Bucks

Les Bucks s’offrent les Celtics dans les ultimes secondes : 110-107, 3-2 Milwaukee, il ne faut jamais sous-estimer le coeur d’un champion !

Bucks Game 5 12 mai 2022

Oh la victoire inespérée et capitale pour les Bucks.

Source image : NBA League Pass

Le match était attendu, la série sans doute la plus serrée de ces demi-finales. 2 manches partout, les Bucks débarquaient à Boston avec la ferme intention de faire respecter leur statut de champion en titre. Ils l’ont fait, au terme d’une partie de basket au dénouement complètement fou. Vive la NBA bordel. 

La boxscore de ce match fou, c’est par ICI !

Dans un match aussi important qu’une cinquième manche de Playoffs, lorsque les deux protagonistes sont à égalité dans la série, on peut s’attendre à une bataille plus qu’épique. Pourtant, tout le monde n’est pas au courant que le destin de cette partie pourrait bien être déterminant pour l’avenir de l’une des deux formations en Playoffs. À commencer par les Bucks tiens, puisque leur premier acte dans sa globalité sera un enchaînement de Giannis, de Giannis et d’un peu de Giannis aussi. On vous a parlé de Giannis ? On insiste dessus, mais au delà de son rôle lui demandant logiquement d’être plus impliqué que le reste de sa bande, il aura été dans le premier acte le seul vraiment impliqué. 19 points à la pause, 15 des 19 pions de son équipe dans le deuxième quart. Il y a bien eu 12 premières minutes assez ouvertes dans lesquelles les locaux comme les visiteurs ont joué sans trop défendre… mais ne croyez pas que Beantown n’a qu’un seul tour dans son sac. Une fois finie la tea party, les hommes de Ime Udoka ont fermé la boutique. Défense ultra resserrée, en un clignement d’œil les C’s se métamorphosent et Milwaukee n’a plus de quoi respirer offensivement. En plus, Derrick White est en mode zéro déchet et fait la danse avec la défense des Daims. C’est la cataschtroumpf complète pour Mike Budenholzer. On ne retiendra pas la mi-temps de Grayson Allen et Jrue Holiday, les deux zozos sont à côté de leurs pompes. En fait si, on les retiendra si jamais les Bucks ne s’en sortent pas bien. À la pause, l’écart n’est « que » de sept points en faveur de Boston et c’est parce que le Wisconsin tout entier tient sur le dos de Monsieur Antetokounmpo.

On vous a expliqué que les Verts (du Massachussetts hein) ont augmenté le régime dans le deuxième quart… attendez seulement que l’on vous raconte ce qu’il s’est passé au retour du vestiaire. Les gars ont encore renforcé le niveau global de leur jeu et forcément en face ça fait crac. Jaylen Brown a été monstrueux en inscrivant 16 points en 12 minutes, on sait pas ce qu’il a mangé à la mi-temps mais on en veut aussi. Défensivement, le « mur » est revenu doublement verrouillé, et Giannis ne peut plus s’en défaire. Jrue Holiday essaye quand son leader n’est pas sur le terrain, mais c’est bien sûr trop compliqué. Le duo se la joue parfois solitaire, laissant le reste de l’équipe loin du ballon alors que la circulation du cuir a déjà montré qu’elle permettait de battre Boston. Pas d’écrans, pas de coupes, que de l’isolation mais, comme dit plus haut, la ligne défensive verte est bien trop solide pour être forcée… du moins jusqu’aux dernières minutes du match.

Accrochez-vous à ce que vous avez à proximité car c’est l’heure d’un thriller particulièrement inattendu. C’est Pat Connaughton qui ramène les Bucks dans le match avec deux tirs longue distance. Tiens donc, quand les Bucks partagent le ballon ça marche. Enfin, faudrait pas déconner, dès que les Daims reviennent à portée de tir, c’est bien le même duo cité plus haut qui reprend la gonfle, mais avec de la réussite cette fois. Jrue est intraitable, Giannis met enfin ses tirs à 3-points. Scénario fou : Milwaukee prend la tête à quelques secondes du terme sur un rebond offensif improbable de Bobby Portis. De quoi entraîner un arrachage de cheveux pour les fans des Celtics devant leurs écrans. Boston doit inscrire deux points pour prendre la tête, mais c’est bien ce bougre de Jrue – qui a montré tous ses visages ce soir – qui vient mettre un scotch monstrueux à Marcus Smart tout en récupérant la possession ! Il aura su trouver les batteries nécessaires pour être clutchissime en fin de match, bravo M. Vacances. Pat Connaughton sera encore là pour inscrire les lancers mais Boston aura encore une remontée de balle à négocier. Pas de bol, ce diable de Holiday traîne encore pour arracher un steal à Marcus Smart. Win Milwaukee ! La victoire apparaissait comme hautement improbable une vingtaine de minutes plus tôt, mais on ne doit jamais sous-estimer le coeur d’un champion. Le score final ? 107-110, les C’s prennent un sacré coup de massue sur le coin de la ganache et sont désormais dos au mur.

Milwaukee revient de loin, d’infiniment loin même. Les Bucks semblaient totalement perdus par moment mais ils ont su revenir de l’enfer et arracher la win, c’est aussi ça l’âme d’une grande équipe. Boston tenait son match et le choke va laisser beaucoup de traces mentalement. Pourtant, il faudra bien être au top vendredi pour éviter l’élimination dans le Wisconsin. 

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top