Lakers

Les Lakers se prennent la plus grosse branlée de leur saison : 133 à 96 pour Denver, 23 tirs à trois-points pour les Nuggets qui enfoncent le clou

lebron lakers

Pas content l’ami LeBron, et on peut le comprendre.

Source image : nba league pass

En accueillant les Lakers à domicile ce samedi soir, les Nuggets espéraient faire un gros résultat devant leur public. Ce n’est pas tous les jours qu’on reçoit le King, donc autant faire bonne impression. Derrière une réussite folle à trois-points et un Nikola Jokic en habituelle tour de contrôle, les boys de Denver n’ont pas fait que le spectacle à domicile, ils ont imposé à Russell Westbrook et sa bande la plus grosse défaite de leur saison.

A 37-point, old fashion, whooping.

Stu Lantz, le mythique commentateur des Lakers, ne passait pas par quatre chemins lorsqu’il définissait la rencontre alors que les dernières secondes s’écoulaient devant lui.

Une bonne grosse fessée à l’ancienne, voilà ce que les Nuggets ont donné et ce que Los Angeles a reçu. Avant toute chose, et donc notamment revenir sur l’atrocité défensive proposée par les visiteurs cette nuit, rendons à César ce qui lui appartient. Les hommes de Mike Malone sortaient justement d’un match avec une très grosse adresse devant leur public, en l’occurrence une merveille contre Portland avec un impeccable 21/42 du parking et une foule en délire. Bones Hyland, Will Barton, Facu Campazzo ou encore Austin Rivers, tout le monde prenait part à la démo et l’équipe F des Blazers était obligée de déposer ses armes. Mais forcément, quand on reçoit les Lakers à la maison, vu le casting qu’il y a en face et l’historique qu’il y a entre ces deux franchises, on se demandait si Aaron Gordon et ses potes allaient remettre ça. De l’autre côté, donc chez les Angelinos, l’ambiance n’était pas idéale puisque les quatre récentes victoires de suite laissaient place à deux revers consécutifs, un à Memphis dans un money-time mal géré et surtout un à Sacramento dans une mixtape de flemmardise défensive : 125 points autorisés aux Kings, 70 points encaissés dans la raquette, Dave McMenamin de chez ESPN rapportait même que Frank Vogel avait tenu une grosse session vidéo bien intense avec ses joueurs, afin de montrer tout ce qui n’allait pas à Sacramento. Normalement, quand ton coach met le doigt sur une défense poreuse et tu te rends à Denver chez le MVP en titre, ça a de quoi te motiver. Tu ne peux pas enchaîner une disasterclass chez les Kings avec un nouveau cauchemar collectif. Et c’est cette opposition, dans deux contextes si différents, qui rendait cette partie existante. Qui allait s’en sortir ? Est-ce qu’on allait avoir droit à un coup de poing sur la table de LeBron et sa clique ? Ou bien totalement l’inverse ?

De match, il n’y aura pas eu.

Hormis un début de match un peu équilibré, la suite de la partie va se transformer en véritable balade hivernale pour Zeke Nnaji et ses copains, qui vont passer le samedi soir rêvé à domicile. Un Jeff Green toujours aussi bondissant, profitant des espaces ligne de fond pour exploser l’arceau quand ce n’était pas pour sanctionner à trois-points, faisait lever la foule du Colorado. Davon Reed, envoyé en mission défensive sur LeBron notamment, exposait une nouvelle fois toute sa hargne et son goût de la couverture en un-contre-un devant un banc plus remonté que jamais. Bones Hyland, déjà bien chaud contre Portland, remettait les couverts un deuxième soir de suite avec du tir à trois-points à foison et ce niveau d’assurance qui fait de lui – déjà – une star dans la région. Au milieu de tout ça, un véritable carton à trois-points avec 23 shoots rentrés du parking sur seulement 40 tentatives, autant dire que les Lakers avaient le sentiment de se faire bombarder en permanence. Mais, comme dit concernant Davon Reed, le travail n’était pas géré que d’un côté du terrain, il y avait de la défense aussi avec Aaron Gordon et les autres couteaux des Nuggets, l’ailier à l’afro venant même à faire sortir Russell Westbrook de son match sur une embrouille démarrée par une défense un peu physique mais ô combien intéressante. C’était du Denver comme on aime, donc collectif, donc enjoué, souhaitant transmettre le bonheur du jeu à plusieurs et en s’assurant que tout le monde contribuer à l’oeuvre finale. Nikola Jokic, évidemment, ne faisait que son travail avec un triple-double en un peu plus d’une mi-temps (17-12-13 en 28 minutes), sans forcer le MVP en titre se régalait face à Dwight Howard et distribuait les caviars pour ses copains qui profitaient des lignes de métro laissées dans le clan d’en face.

Car oui, il s’agit bien d’une branlée avec connotation on s’en bat les steaks en défense qui a eu lieu cette nuit. Et encore une fois, les Lakers ont semblé désintéressés dans leur propre moitié de terrain, ce qui n’a fait que pointer on ne peut plus du doigt l’absence criante d’Anthony Davis dans la rotation actuelle. Une fois le premier rideau passé, ce que Sacramento a géré, tu peux scorer à outrance dans la raquette. Et si le premier rideau recule ou a la flemme de faire ses rotations pour éviter de prendre l’eau à l’intérieur, tu te fais sanctionner à l’extérieur comme Denver l’a montré cette nuit. Un temps de retard, un soupir. Bonne nouvelle de ce weekend cependant, il a été rapporté qu’AD pourrait faire son retour lors du roadtrip à venir des Lakers qui aura lieu du 22 au 30 janvier prochain, donc il y a de l’espoir. Mais l’intérieur n’est pas en sortie de petite blessure, l’objectif reste de l’avoir à fond la forme pour les Playoffs et lui demander de faire de multiples efforts sur ses genoux pour couvrir les lacunes défensives de cette équipe ne sera pas la meilleure des idées. Ce qui sera assez intense à suivre, normalement, sur les prochains jours : c’est la réaction du groupe face à ce genre de défaite, les bruits autour de la trade deadline et les réactions du management. Car si les 4 victoires de suite récemment ont donné du baume au coeur des fans de Los Angeles, ce genre de défaite a de quoi inquiéter, surtout quand ça suit un désastre défensif et avec un coach dont les consignes ne sont pas complètement écoutées. Qu’est-ce que cela va donner en affrontant… Utah lundi soir, la meilleure attaque de toute la NBA ? En cas de nouveau cauchemar avec plus de 120 points encaissés, la semaine deviendra extrêmement chaude dans les rues de L.A.

Il n’y a pas 36 manières de réagir à ce genre de situation, avec une défaite frustrante à Memphis, une sieste éveillée à Sacramento puis un abandon total à Denver. Si le retour à venir d’Anthony Davis représente une perspective prometteuse, le fait est que ces Lakers ont de gros soucis à devoir régler en interne. Coach, rotations, transferts, difficile de croire que les 2 prochaines semaines seront de tout repos pour les fans.

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top