Warriors

Stephen Curry : un premier quart-temps dantesque mais la défaite au bout, de quoi bien tirer la gueule

Curry après un quart-temps ? 21 points à 6/8 du parking. Et puis ça s’est un peu corsé…

Source image : NBA League Pass

Il était forcément attendu sur ces Finales NBA 2022, car il a un quatrième titre NBA et un trophée de MVP des Finales à aller chercher. Vous l’avez compris, on parle de Stephen Curry, qui est entré dans cette série contre Boston tambour battant. Douze minutes de rêve pour le sniper de la Baie, et puis ensuite ça s’est compliqué…

Les Celtics n’ont pas dû attendre très longtemps avant de goûter à la full Stephen Curry experience. Et pendant un quart-temps, ils ont tout simplement pris l’eau sous l’impulsion des banderilles d’un Splash Brother hyper agressif. Checkez un peu ça : 21 points, 6/8 du parking (7/9 au tir en tout), 3 rebonds, 2 passes, 1 interception, tout ça rien que dans les douze premières minutes de la rencontre ! Bienvenue au pays de Stephen Curry les gars, où les 3-points pleuvent et où on se retourne avant que la balle ne fasse ficelle. Comme dirait Marcus Smart, “c’est pas Miami” et on a limite été choqués devant les largesses défensives de Boston dans ce premier quart monstrueux de Steph. Alors qu’on attendait la redoutable défense des C’s au taquet pour tenter de limiter au mieux la torche humaine, on a plutôt eu l’impression que les Verts n’avaient jamais vu jouer le numéro 30 adverse, qui s’est régalé devant les espaces laissés par les Celtics. Manque de communication, mésententes sur les switchs, défenseur qui ne monte pas en sortie d’écran… forcément ça ne pardonne pas quand vous avez le meilleur shooteur de l’histoire en face de vous. Encore plus quand ce dernier ne pense qu’à une seule chose, à savoir envoyer un gros message d’entrée de jeu histoire de montrer aux Celtics qu’ils vont passer une bien mauvaise soirée. 21 points dans le premier quart, c’est le plus gros total qu’on a pu voir dans un quart-temps de Finales NBA depuis… Michael Jordan en 1993 face aux Suns. C’est aussi le plus gros total de points marqués dans un premier quart de Finales en l’espace d’un demi-siècle. Et six tirs primés en l’espace de douze minutes, ce n’était tout simplement jamais arrivé dans l’histoire de la Ligue à ce stade de la compétition.

Vous l’avez compris, on était bien partis pour vivre une perf all-time. Sauf que malgré cette explosion offensive de Curry, il n’y avait que +4 pour Golden State au terme du premier quart-temps, Steph n’étant pas forcément bien accompagné (21 points sur 32) pendant que les Celtics tenaient le choc collectivement. Alors forcément, y’avait de quoi s’inquiéter un poil pour les Warriors : qu’est-ce que ça va donner si Boston se met à défendre correctement dans ce match ? Qui peut step-up à Golden State en cas de baisse de régime de Steph ? Voilà le genre de questions qu’on pouvait se poser à ce moment-là. Inquiétude justifiée au final car Curry était bien moins à la fête lors des trois prochains quart-temps. Alors oui, on a bien eu droit à quelques fulgurances, le Splash Bro faisant notamment danser Jaylen Brown lors d’un troisième quart de patron de Golden State (38-24). Mais sur l’ensemble des 36 dernières minutes, Steph c’est : 13 points seulement (0 dans le deuxième quart remporté 28-22 par Boston), à 5/16 au shoot dont 1/6 à 3-points, avec forcément un peu de frustration qui s’installe. Pas vraiment la même ambiance au Chase Center. Qu’est-ce qui a changé ? Disons qu’on a surtout retrouvé la défense des Celtics qu’on kiffe, celle qui est focus et où tout le monde est parfaitement accordé pour faire face au mouvement qui caractérise l’attaque de Golden State. Quand les Verts sont mieux organisés sur les rotations dans leur moitié de terrain après avoir pris la température en début de match, tout de suite c’est pas la même. Et puis on sait que des mecs comme Marcus Smart mais aussi Derrick White sont plutôt accrocheurs et chiants à jouer, sans oublier Payton Pritchard qui se donne toujours à fond malgré son petit 1m85. Regardant d’abord depuis le banc les Celtics revenir au score au début du quatrième quart, Curry n’a ensuite pas réussi à relancer la machine californienne, clairement en galère et sans rythme avec seulement 16 points inscrits (pour 40 encaissés !) au total dans l’ultime période. Steph a fini par plonger dans les profondeurs de la Baie avec ses copains, lui qui a terminé avec un… zéro pointé dans les six dernières minutes du match. Résultat, ça perd d’entrée à la maison 120-108… alors que tout était parti comme sur des roulettes.

Stephen Curry a connu un début de match fantastique et ses Warriors semblaient en route pour prendre l’avantage dans ces Finales NBA 2022. Mais la vague verte, portée par une grosse intensité défensive ainsi qu’une réussite à 3-points énorme, a pris le dessus sur la bande au Splash Brother. Revanche attendue dimanche soir !

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top