où la second unit française fait souvent la différence avec Joffrey Lauvergne, Flo Pietrus, Charles Kahudi voire Evan Fournier et Mickaël Gelabale. Il y a de l’impact, les rotations sont bonnes bref, l’Équipe de France peut compter sur ses remplaçants pour verrouiller son panier, et souvent ça suit de l’autre côté du terrain. Face à ça, les Espagnols vont donc devoir se lever de bonne heure, même s’il faudra évidemment se méfier de Sergio Rodriguez et de Felipe Reyes.

Avantage France

Sur ce point-là, les Bleus ont l’avantage. Vincent Collet possède une multitude de solutions et la profondeur de banc a souvent fait la différence pour la France. Chez les Espagnols, la second unit est surtout guidée par Sergio Rodriguez, qui représente une vraie menace dans son rôle de sixième homme. Felipe Reyes peut également apporter avec Victor Claver mais derrière, c’est un peu court. C’est donc là-dessus que la France pourra prendre le dessus sur son meilleur ennemi.

Source image : rtl.fr

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top