Raptors

Quel rôle pour le rookie Christian Koloko chez les Raptors ? Du haut de ses 2m16, le produit d’Arizona a une belle carte à jouer

Alerte, les Raptors possèdent désormais un grand sur le poste 5 !

Source image : YouTube

Défenseur de l’Année et MIP de la Conférence Pac-12 en NCAA l’an passé, Christian Koloko était attendu en fin de premier tour à la Draft mais est finalement tombé dans les griffes des Raptors qui l’ont sélectionné avec le 33e pick. Un choix qui a du sens au vu des qualités du prospect d’Arizona et des besoins des Dinos. Du coup, que peut-on vraiment attendre du pivot camerounais ?

Il y a tout juste six ans, un certain Pascal Siakam était sélectionné par les Raptors avec le 27e choix de la Draft. En 2022, c’est Christian Koloko qui a donc vu les Dinos miser sur lui. Comme Spicy P, Koloko est né à Douala au Cameroun. Comme Pascal, Christian est passé par la case Basketball Without Borders et représente une manifestation du travail réalisé par son nouveau boss Masai Ujiri (président des Raptors) pour le développement du basket en Afrique à travers son programme Giants of Africa. Impossible de dire aujourd’hui si Koloko connaîtra une ascension similaire à celle de Siakam lors des années à venir, mais en tout cas le pivot de 22 ans est arrivé au bon endroit pour se faire une vraie place en NBA.

Pourquoi le “bon endroit” ? Déjà parce que la franchise de Toronto est devenue une véritable référence au fil des années en matière de développement de jeunes joueurs. Pascal Siakam est l’un des meilleurs exemples, mais il est loin d’être le seul. On peut citer également Fred VanVleet et OG Anunoby, qui font aujourd’hui partie des piliers de l’équipe de Nick Nurse, ou encore Chris Boucher et l’ancien Dino Norman Powell qui fait désormais le bonheur des Clippers. Il y a une vraie culture de la formation chez les Raptors, qui savent être suffisamment patients avec leurs prospects pour qu’ils progressent à leur rythme (notamment en les faisant jouer en G League avec les Raptors 905) avant de les lancer au bon moment dans le grand bain. On connaît beaucoup de prospects talentueux dont la carrière n’a jamais vraiment décollé parce qu’ils sont arrivés dans des franchises dysfonctionnelles où ils n’étaient pas dans de bonnes conditions pour grandir. Les Raptors en sont l’exact opposé.

Mais si Christian Koloko est également arrivé au “bon endroit”, c’est parce que Toronto ne possédait pas jusqu’ici un intérieur de plus de 2m10 et qu’il apporte donc un profil qui manquait à l’effectif des Dinos. Koloko, c’est 216 centimètres avec les chaussures, 100 kilos sur la balance et une envergure de 2m24. Plutôt pratique pour contrer des ballons et prendre du rebond. Défensivement il représente une véritable tour à l’intérieur avec presque 3 blocks par match lors de sa dernière saison universitaire à Arizona, et sa polyvalence dans sa propre moitié de terrain plaît pas mal aux Hexperts.

“Christian Koloko a le talent d’un joueur sélectionné au premier tour. C’est un grand qui protège l’arceau, et qui s’illustre vraiment à travers sa défense et son énergie. Il est aussi capable de switcher sur des arrières pour les défendre sur des possessions entières. Il n’y a pas beaucoup de joueurs avec sa taille qui sont capables de faire ça.”

– Jay Bilas, spécialiste Draft pour ESPN

Tournant à 12,6 points (plus de 63% de réussite au tir) et 7,3 rebonds en 25 minutes aux côtés de Bennedict Mathurin à Arizona, Koloko apporte en plus une vraie mobilité et des qualités sérieuses de finisseur. Autant d’atouts qui ont séduit les Raptors juste avant de miser sur lui à la Draft.

Quel rôle lors de sa campagne rookie ?

Être au bon endroit au bon moment, c’est bien. Mais ce n’est évidemment pas pour ça que Christian Koloko va être titulaire en tant que pivot des Raptors lors du premier match de la saison régulière. Aujourd’hui, les Raptors sont partis pour aligner Fred VanVleet, Pascal Siakam, Scottie Barnes, OG Anunoby dans le cinq, avec soit Gary Trent Jr. soit Precious Achiuwa pour compléter le lineup selon l’envie de Nick Nurse. On sait que le coach des Dinos – qui possède sous la main une ribambelle d’ailiers – n’hésite pas à aligner des combinaisons sans véritable intérieur de métier, avec Siakam dans le rôle de pivot notamment. Et avant de lancer Koloko dans le grand bain, Achiuwa et Khem Birch auront des minutes sur le poste 5, sans oublier Chris Boucher. Tout ça pour dire que Christian devra probablement s’armer de patience avant d’avoir un vrai rôle au sein de la rotation de Nick Nurse, et il n’est pas exclu qu’il fasse un passage en G League dans un premier temps. Néanmoins la concurrence n’est pas non plus des plus folles sur le poste de pivot, et quand vous possédez un profil à part dans une équipe ainsi qu’un potentiel aussi intéressant que celui de Koloko, à un moment donné les opportunités devraient tomber. On peut compter sur le produit d’Arizona pour les maximiser.

“Ce que les gens peuvent attendre de moi, c’est que je donne tout ce que j’ai. La première chose que je vais apporter, c’est ma défense. Le fait d’être ce protecteur de cercle, d’avoir cette présence défensive, ma mobilité par rapport à ma taille, je pense que c’est rare et assez unique. Le fait de pouvoir switcher sur des arrières est utile vu la manière avec laquelle les Raptors jouent. Ils aiment bien ces grands lineups. Je pense pouvoir jouer dans n’importe quel lineup, petit comme grand.”

– Christian Koloko, via The Athletic

Obligé de prendre du coffre avant d’espérer se faire une place dans les raquettes NBA, Christian Koloko semble en tout cas avoir l’ADN d’un Raptor, lui qui vient d’ailleurs de signer un contrat de trois ans avec la franchise canadienne. Le prochain vrai projet de développement de Toronto, c’est peut-être bien l’ancien pivot d’Arizona. Et peut-être que dans un avenir pas si lointain, les questions autour du poste 5 chez les Dinos auront trouvé une vraie réponse.

Si Christian Koloko n’a été sélectionné qu’en début de deuxième tour, il fait partie de ces rookies dont on surveillera attentivement le parcours. Pour son potentiel évidemment mais aussi parce qu’il est dans une situation hyper intrigante chez les Dinos et qu’il a montré des choses intéressantes lors de la dernière Summer League. Et si le natif de Douala se transformait en steal de la Draft ? 

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top