Heat

Make It Bun Dem : Dwyane Wade crame les Blazers à 32 degrés, menu de chef sur Batum !

Tout comme l’évoque cette trépidante musique de Damian Marley en featuring avec Skrillex mentionnée en titre, l’American Airlines Arena de Miami a ressemblé cette nuit à un véritable brasier où la tension était à son comble ! Gérant nettement mieux les ultimes possessions de cette partie hautement disputée, le Heat en ressort vainqueur, une deuxième victoire de prestige à mettre à son actif, celle-ci acquise dans la douleur et sur le score étriqué de 108 à 104.

Auteurs en vain d’une remontée fantastique à Washington lundi dernier, les Blazers s’étaient ramenés en Floride avec la ferme intention de faire plier les locaux et de ne pas finir en dindons de la farce cette fois-ci. Manque de pot, au terme d’un scénario relativement différent, les pensionnaires de l’Oregon repartent une fois encore les mains vides de leur expédition périlleuse dans le Sud-Est des States. Pourtant, ce n’est pas faute d’avoir tout donné ce soir en imposant un tempo d’enfer à leur opposants en première période. Avec 57 points inscrits pour 48 encaissés lors des 24 premières minutes, les hommes de Terry Stotts pensaient certainement avoir fait le plus dur au cœur d’une défense alors aux abois de la Heat Nation, quelque peu désarçonnée par tant d’entrain déployé par les visiteurs. Solide et confiant dans ses prises d’initiatives au poste, LaMarcus Aldridge a longtemps cru s’affirmer comme étant le héros inébranlable de ce pugilat encore indécis à une poignée de secondes du gong final. Portant son équipe sur ses épaules grâce à son turnaround fadeaway toujours aussi létal, l’intérieur All-Star rend une copie monstrueuse de 34 unités à 15/24, agrémentée par 12 rebonds et 2 passes décisives. Malgré tous ses efforts et une réussite collective de plus de 50,6 % au shoot, les Blazers ont eu toutes les peines du monde à accentuer leur avance au tableau d’affichage dès la reprise, la conséquence d’une alchimie défensive côté Miami qui s’est progressivement reconstituée afin d’appliquer un basket plus réfléchi qui lui sied davantage.

Alors que le Birdman montre l’exemple et prend un malin plaisir à rejeter les tentatives désespérées près du cercle du désormais « puncheur officiel des mascottes de la Ligue », à savoir Robin Lopez, les Floridiens doivent leur salut à une impressionnante démonstration d’adresse du parking, les protégés de Spoelstra martyrisant le moral de leurs adversaires au moyen de rafales incessantes de tirs primés (7/10 au total !). La main chaude derrière l’arc, Luol Deng réalise un sans-faute dans cet exercice (4 sur 4) pour 24 points au final, pendant que Goran Dragic (20 pions et 11 offrandes) et qu’Hassan Whiteside (12 points et 10 prises au rebond) s’amusent à transpercer les lignes ennemies, vague après vague. Même le briscard Udonis Haslem y va de son petit panier au périmètre, rentré comme toujours au meilleur des moments, mais aucun des deux antagonistes ne semblent à cet instant vouloir prendre le dessus sur l’autre. C’est le moment que choisit l’infatigable Dwyane Wade dans le but d’en finir et de marquer définitivement ce match très engagé de son empreinte. Avenant mais sans se montrer réellement décisif jusqu’alors, le triple champion NBA prend les choses en mains et fusille à volonté notre Nicolas Batum dans le money time ! Floaters, shoots burnés à la fin de l’horloge des 24, jumpers contestés : il lui a ressorti la panoplie détaillée du franchise player d’exception qu’il a été et qu’il ressuscite à présent par séquences quand bon lui semble. Au bout du bout du suspense, « Flash » achève son récital avec 32 nouveaux points inscrits dont 15 dans le dernier quart et les 8 derniers de sa team, 6 passes et 4 rebonds au compteur, une feuille de stats bien remplie qui vient s’ajouter à une liste de 7 matches consécutifs à plus de 25 points, la plus longue série positive matérialisée par le mari de Gabrielle Union depuis décembre 2010. Souvenirs, souvenirs…

En outre, Portland s’est tout de même octroyé une dernière chance de repartir avec le magot de Miami mais celle-ci est tombée à l’eau en se transformant en un piètre retour en zone des familles… La troisième place de l’Ouest attendra pour des Blazers qui termineront leur road-trip à l’Est par une visite guidée de Disneyland et du Magic d’Orlando vendredi. Pour sa part, le Heat verrouille sa septième place et se rapproche lentement mais sûrement des Bucks au classement. Les Nuggets débarquent en ville pour le face-à-face suivant : l’occasion parfaite pour D-Wade et ses comparses de poursuivre sur leur remarquable lancée de fin de saison.

Source image : Twitter – montage

1 Comment

1 Comment

  1. l'abellus

    20 mars 2015 à 15 h 00 min at 15 h 00 min

    papa 🙂

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top