Grizzlies

Ce Grizzlies – Warriors a été… viril : un découpage de Dillon Brooks sur Gary Payton II, ça a changé le Grit & Grind

Dillon Brooks

À la douche.

Source image : Dillon Brooks via YouTube

Ça a découpé sec. Ce mardi, à l’occasion du Game 2 des demi-finales de conférence entre Grizzlies et Warriors, les hommes de Taylor Jenkins ne sont pas venus avec les plus belles intentions du monde. Quand un coach dit qu’il faut rentrer dans l’adversaire pour « marquer ses intentions », certains joueurs méritent d’être briefés plus personnellement. On ne comprend pas toujours du premier coup.

Parfois, la frontière entre un match de Playoffs NBA et une rencontre de DM3 est plus mince qu’on ne le pense. Cette pointe d’humour est violemment contrastée. Contrastée par le triste geste de Dillon Brooks. Sur une action de contre-attaque, Gary Payton II reçoit le ballon à deux mètres du cercle, plante ses appuis et se jette vers l’avant pour glisser un lay-up à gauche. Le genre de saut très en longueur qu’il est absolument interdit d’interrompe par une faute. Trop loin pour tenter le contre, Dillon Brooks n’abandonne pas pour autant et fauche Gary Payton II à la tête. Le contact n’est pas des plus violents mais provoque la chute du meneur des Warriors, sur le coude. Au sol, Payton pousse de légers hurlements, se relève assez rapidement, mais prend finalement la direction du vestiaire. Ce n’est qu’une trentaine de minutes plus tard que l’on apprend qu’il souffre d’une fracture du coude. Ses Playoffs sont-ils terminés ? Sauf petit miracle, oui. Après avoir expulsé Draymond Green pour un vilain tirage de maillot dimanche dernier – une décision vivement contestée – le trio arbitral décide cette fois d’envoyer Dillon Brooks à la douche. C’est en effet le minimum syndical. Mais le mal est fait. Si les Warriors vont jusqu’au bout dans ces Playoffs, Gary Payton II – véritable révélation de cette saison côté Dubs – n’aura probablement pas l’opportunité de disputer les matchs les plus importants de sa carrière. Il a 29 ans et à cet âge, déjà avancé pour un joueur NBA, tout se prend.

« Dillon Brooks n’a pas respecté les règles. Il n’a pas respecté les règles. C’est comme ça que je le vois. » – Steve Kerr, après le Game 2 à Memphis

Pour ceux en qui ces lignes ont réveillé un instinct animal, ne bougez pas, vous n’allez pas être déçus. On aurait adoré que ce barouf s’arrête à cette première prise de catch, sauf que Xavier Tillman a malencontreusement envoyé son coude dans le visage de Draymond Green. Résultat ? Un œil en sang, le public de Memphis qui hue Draymond, qui naturellement balance deux majeurs à destination de ce même public, tout en tapant un aller-retour rapide au vestiaire histoire de soigner tout ça. On a également le droit à un petit focus sur Stephen Curry dont la main est en sang. C’est plus un Grizzlies – Warriors c’est la bataille de la Néra le truc. Bien que l’intention du « jouer dur pour épuiser l’adversaire » soit louable – et potentiellement la bonne approche d’un match comme celui-ci – il ne faut pas confondre Grit & Grind avec Gifle & Déglingue. Dans ce match où les contacts intérieurs ont rythmé la rencontre, il est toutefois arrivé que l’énergie ait été correctement catalysée, nous offrant ainsi de sacrés highlights. Auquel pense-t-on ? Au poster d’Andrew Wiggins sur Brandon Clarke, notamment.

Parmi les enseignements à tirer de ce Game 2, les Grizzlies devront faire attention à ne pas passer du côté obscur de la force, en son premier sens du terme. L’énergie, c’est bien. Quand elle ne finit pas dans les dents de l’adversaire, c’est mieux.

3 Commentaires

3 Comments

Répondre

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top