Rockets

Les Rockets toujours invaincus… sans Jalen Green : simple coïncidence ou Green est-il le plus gros bust de l’histoire de l’univers ?

Cade-Cunningham-Jalen-Green-11-novembre-2021

Le raccourci semble un peu trop facile, alors par ici l’analyse.

Source image : NBA League Pass

Les Rockets sont inarrêtables. Les Rockets sont sur six victoires de suite. Les Rockets jouent le titre. Aussi improbable que cela puisse paraître, l’équipe de Houston ne perd plus après avoir pourtant lâché 15 défaites d’affilée du 24 octobre au 22 novembre. Et pendant ce temps, la pépite Jalen Green est sur la touche…

Touché à un ischio dans le match face aux Bulls le 24 novembre dernier, le deuxième choix de la Draft NBA 2021 n’a toujours pas refoulé les parquets depuis. Au lieu de ça, il regarde ses copains performer depuis l’infirmerie. Pire, après avoir goûté non-stop aux défaites pendant un mois entier, Jalen Green voit soudainement son équipe enchaîner les wins sans lui. Six matchs, six victoires, mais que se passe-t-il à Houston ?!? Si on suit cette dynamique, les Rockets devraient continuer leur série de succès improbable car Jalen n’est pas encore sur le point de retrouver les parquets. D’après le coach Stephen Silas, le rookie est toujours blessé et progresse lentement dans sa rééducation. Résultat, il ne devrait pas revenir de sitôt, à moins que tout ça ne représente qu’une manigance de la part de Silas pour éviter que son équipe retombe brutalement dans la lose à cause d’un retour de Green. Vous l’avez compris, on grossit vulgairement le trait car le raccourci est facile. 15 défaites de suite avec Green, six victoires en six matchs sans lui, les chiffres font certes très mal. D’après Elias Sports Bureau, c’est même la première fois dans l’histoire des sports US qu’une équipe enchaîne autant de wins après une telle série de défaites. Mais comme souvent, les chiffres ne disent pas tout. Alors remettons un peu de contexte dans tout ça pour tenter de comprendre ce qui se cache vraiment derrière ce retournement spectaculaire du côté de H-Town.

Premier aspect à mentionner : le calendrier. Dans leur série de six victoires consécutives, les Rockets ont joué cinq fois à la maison et même s’ils ont réussi à accrocher les Bulls et les Hornets à leur tableau de chasse, ils ont ensuite joué – attention tremblez – le Oklahoma City Thunder à deux reprises, le Orlando Magic et les New Orleans Pelicans. Juste pour rappel, OKC a pris… 73 points dans les dents par Memphis il y a quelques jours, plus grand écart all-time. Et juste pour info, le trio Oklahoma City – Orlando – NOLA combine un bilan exceptionnel de 18 victoires pour 54 défaites après un quart de saison régulière. Alors même si les Pels vont un peu mieux en ce moment, les Rockets n’ont clairement pas affronté des foudres de guerre. Deuxième point important à mettre en avant, le changement de lineup de Stephen Silas. Vous l’avez remarqué lors de la belle série des Rockets, le pivot vétéran Daniel Theis a non seulement laissé sa place de titulaire mais il est carrément sorti de la rotation lors de quatre des six succès de Houston (il a de nouveau été titu hier contre NOLA avec l’absence de Kevin Porter Jr. et la présence de Jonas Valanciunas en face). Direction le poste 5 pour Christian Wood, avec Jae’Sean Tate sur le poste 4. Un changement qui a fait la diff, le duo Wood – Tate faisant pas mal de dégâts actuellement. Christian tourne à 25 points – 15 rebonds de moyenne sur les quatre derniers matchs (si l’on excepte la deuxième rencontre face à OKC, où il est sorti sur blessure après neuf minutes), et Tate a lâché une prestation de patron contre le Thunder il y a quelques jours (32 points, 10 rebonds, 7 passes, 2 interceptions, 5 contres !).

En alignant Wood et Tate sur le poste 5 et 4 lors des derniers matchs, les Rockets ont trouvé un meilleur équilibre global. Jalen Green sur la touche, on retrouve désormais le trio Kevin Porter Jr. – Eric Gordon – Garrison Mathews sur les postes extérieurs. Ce dernier profite aujourd’hui de l’absence du deuxième choix de la Draft pour cartonner dans le cinq : presque 16 points de moyenne à plus de 55% au tir dont 49% du parking (quasiment quatre réussites de loin par soir), le mec est tout simplement en feu ! Il apporte un spacing qui fait beaucoup de bien au collectif de Houston (mention aussi pour le shooteur Armoni Brooks, même s’il galère depuis deux matchs). Quant à Eric Gordon, il assume bien son rôle de vétéran et est vraiment content par rapport à la production de son équipe aujourd’hui des deux côtés du terrain : « Défensivement, on se bat et en attaque, on est altruistes. La manière avec laquelle on joue actuellement, ça devrait être notre standard » a notamment déclaré EG, auteur du game-winner contre le Magic il y a quelques jours. Concernant Kevin Porter Jr., il continue d’apprendre dans son rôle de meneur de jeu. Et on le sent plus à l’aise dans cette configuration. S’il a été absent dimanche et peu en vue lors des deux matchs précédents à cause de petits bobos, voici ce qu’il a lâché comme stats sur les trois premières victoires de la série : 14 points – 9 passes – 6 rebonds, 23 points – 12 passes – 8 rebonds, 11 points – 11 passes – 9 rebonds (dommage pour le triple-double). Plutôt lourd le bonhomme. Habituellement aligné avec Jalen Green depuis le début de la saison, KPJ semble avoir franchi un petit cap dans sa saison depuis la fin du mois de novembre.

Les raisons pour expliquer la grosse forme des Fusées sont donc nombreuses, et la plupart ne sont pas liées directement à Jalen Green. Cela ne signifie pas pour autant qu’il n’y a absolument aucun lien entre la bonne forme des Rockets et l’absence du rookie. Ce dernier connaît clairement des hauts et des bas en ce début de saison et comme beaucoup de rookies, ça lui arrive de pénaliser son équipe à travers des choix parfois peu judicieux, un faible impact en défense et du déchet en attaque. Mais fans des Rockets, rassurez-vous, Jalen Green n’est pas le plus gros bust de l’histoire de l’univers.   

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top