Kings

Victoire des Kings face aux Nets grâce à un formidable effort défensif : fallait la placer sans trembler du menton celle-là

Sacramento 3 février 2022

Les Kings ont joué un basket solide et sérieux pour venir à bout des Nets. Tout aussi vraie soit-elle, cette phrase n’a aucun sens.

Source : NBA League Pass

Alors celle-là il fallait la prévoir. En effet, la victoire des Kings de Tyrese Haliburton et Davion Mitchell sur les Nets de James Harden et Kyrie Irving était plutôt cotée à 1000/1, mais au final les Kings ont fait kiffer quand les Nets ont bien fait flipper. Mais sinon, dans quel univers parallèle a eu lieu cette rencontre ?

Vous avez déjà vu un match NBA dans lequel James Harden marque 4 points en 37 minutes de temps de jeu ? On rappelle au passage que le mec tournait quand même à plus de 36 points de moyenne il y a trois ans (saison 2018/19), et on vous jure que la première phrase de ce récap est vraie. Sur un faux rythme durant toute la rencontre, les Nets jouent avec nonchalance à l’image de leur meneur barbu mais parviennent tout de même à prendre une certaine avance grâce aux points dans la peinture de Nic Claxton, qui finira à 23 points et 11 rebonds et qui avait déjà scoré 17 pions à la mi-temps. Les Kings ne se laissent cependant pas trop devancer et restent toujours à une dizaine de points de Brooklyn, et leur plan défensif est alors simple et efficace : mettre une grosse pression sur James Harden et Kyrie Irving pour les asphyxier, pour les fatiguer, puis essayer de gérer le reste des Nets autant que possible.

Et le résultat sera au final une victoire collective, une victoire défensive, une victoire tactique. Pas un joueur des Kings ne dépasse les 20 points mais sept d’entre eux ont dépassé la dizaine, et dans le lot on peut toutefois noter que l’irrésistible Tyrese Haliburton a su passer la seconde pour revenir dans le match à grands coups de poignet qui font switch, mais aussi en délivrant onze passes décisives dont environ trente en deuxième mi-temps. Cette nuit TH était parfaitement secondé par le tout aussi irrésistible Davion Mitchell, le rookie ayant régalé des deux côtés du terrain en mettant une grosse pression sur Kyrie Irving tout en calant des pull-up une fois le parquet traversé. Le meneur des Nets ? 15 points et un vilain 5/15 au shoot qui ne lui ressemble pas et on peut donc louer le travail du bulldog des Kings. Pour le barbu ce sont surtout Moe Harkless voire l’étonnant Chimezie Metu qui auront fait un travail de sape remarquable en le fatiguant et en le forçant à libérer le ballon rapidement. Et si James Harden a quand même réussi à délivrer 12 passes, ce piège à loup a tout de même permis de le contenir à quatre points et six ballons perdus, sacré ratio l’ami.

Côté Nets c’est donc une… sixième défaite de suite. Plus que la mauvaise performance c’est le body language de l’équipe qui fut – encore une fois ? – catastrophique. On a pour l’instant du mal à voir comment la situation va s’améliorer lors des prochaines rencontres et le niveau de jeu intermittent de James Harden pose quand même des questions sur son état d’esprit et son niveau de satisfaction et d’implication dans le projet qui doit mener Brooklyn au titre. Nic Claxton et James Johnson ont certes brillé (super, trop bien) en dominant dans la raquette de Sacramento mais le jeu proposé par les Nets était ce soir encore bien triste à voir. Beaucoup de ballons perdus offrant sur un plateau tout autant de contre-attaques aux Kings, et les astres de la constellation Panzani étaient donc parfaitement alignées en ce mercredi soir. Apothéose atteinte, le Graal même, une certaine forme de perfection du WTF avec la victoire du carré magique du tanking puisque le Magic est allé s’imposer dans l’Indiana, puisque OKC à gagné après prolongation face à Dallas et puisque les Rockets ont quant à eux remporté leur duel avec les Cavs. Tout reposait donc sur les Kings qui devaient réaliser la sacro-sainte prophétie alors on remercie l’équipe des roitelets de s’être arraché pour l’histoire. Le sang, le S, le K.

Tout est bien qui finit donc comme prévu et on n’est logiquement pas prêt de revoir une soirée aussi WTF de sitôt (mercredi prochain). Les Kings nous ont encore rappelé ô combien ils sont excentriques et n’ont pas fini (jamais) de nous surprendre. Ils suivent leur propre destinée et n’ont que faire du raisonnable, et quand on voit les talents bruts que sont les jeunes Davion Mitchell ou Tyrese Haliburton on espère qu’ils pourront tout de même se développer correctement dans cette franchise… d’extraterrestres violets. 

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top