Magic

Elfrid Payton claque un deuxième triple-double de suite : Baby Rondo commence à carburer !

Belle fin de saison pour le meneur rookie du Magic qui commence à sérieusement trouver ses repères ! La coupe de cheveux la plus random de toute la NBA a une nouvelle fois passé la barre du triple-double hier soir, dans la victoire des siens 111 à 104.

Que les Blazers n’aiment pas Orlando, ça on peut facilement le comprendre. Au-delà de l’aspect purement géographique qui n’est pas des plus compliqués à capter puisque la Floride et l’Oregon sont plus opposés que jamais, c’est surtout dans l’approche du jeu et la méthode employée que la jeune équipe du Magic cause quelques soucis à celle de Portland, un mélange de freestyle, d’insouciance et de culot qui ne va pas forcément dans le même sens que le jeu assez discipliné et ralenti de Terry Stotts. Du coup, après avoir mangé une vilaine défaite du côté de Miami, notamment à cause d’un Dwyane Wade old-school devant son public, on attendait de voir la réaction de Nico Batum et ses potes chez le voisin floridien. L’ailier français n’a pas été des plus adroits balle en main avec ses 5 balles perdues, mais il a effectué un boulot défensif correct et pensait probablement avoir validé sa part pour son équipe. Tout comme LaMarcus Aldridge, en feu dans le troisième quart (18 de ses 31 points) et aujourd’hui meilleur rebondeur de l’histoire de sa franchise après avoir kické Clyde Drexler en gobant son 5340ème ballon. Les deux hommes ont fait ce qu’ils pouvaient en compagnie de McCollum (15 points) et Lillard (18 points), mais ce dernier est malheureusement tombé sur un rookie aussi déterminé que lui il y a deux ans de cela.

Déjà auteur d’un triple-double à Dallas mercredi, un match perdu par les siens mais durant lequel Payton avait profité des caméras nationales pour se faire remarquer, le jeune Elfrid a décidé de remettre les couverts ce vendredi en n’oubliant pas de tamponner le tout avec une victoire cette fois-ci. Son équipe menait pourtant de plus de 10 points dans cette rencontre avant de voir l’adversaire du soir reprendre l’avantage en début de dernier quart, mais il était hors de question de vivre une nouvelle défaite cuisante à la maison, surtout pour le meneur qui commençait à vraiment trouver son rythme chez les pros. Libéré sous les ordres de son nouvel entraîneur, responsabilisé et surtout enfin en adéquation avec le rythme infernal imposé par la NBA, la pépite d’Orlando s’est battue sur chaque rebond, a fait en sorte que tout le monde soit bien installé à table, sans oublier d’ajouter un peu de scoring tout en restant propre. Le genre de match parfait qu’il encadrera probablement chez lui pour le définir comme un turning point dans sa première saison professionnelle : 22 points, 10 rebonds, 10 passes et 4 interceptions à 10/13 au tir et en ne perdant qu’un seul ballon ? Face à un meneur All-Star ? Aucun problème pour Payton dont le nom nous donne des frissons, le numéro 4 devenant le premier rookie depuis 1997 (et Antoine Walker, burp) à réaliser deux triple-doubles de suite et surtout le premier à le faire du côté d’Orlando. Si le Magic n’a pas de quoi vraiment sourire en cette fin de saison, il peut quand même être rassuré. Le meneur titulaire a tout ce qu’il faut pour les faire grimper sur les prochaines années.

Source image : Sportsnet

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top