Celtics

Les Celtics improvisent une rave party à Portland : 117-145, Dennis Schroder et Jayson Tatum ont bien dansé, Boston va mieux

Celtics

Comme à la plage.

Ce samedi, les Celtics dans l’Oregon pour y affronter les Blazers de Dam… C.J. McCollum. Un voyage qui fait suite à de belles performances, le groupe d’Ime Udoka étant presque au complet. Tout l’inverse de Portland qui traverse actuellement une sale passe, que ce soit sur ou en dehors du parquet, en témoigne l’éviction du GM Neil Olshey. On débrief cette rencontre.

La jolie boxscore maison, c’est par ICI !

On en a vu des humiliations. Des très larges, comme celle infligée par les Grizzlies au Thunder jeudi dernier. Des courtes mais saillantes, comme une victoire lors d’un derby. Mais alors ce Blazers – Celtics, c’était quelque chose. Un écart d’une vingtaine d’unités à 1 minute du terme et un Payton Pritchard venu poser ses skills d’intermittent du spectacle sur la table. Devant la défense de Greg Brown III, le meneur rasé de près a envoyé une ultime bombinette qui a fait écho à son garbage time de folie : le banc de Boston vrille complètement. Des garçons en tenue tréflé courent le long de la touche et célèbrent ce panier comme un buzzer de Game 7. Le commentateur est mort de rire, et le public du Moda Center amorphe. Même si leur récent calendrier n’est pas des plus aisés, les Blazers n’ont dégoté qu’une seule victoire en 5 matchs, qui plus est contre Detroit. Après ce dernier rafalage en règle infligé par les petits gars du Massachussetts, Portland tire la tronche. Les récentes absences de Damian Lillard (touché aux abdos), Anfernee Simons (cheville) et Nassir Little (cheville) ont dénudé des lignes extérieures qui ne tiennent plus la route, et relever la tête s’annonce plus que compliqué à la lecture du calendrier : Clippers, Warriors, Wolves, Suns, Grizzlies (x2) et Hornets sont les prochains adversaires des Blazers. Avec le dixième siège de la Conf’ Ouest et un bilan de 11 victoires pour 13 défaites, le constat pourrait encore plus sentir le chou dans les jours qui viennent. Allez une réaction, et vite.

Le revers d’une personne implique forcément la réussite d’autrui. Eh oui, les Celtics ont déroulé et inscrit cette performance dans la continuité de leurs récentes sorties. La paire Dennis Schroder – Jayson Tatum s’est régalée avec un cumul de 62 points, 14 rebonds et 12 assists à 19/33 au tir dont 9/13 du parking. L’absence de Jaylen Brown ne s’est pas faite ressentir et le Schro l’a parfaitement suppléé, apportant peut-être – si l’on autorise les constats blasphèmes – un juste équilibre entre les role players et les patrons de l’équipe. Équilibre plus difficilement atteignable quand Jayson Tatum et Jaylen Brown sont tous deux sur le parquet. M’enfin, l’heure n’est pas à l’interrogation mais au constat, et les Celtics récupèrent la septième place de la Conférence Est dans le sillage de leur petite remontée. En plus, le retour prochain d’Al Horford – qui s’est fait mal en bas du dos – va repousser Grant Williams sur un banc qui ne refuse pas de garniture. Tout va en s’améliorant. Dynamique illusoire ou réel déclic d’un groupe qui à l’origine comporte d’excellents joueurs, seul l’avenir nous aiguillera.

Doucement mais sûrement, les C’s se joignent au gratin de la Conférence Est. Cela faisait très longtemps que ce côté de la Ligue n’avait pas été aussi compétitif, et le retour en forme des petits gars du Massachussetts pourrait raffermir l’esprit de compétition. C’est bieng. 

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top