Timberwolves

Les Wolves s’imposent en patrons face au Heat : cinq victoires de suite et du vrai basket, LÀ on peut dire que c’est du sérieux

Anthony Edwards 25 novembre 2021

Match d’une intensité folle entre le Heat et les Wolves, et au final Minnesota qui envoie un beau message grâce à un ÉNORME Anthony Edwards notamment.

Source image : NBA League Pass

On en parlait hier, mais on en parlait d’une voix feutrée, parce que la série en cours des Wolves venait de s’opérer face à des franchises de seconde zone, puis grâce à un blow-out terrible face aux Grizzlies dont on ne pouvait pas retenir grand chose si ce n’est de la grosse conclusion hâtive, bail habituel avec les Loups. Puis parce que c’est les Wolves tout simplement, plus habitué à décevoir chaque saison, et nous poussant donc à être patient. Alors on ne dit pas ce matin que, ça y est, la route vers les Playoffs est dégagée, on dit juste que la victoire de la nuit face au Heat, cette fois-ci, peut s’accompagner de sacrées louanges.

Les stats maison du match le plus intense de la nuit c’est juste ici

Une vraie bataille remportée virilement, en alliant le beau jeu et le posage de testostérone face à une équipe pas réputée pour faire des massages bienveillants. Voilà en une ligne ce qu’on peut dire du match de la nuit entre les Wolves et le Heat. La bonne nouvelle ? C’est qu’en général on essaie de développer alors let’s go.

Bazar, ça partait mal. Ça partait mal parce qu’après sept minutes de jeu seulement et malgré une entame très positive et pleine de motivation (trop, du coup), Karl-Anthony Towns prenait déjà sa troisième faute et offrait la possibilité à Bam Adebayo de se faire un festin de roi. Avec un KAT en foul trouble et un Jimmy Butler qui aime l’odeur du sang, on imagine alors difficilement les Loups de Finch réussir à lutter, mais en ce qui concerne la lutte un homme met le nez à la fenêtre depuis quelques semaines : Jarred Vanderbilt. Cette nuit ? Hormis un gros passage au deuxième quart, Bam se sera heurté au hustle et au corps parfait de Vando, lequel terminera son match avec 8 points, 15 rebonds (tous chopés en trois quarts-temps), 3 passes, 4 steals et le scalp officieux du champion olympique floridien. Énorme débauche d’énergie de la place Vando donc, mais aussi et surtout un collectif aussi huilé en attaque que soudé en défense, répondant par la force et le talent à un Jimmy Butler parfois occupé à trashtalker violemment… le premier rang du Target Center.

Mais la target cette nuit était bien dans le dos de Jimmy et du Heat, et chaque contact, chaque regroupement au cœur d’un match tendu mais correct aura été le théâtre de l’esprit d’équipe des Wolves, bien décidés à nous prouver à tous qu’ils peuvent aussi vaincre de vraies équipe de basket et pas seulement des Pelicans mazoutés ou des Kings sans couronne. Le Messie cette nuit ? Anthony Edwards évidemment, le sophomore ayant enfilé avec le smile le costume du sauveur pendant que son pivot faisait au final ce qu’il pouvait pour aider. Une énorme perf d’ANT cette nuit avec 33 points, 14 rebonds (career high), 6 passes, 3 steals, 1 contre, six paniers du parking et un poster MORBIDE sur Gabe Vincent, un de plus dans sa collection déjà bien remplie, au coeur d’une soirée de All-Star, au coeur d’une soirée de MVP des coeurs de ses fans. Avec le smile, toujours, et bien accompagné cette nuit par le smoothiesque D’Angelo Russell et par un Malik Beasley en mode season high avec ses 29 pions en sortie de banc.

Des Wolves concentrés, concernés, et dont on peut officiellement dire ce matin que leurs résultats sont autant dus à leur gros niveau actuel qu’à leur calendrier. Vrai plaisir en tout cas de voir évoluer les jeunes canidés à ce niveau plutôt que de voir de jeunes idées tomber dans le caniveau, et pour finir un récap avec une presque contrepèterie c’est vraiment que ces mecs nous ont inspiré. 

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top