Kings

« Je n’ai jamais été aussi déçu en 34 ans de coaching » : Alvin Gentry en a déjà plein le dos, les Kings sont une lessiveuse de coachs

De'Aaron Fox 27 décembre 2021

Il en a vu d’autres le pépère Gentry, mais ces Kings 2021-22 battent des records. Et quand un mec qui a autant perdu parle, on l’écoute et on le croit sur parole.

Source image : NBA League Pass

Ce qui est pratique avec les Kings, c’est que quoiqu’il arrive il y aura toujours quelque chose à raconter. Ce matin ? L’histoire d’un coach qui en a vu des vertes et des pas mûres dans sa carrière mais qui a avoué en postgame qu’il n’avait jamais rien connu de pire. Un peu comme quand la maitresse de ton fils qui a 62 ans et 40 années de boutique te sort qu’elle n’a jamais vu un gamin aussi relou que ton fils. Entre l’inquiétude et la fierté.

Les stats maison du pick-up game des Grizzlies face à Alvin et les Chipmunks

A deux doigts de jeter l’éponge le pépère, et pourtant on ne parle pas d’un jeune premier mais bien d’un homme dans le game depuis la fin des années 80 et qui a connu bien un paquet de franchises éclatées. Les Spurs avant qu’ils soient les Spurs, le Heat du milieu des années 90, quelques années à perdre à Detroit ou encore les Pelicans, bref un parcours loin d’être semé de médailles. Mais cette fois-ci ce bon vieux Alvin en a plein le cul, le mot est lâché, et il s’en est d’ailleurs largement épanché en conférence de presse après une nouvelle défaite gênante de son équipe face aux Grizzlies :

Rien de honteux en soit à perdre un match, qui plus est contre des Grizzlies autrement plus solides, mais c’est probablement l’attitude et le contenu qui doit gratter ce matin Alvin Gentry. En effet, face à Memphis et devant leur public, les Chipmunks se sont pointés les mains dans les poches, en défense notamment, alors que l’attaque des violets apparaissait une fois de plus comme une grande tombola dont on ne connait pas les lots à l’avance. La deuxième mi-temps fut un terrible aveu de j’m’en foutisme et/ou de déficit de talent et de vécu collectif, Tyrese Haliburton continue d’être l’arbre qui cache la forêt mais le cas De’Aaron Fox interroge de plus en plus, Buddy Hield égare deux neurones à chaque fois qu’il prend un tir avec 22 secondes sur l’horloge, Damion Jones croit qu’il est Kevin Durant, et les Kings n’en finissent plus de perdre même si en soit ce n’est même pas le plus grave, en tout cas pas plus grave que d’avoir fait ce soir du duo John Konchar / Killian Tillie un duo de All-Stars.

Ce qu’on peut dire ce matin ? Que cette drôle d’équipe est peut-être en train d’essorer un deuxième coach en une saison, et que si Alvin Gentry venait à être libéré en course de régulière, ou s’il disparaissait un jour sans laisser de trace ni de lettre d’adieu, la franchise californienne poserait donc le nom de QUATRE coachs sur son CV 2021-22 puisque Luke Walton avait débuté la saison avant de laisser sa place à Gentry, puisque Doug Christie a également pris place sur le banc pendant qu’Alvin utilisait le protocole COVID pour ne pas venir à la salle pendant dix jours, oh le coquin. On rappelle au passage que depuis la fin de la période Adelman les Kings ont déjà lessivé onze coachs en quatorze ans, que le coup des trois coachs la même année a d’ailleurs déjà été réalisé à Sacto lors de la saison 2014-15 (Mike Malone, Tyrone Corbin et George Karl) et qu’aucun mec depuis quinze piges ne possède un bilan positif sur le banc de cette extraordinaire institution.

Pas là pour tirer sur l’ambulance surtout qu’on a tous une affection particulière pour les losers, mais cette saison les Kings allient à merveille les défaites et le néant dans le jeu, un peu trop souvent et c’est chiant. Besoin de quoi du coup ? De quel genre d’électrochoc ? D’un giga trade ? D’un 5 387ème changement de coach ? De donner le brassard de capitaine à Tyrese Haliburton, Davion Mitchell et Neemias Queta ? Trop de questions et le pire dans tout ça, c’est qu’on sait qu’il n’y aucune réponse. En attendant Alvin Gentry s’envoie des grands litrons de Javel-Grenadine, comme la fanbase des Kings depuis trop longtemps.

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top