Futures stars

Victor Wembanyama est un OVNI : 34 points, 10 rebonds et 37 d’évaluation sur une D1 Turque, la saison s’annonce fantastique

Victor Wembanyama 2 novembre 2021

Born to do. (« Né pour faire » ça fait moins stylé)

Source image : YouTube/EuroLeague Basketball

Ce jeudi, à la veille de la demi-finale de l’EuroBasket entre la France et la Pologne – et alors qu’il aurait initialement dû faire partie du groupe de Vincent Collet – Victor Wembanyama a passé ses nerfs sur le Darüşşafaka. Qu’est-ce que le Darüşşafaka ? Un club amateur qu’une équipe professionnelle tambourine avant la reprise, juste histoire de garder le rythme ? Oh, loin de là.

Arthur Rimbaud disait « On n’est pas sérieux, quand on a dix-sept ans ». Victor Wembanyama complète « On le devient, quand on en a dix-huit ». Ce jeudi, à une heure tardive, alors que le rédacteur lorgnait sur son téléphone dans une rame de la ligne 8 direction Balard, un tweet a retenu son attention. Un tweet que les autres passagers de la rame auraient dégagé d’un rapide coup de pouce. L’objet de ce tweet ? Une photo du panneau d’affichage de la salle Jean Bouin à Angers. Dessus, le nom de Wembanyama à côté duquel sont recensés… 34 points. Hein, qui, quoi, comment ? Ça va aussi vite que ça ? On remercie l’envoyé spécial, grassement pas rémunéré, qui nous a permis de prendre un peu d’avance et de ne pas attendre demain matin pour débriefer cette performance avec le lectorat. Dans la foulée, le compte officiel des Metropolitans 92 – la nouvelle équipe de Victor depuis son départ de l’ASVEL en juillet dernier – a balancé le détail de ses statistiques contre l’équipe de Darüşşafaka, engagée en D1 turque : 34 points à 71% au tir, 10 rebonds, 3 contres, 0 faute contre 11 provoquées pour… 37 d’évaluation. On rappelle qu’il n’a le droit de boire de l’alcool dans un bar que depuis le mois de janvier. On rappelle aussi qu’il aurait dû faire partie du groupe français à l’EuroBasket, mais que ses blessures de fin de saison avec l’ASVEL l’en ont éloigné. Boh, il a finalement trouvé des Turcs pour s’occuper.

Que vaut la compète ? Cette rencontre est-elle trop anecdotique pour prendre en compte la performance de Victor ? Chaque année – et depuis 1982 – le tournoi Pro Stars réunit des équipes européennes bien référencées pour jouter et se préparer solidement avant le début de saison. C’est un Angevin qui parle : les coachs n’ont pas l’habitude d’y ménager leurs joueurs et prennent ce rendez-vous comme un véritable test. Là, les Metropolitans se déplacent à Gravelines dans une semaine pour la première journée de Betclic Élite. Ce match face au Darüşşafaka fait partie des derniers rodages lors desquels beaucoup de voyants doivent (normalement) être au vert. Et le Darüşşafaka du coup, parlons-en. Sur la saison 2021-22, l’équipe a terminé 5e de la Super Lig, derrière les cadors que sont le Fener, l’Analodu Efes ou encore Galatasaray. Elle a également remporté l’EuroCup en 2018. On a aimé leur façon de justifier la rouste mangée par un gamin de 18 ans, sur leur compte Twitter : « Wembanyama, who is sure to be the No. 1 pick of the 2023 NBA Draft, scored 34 points ». En mode tu t’es fait gifler mais avec fierté. Tout ça pour dire que la performance de Victor Wembanyama est gargantuesque, l’adversaire évoluant au niveau… d’une équipe de milieu de tableau en Betclic Élite ? Ça doit se situer par là. On attend maintenant les premières vidéos officielles de la rencontre – l’on vous en glisse une d’un spectateur juste en-dessous – et on file dormir, prendre des forces avant les festivités de demain soir.

Quel toupet. À un an de sa draft en très probable qualité de first pick, et surtout à la veille d’un immense rendez-vous pour l’équipe de France, Victor Wembanyama s’attire un peu de gloire en fessant des pères de famille qui n’ont pour seul métier que la balle orange. Bravo aux spectateurs qui ont flairé le bon coup : 34 points du prochain first pick NBA, à Angers, pour seulement 2€ pour les étudiants, dans une salle aux 3/4 vide. Ce genre de soirée, littéralement historique, que tu pourras raconter aux journalistes des années 2050

2 Commentaires

2 Comments

  1. Romain

    16 septembre 2022 à 11 h 35 min at 11 h 35 min

    Victor, Joël (?), Nicolas, Rudy, Evan, elle sera pas degueu l’équipe de France…

  2. Steph Deg

    22 septembre 2022 à 14 h 22 min at 14 h 22 min

    Si boire de l’alcool dans un bar est un critère alors sa priorité à la draft (terme utilisé pour désigner la bière pression outre Atlantique ;p) c’est les Raptors!!

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top