Suns

Deandre Ayton en mode first pick : 29 points, 21 rebonds, la raquette du Jazz ne s’en est pas remise

Victorieux sur le fil (113-112) face au Jazz, les Suns ont pu compter sur un Deandre Ayton des grands soirs. Auteur de 29 points, 21 rebonds et 2 contres, le pivot bahaméen a réalisé une performance énormissime dans la raquette.

Pour les stats de ce match au couteau entre Jazz et Suns, c’est ici. 

S’il y a un joueur qui peut parfois être frustrant du côté de Phoenix, c’est bien Deandre Ayton. Bourré de talent, le pivot des Suns semble souvent jouer avec le pied sur le frein. Un sentiment d’autant plus fondé quand on voit ce que ça donne quand il met les bouchées doubles. Cette nuit face à Utah ? Un monstre, tout simplement. Devin Booker en difficulté avec son shoot, Chris Paul absent, c’est Ayton qui a mis tout l’Arizona sur ses larges épaules. Face à une équipe du Jazz pas forcément très outillée à l’intérieur, le Bahaméen s’est régalé et il a mis Lauri Markkanen et Kelly Olynyk à l’amende. On rappelle les stats : 29 points, 21 rebonds (dont 9 offensifs !), 3 passes, 2 contres, à 11/19 au tir. C’est le premier joueur des Suns à claquer un match en 28/20 depuis Amar’e Stoudemire, on a vu pire comme comparo au niveau local.

On retient surtout sa grosse, grosse deuxième mi-temps et son énorme money time où il donne l’impression de ne plus perdre un seul duel. Alors que le match se joue à une possession, il va encore se montrer à la hauteur en interceptant un ballon important à une minute du terme et c’est encore lui qui s’arrache face à Markkanen et Olynyk pour récupérer le rebond offensif sur la dernière possession afin de priver le Jazz d’un ultime tir. Un vrai match de All-Star en puissance et c’est la version de Ayton qu’on aimerait voir plus souvent.

Pour le Jazz, c’est une défaite un peu rageante car Utah a été dans le coup pendant toute la partie et ils menaient même au début du quatrième quart-temps. On s’interrogera quand même sur cette ultime possession en faveur de Phoenix. Alors qu’il n’y avait qu’un point d’avance et 25 secondes à jouer, Utah n’a jamais tenté de faire faute. Quand Booker avait la balle en main, on peut le comprendre mais Cameron Payne et Mikal Bridges l’ont eu tour à tour et les Mormons n’ont pas su arrêter le chrono, se retrouvant sans la moindre possibilité de jouer l’égalisation ou même la win ensuite. De quoi nourrir quelques regrets…

Deandre Ayton a fait son chantier face au Jazz et les intérieurs d’Utah risquent de ne pas l’oublier de sitôt. Si le garçon veut justifier son beau contrat max, il va falloir en sortir plus souvent des comme ça. 

Source texte : StatMuse

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top