Dossiers NBA

Les Coqs d’Outre Atlantique – Semaine 5 : Parker et Batum en patrons, De Colo et Fournier en galère

Françaises, Français ! Chaque dimanche sur TrashTalk, dans une ambiance qui sent bon la Liberté, l’Egalité et la Fraternité, retrouvez un récapitulatif complet des performances de nos chers compatriotes en NBA. Cocorico !

La cinquième semaine de compétition s’achève. Si les Etats-Unis se sont bien gavés de dindes pour Thanksgiving, en NBA cette semaine a surtout été marquée du côté frenchie par la fin des grosses séries des Blazers de Nicolas Batum et des Spurs de Tony Parker et compagnie. Marquée aussi par Rudy Gobert et Kévin Séraphin qui pointent le bout de leurs nez, dans des contextes différents, et au contraire par Evan Fournier qui se fait très discret depuis trois matches. Revue complète.

Le Président : Tony Parker (19 pts/7,3 p/3,3 rebs)

Ah, le choix a été difficile. Comme vous pouvez le constater, Tony Parker a, cette année, un concurrent de choix dans la bataille pour s’adjuger la place de Président : Nicolas Batum. Cette semaine, Parker a joué trois matchs, mais l’un comme l’autre a vu la bonne série de son équipe s’achever. La différence, alors ? Les stats, légèrement à l’avantage de TP puisque Batum n’a joué que deux matchs avec Rip City. Et l’équipe de San Antonio, qui enregistre une victoire de plus (14-3) que les Blazers (13-3), en plus du fait que Parker montre soir après soir qu’il fait partie des dix meilleurs joueurs de la Ligue.

Le Prix Poulidor : Nico Batum (19 pts/5,5 rebs/5,5 p)

Il t’as manqué un chouia, Nico. Pareil aux points, légèrement au dessus aux rebonds, une petite victoire de moins… Ah, tu n’as pas de chance. Mais ce n’est pas injuste, c’est la malédiction Poulidor. Tu restes un ailier de premier choix, dans une des équipes les plus efficaces de la Ligue. Tu es un joueur atypique, ton style est nonchalant, mais tu sautes haut, tu dégaines vite ; tu restes discret, mais tu es un élément très important dans l’exécution des systèmes et dans la présence défensive de ton équipe. Mais devant toi, cette semaine il y avait le Patron.

Le French Kiss de la semaine : Tony Parker, d’un bout à l’autre

La scène se déroule hier soir. San Antonio accueille les Rockets de James Harden et Cie, pour un derby texan qui s’annonce très, très chaud. Alors que Houston mène la danse à deux minutes de la mi-temps, Dwight Howard reçoit la balle à l’intérieur mais n’arrive pas à finir prés du cercle ; Duncan prend le rebond, l’envoie à TP9 pour mener le jeu de transition. Résultat : Parker accélère, envoie Patrick Beverley (pourtant excellent défenseur) regarder ses chaussettes et évite le retour de Terrence Jones pour finir superbement sous le cercle. Oh Mama !

[youtube width= »600″ height= »400″ video_id= »P781e6r8IZE »]

 

Les Mentions de la semaine

 

Rudy Gobert : 2 matches, 7 points /6 rebonds/ 1 contre

Semaine spéciale pour Rudy Gobert et le Jazz de Utah : en effet, sur les trois victoires du Jazz depuis le début de la saison, deux ont été enregistrées cette semaine ! Et concernant notre Gobert national, cette semaine a été plutôt satisfaisante puisque Rudy a fait un de ses matchs les plus prolifiques en terme de minutes lundi soir (21 minutes)et en terme de points la veille (10 points vs OKC). Toujours en recherche de temps de jeu derrière Enes Kanter, Rudy prend sa chance à chaque fois qu’on lui offre des minutes. Pas mal !

Joakim Noah : 4 matches8,7 points/ 7,5 rebonds /3,5 passes

Semaine en demi-teinte pour Jojo : si sur le plan individuel, c’est pas mal, sur le plan collectif au contraire, c’est vraiment pas la joie avec trois défaite et une petite victoire. Comme on pouvait s’en douter, la blessure de Derrick Rose, les rumeurs de transfert concernant Luol Deng, et la grosse déprime qui entoure le tout, ont pour conséquence une attaque grippée et une confiance en l’avenir inversement proportionnelle à la longueur des cheveux du pivot des Chicago Bulls.

Boris Diaw : 4 matches, 8,5 points/ 3,8 rebonds / 1 passe

Babac’ continue son petit bonhomme de chemin avec les Spurs. Sans faire de vagues, Diaw enregistre de bonne stats d’un point de vue individuel, tout en respectant parfaitement le plan de jeu des Spurs. En une vingtaine de minutes par match, Boris brille par ses qualités de passeur et de « facilitateur » de jeu. Des qualités qui portent en elles un défaut : constamment des balles perdues, dues à des passes trop ambitieuses.

 

Un Coq dans l’Indiana : Ian Mahinmi

S’il y en a un, de nos frenchies, pour qui tout roule en NBA, c’est bien lui. Chez les Pacers, Mahinmi a une position stable dans la rotation derrière Roy Hibbert, un des tous meilleurs défenseurs à son poste. Avec plus d’une quinzaine de minutes par match (parfois plus), Ian connaît son rôle : défendre, prendre des rebonds, être une puissance physique dans la peinture, et lâcher deux ou trois shoots en périphérie quand il en a l’occasion. Frank Vogel lui fait confiance, ainsi que ses coéquipiers : dans la mesure où ces derniers sont particulièrement altruistes, l’ancien pensionnaire des Spurs et des Mavs trouve toujours un moyen de s’exprimer. Sa semaine : 5,3 points et 2,7 rebonds en plus de 18 minutes de moyenne. Et surtout, avec trois matches gagnés en trois confrontations cette semaine, les Pacers continue de mener la Ligue au classement avec 15 victoires pour une petite défaite. Cocorico !

Ils sont français eux ?!

Oui, ils sont aussi français mais personne n’a envie de le savoir. On met de côté Ronny Turiaf, blessé au coude et qui n’a passé que trois minutes sur les parquets NBA depuis la reprise des hostilités. Mieux vaut alors passer directement à Kévin Séraphin, un habitué de cette rubrique. Sa trajectoire est inverse à celle des Wizards. Voyez plutôt : en trois matches (et un DNP), Kéké compile 4,3 points et 1 rebond en 8 minutes de jeu. Des stats hebdomadaires largement augmentées par son match d’avant hier, où Séraphin a enregistré 9 points et 2 rebonds en 12 minutes…dans la boucherie contre Indiana (défaite 93-73). On nous la fait pas, Kévin : tu vaux mieux que le garbage-time. On continue avec Nando De Colo qui accumule les DNP avec les Spurs et compile 0 point, 1 rebond et 1,5 passes en deux matchs où il a joué six minutes. Courage Nando. On fini avec Evan Fournier, qu’on aime beaucoup mais qui fait une semaine décevante avec les Nuggets : il joue à chaque match, certes, mais cette semaine c’est seulement 5 minutes passées sur le parquet, pour 1 point, 1 rebond et une passe en cumulé sur les 3 matches ! Connaissant le mental et le talent du garçon, nul doute que la roue va tourner dans peu de temps.

Notre French-Five de la semaine : Parker-Batum-Diaw-Mahinmi-Noah

Vive la République, vive la France.

 

 

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top