Equipe de France

« La Grèce, c’est très très fort » : Tony Parker annonce la couleur, pour les demi-finales ?

C’est ce mercredi, à Montpellier, que le leader de l’EDF a pu nous accorder quelques précieuses minutes avant de retourner à l’entraînement avec les siens. Suffisant pour nous donner son avis sur le reste de la compétition !

Avec un joueur comme Tony, qui est demandé par de nombreux médias et dont le programme quotidien doit probablement être blindé au millimètre près, pouvoir parler basket est une petite aubaine. Bien évidemment, en sachant que le chrono serait assez court suite à sa conférence avec Betclic, on a préféré foncer sur l’Euro plutôt que de parler NBA, sujet qu’on espérera aborder plus longuement avec lui à la fin de la compétition. Mais avec Parker ? Pas besoin d’un quart d’heure pour avoir son vrai avis, on a donc fait une visite rapide du second tour et imaginé à quoi ressemblerait le parcours de l’EDF dans un monde quasi-parfait…

TrashTalk : Salut Tony et merci pour ton temps. Je voulais te mettre directement en huitièmes et te laisser imaginer si tu avais les cartes en main. Comme tu le sais, le Groupe B est assez sale. Ma question est donc la suivante : entre l’Italie et l’Allemagne… qui tu ‘préfères’ prendre en sortie de premier tour ?

Tony Parker : Disons que les deux proposent des dangers différents… D’un côté t’as l’Italie qui peut prendre feu à trois points sur n’importe quel match, et après concernant l’Allemagne y’a Dirk qui peut te sortir un gros match, tu sais jamais… Les deux proposent des choses différentes en tout cas. C’est pas facile.

TT : Faut que tu choisisses un adversaire, c’est le jeu !

TP : Oh non je veux pas choisir (rires), sinon après ça va me retomber dessus c’est sûr !

TT : Justement on a vu un peu l’ordre des équipes favorites avant le début de cette compétition, y’en a une qui te semble vraiment sous-estimée et dont il faudrait faire attention, genre la Grèce ?

TP : Justement, la Grèce, c’est très très fort. Personne ne parle de la Grèce, je sais pas pourquoi. Mais ils sont tous au complet et ça fait longtemps qu’ils n’ont pas pu ramener tout le monde ! Ces dernières années y’a toujours eu des gars qui ne pouvaient pas, là t’as Koufos qui est revenu, Spanoulis toujours là… Franchement je les vois bien aller loin.

TT : Donc on réserve en demi ?

TP : Si les logiques sont respectées, on peut peut-être les rencontrer en demi oui, mais on verra…

TT : En plat principal avant le dessert en tout cas, ça serait costaud.

TP : Ah bah ça serait sympa ouais (rires), un duel à l’ancienne !

Il est clair qu’entre la France et la Grèce, l’historique est particulier. Qui ne se souvient pas du shoot monstre rentré par Diamantidis en 2005, devant une EDF effondrée face à ce scénario catastrophe ? Les jambes en tremblent encore et les filets aussi. On sait donc qu’en fonction du tableau, si tout le monde fait son boulot ces deux nations pourraient se rencontrer en demi. Auquel cas, on aurait droit à des duels de feu notamment sur l’aile entre Giannis et Batum, des coups d’anciens à gogo et du barfight potentiel à chaque minute. Autant vous dire qu’on signe direct ! Simplement, comme l’a dit Tony, attention aux huitièmes qui proposent des matchups différentes. Des deux côtés ça peut prendre feu, et si l’autre légende de Dallas se retrousse les manches ça peut vite devenir compliqué…

On suivra les pronostics du meneur tout au long de la compétition, en espérant que son avis ne soit pas l’annonce du futur vainqueur de l’Euro… Gardez un oeil sur la Grèce !

Source image : TrashTalk

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top