Heat

Jimmy Butler a dégoûté les Celtics : 47 points, 9 rebonds, 8 passes, 4 steals, la performance est juste ALL-TIME !

LA MASTERCLASS !

Source image : NBA League Pass

Dans le dur lors des trois derniers matchs à cause d’un genou douloureux, on ne savait pas ce que Jimmy Butler pouvait apporter dans le Game 6 à Boston. Mais dans le même temps, on savait qu’il devait être assez énorme pour que son équipe de Miami ait une chance de survivre dans la série. Et devinez quoi, il l’a été. Non, correction : il n’a pas énorme, il a été gigantesque !

19 points à 7/32 au tir, dont 1/7 à 3-points, et 5 assists. Voilà les chiffres de Jimmy Butler sur les Games 4 et 5 de la série, tous les deux perdus par Miami. Clairement, Jimmy n’était pas lui-même et on doutait de sa capacité à porter le Heat dans un match à élimination, notamment à cause de son genou. Honte à nous. Parce que ce que vient de réaliser Butler lors du Game 6 à Boston, c’est le genre de performance qui reste gravée dans l’histoire des Playoffs. 47 points (record perso en Playoffs), 9 rebonds, 8 passes, 4 interceptions, 1 contre, seulement 1 perte de balle, le tout à 16/29 au tir, 4/8 du parking, 11/11 aux lancers-francs en… 46 minutes de jeu ! Des grandes perfs en Playoffs, on en voit chaque année. Des perfs comme celle-là ? C’est tout simplement à ranger dans la catégorie all-time. Il y a tout juste dix ans, LeBron James jouait peut-être son meilleur match en carrière en sauvant le Heat dans un Game 6 à Boston, cette nuit on a eu droit à la version Jimmy Buckets et c’était tout aussi impressionnant. Car en plus des chiffres, c’est évidemment le contexte dans lequel cette prestation a été réalisée qui rend cette dernière absolument exceptionnelle. On parlait de ses bobos au genou, eh bah il a fallu serrer les dents pour porter le Heat du début à la fin dans l’environnement hostile du TD Garden. Et non seulement Jimmy a fait tout ça dans l’antre des Celtics, mais également contre une défense élite qui a maltraité Kevin Durant au premier tour des Playoffs tout en rendant la tâche difficile à Giannis Antetokounmpo au second. Sans le soutien de Tyler Herro on le rappelle, et avec un Bam Adebayo encore une fois très discret en attaque. Grâce à son leader, le Heat a aujourd’hui une occasion inespérée d’accrocher une place en Finales NBA dimanche soir lors d’un Game 7 à la maison.

Lors des Playoffs 2020, quand Miami était passé à seulement deux victoires d’un titre, Jimmy Butler avait déjà montré sa capacité à sortir des perfs all-time dans les moments importants pour porter son équipe de Miami, même quand la bande à Erik Spoelstra semblait au bord du précipice. Mais avec le contexte de la bulle, ces performances n’ont pas forcément pu être appréciées à leur juste valeur. Mais ce Game 6 à Boston, il restera comme le match où Jimmy Butler a véritablement tutoyé les sommets. Il a donné le ton d’entrée en étant absolument partout des deux côtés du terrain, il a d’abord scoré en étant agressif mais a également mis ses copains dans les bonnes conditions, il a joué pratiquement tout le match (il n’est pas sorti de toute la deuxième mi-temps), et c’est encore lui qui a fait la diff’ dans le money time avec un and-one à 99-99 et un énorme dagger à la fin de l’horloge des 24 dans l’ultime minute de la rencontre (après s’être tordu la cheville s’il vous plaît). Clairement, il y a absolument tous les ingrédients nécessaires d’une prestation ayant le potentiel de définir une carrière. Surtout si le Heat remporte l’Est derrière, voire même le titre NBA.

« Je devais trouver un moyen pour qu’on gagne. J’ai laissé tomber mon équipe durant deux matchs, ça ne pouvait pas arriver une nouvelle fois. »

– Jimmy Butler, après le match

Jimmy Butler en est désormais à quatre matchs à 40 matchs sur ces Playoffs 2022 (record de franchise sur une campagne de PO), et vient de faire oublier ses dernières sorties où il n’était clairement pas le Jimmy Butler qu’on connaît. Est-ce que Miami parviendra à arracher le septième match après cette masterclass de son franchise player ? Peut-être. Peut-être pas. Mais peu importe ce qui se passe, on n’oubliera jamais ce Game 6.

1 Comment

1 Comment

  1. Cédric

    28 mai 2022 à 7 h 38 min at 7 h 38 min

    Si le gars finit pas au HOF, faudra au moins introniser ses couilles

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top