Mavericks

Les Mavericks coupent les Nuggets dans leur élan : parce que Kristaps Porzingis monte en régime, parce que Jokic était trop seul

Image rare d’un cachalot se liant d’amitié avec une girafe.

Source image : YouTube

C’est l’histoire de la petite bête qui monte, qui monte, qui monte. Cette petite bête s’appelle Dallas Mavericks, s’appuie sur un roster qui se connait par cœur, sur les progrès de ses leaders et sur le retour récent et victorieux d’une gazelle de 2m20. Cette petite bête s’appelle Dallas Mavericks et elle est confortablement installée sur le podium à l’Ouest.

Les stats maison de l’Europico c’est juste ici

Voilà donc une cinquième victoire en six matchs pour les Texans, et si celle-ci a été durement acquise elle ne souffre en revanche que de très peu de contestations. En cause ? Un ensemble beaucoup plus homogène côté cowboys que côté Pépites, et donc un Nikola Jokic toujours aussi dominant mais bien trop esseulé pour lutter face au collectif des Mavs. Une victoire qui aura cependant mis du temps à se dessiner pour les hommes de Jason Kidd, menés au démarrage du dernier quart-temps mais immédiatement libérés par trois grosses ogives de Dorian Finney-Smith, Reggie Bullock et Tim Hardaway Jr., au bon endroit, au bon moment. Une éclaircie qui doit d’ailleurs mettre en avant l’apport de toutes ces petites mains, on en place une pour Frank Ntilikina et sa défense d’ailleurs, shooteurs prenant l’aspiration d’un Jalen Brunson toujours aussi essentiel dans le rythme offensif apporté par les Mavs. Car si Luka Doncic marquera son entrée par un nouveau tir de loin donnant une avance définitive à Dallas, c’est bien sans leur deux leaders que l’écart aura gonflé, grâce notamment à un THJ bouillant dans le dernier quart.

Si l’on devait ressortir un homme de cette belle partition d’ensemble ? Allez, ce serait probablement Kristaps Porzingis, de retour depuis cinq match après une première coupure et clairement en forme sur ce mois de novembre.

stats Porzingis 16 novembre 2021

On l’avait vu solide dans la défaite à Chicago puis dominant à San Antonio, et cette nuit la Licorne fut solide, dominante ET victorieuse, switchant habilement entre ses deux compétences principales : dominer sous le cercle grâce à sa taille sans nulle autre pareille et shooter de loin de manière efficace. Le Porzingis dont les Mavs ont besoin, plus de 40 matchs par saison si possible, et le tout mêlé donnant… l’opportunité à Luka Doncic ne ne pas être obligé de se démultiplier. Une rotation assez courte utilisée par J-Kidd mais des soldats tous responsabilisés, pendant qu’en face le pauvre Joker galérait à trouver de l’aide malgré une dernière quinzaine assez positive au niveau de l’apport des lieutenants.

Fin de série donc pour les Nuggets, et peut-être le début d’une belle série pour des Mavs qui paraissent à la fois sûrs de leurs forces mais bénéficiant également d’une belle marge de progression dans le sens où Luka Doncic n’a pas encore desserré son frein à main. Mais une chose est sûre : avec un Kristaps Porzingis sur ses deux jambes et motivé, cette équipe n’a plus RIEN à voir.

1 Comment

1 Comment

  1. diruy

    16 novembre 2021 à 13 h 06 min at 13 h 06 min

    Incompréhensible que vous n’évoquiez pas l’entorse (all fingers crossed) de Luka!!
    On a la poisse bordel, entre Porzi qui a des genoux en cristal, et Luka qui a des chevilles en guimauve…

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top