Art

La bague de champion des Bucks est phénoménale : une masterclass de joaillerie à la hauteur de Milwaukee, et y’a même un QR code

Bague Milwaukee
Source image : NBA.com

Aussi fou que cela puisse paraître, les joueurs NBA se foutent sur la tronche toute une saison pour choper une bague. Bon, pour le symbole qu’elle évoque évidemment, mais aussi pour cette petite présence physique qui alourdit gracieusement l’annulaire. Cette année encore, le joaillier responsable de fournir les bijoux aux Bucks a livré une grosse masterclass.

Jason de Beverly Hills, et y’a aucune vanne. Le blaze du joaillier a beau ressembler à un mauvais programme calé le dimanche à 13h30 sur Disney Channel, les Bucks ont apparemment eu raison de miser sur ses mains de petit crack. C’est d’ailleurs la septième bague qu’il fût confié à Jason de réaliser, après celles des Lakers de 2009, des Lakers de 2010, des Warriors de 2015, des Warriors de 2017, des Raptors de 2018 et des Lakers de 2020. Des franchises californiennes donc, et le front office de Toronto qui s’est fait un vilain kiff en snobant toutes les entreprises canadiennes. Tiens, on vient d’aller faire un tour sur le site internet de Jason et un piercing à peine visible coûte autant qu’un bon joueur sous two-way contract. La question est donc la suivante, Axel Toupane valait-il moins cher que sa bague hier soir ? Une chose est sûre, la maison de joaillerie s’est creusée la tête en cherchant non pas de respecter la continuité, mais de surprendre par l’innovation. « Nous voulions une fois de plus réécrire les règles de ce que devrait être une bague de championnat », a déclaré Jason Arasheben, PDG de Jason of Beverly Hills. Mouai, « une fois de plus », le mec a vraiment le melon qui colle à son blaze, mais bon, des paroles ont découlé les actes puisque la bague affiche de chouettes nouveautés. Étant au fil des années devenue de moins en moins pratiques à porter – de par un look bling-bling aussi amusant que volumineux -, la bague de champion repensée par Jason possède un système de bouton poussoir qui permet aux joueurs de la porter en pendentif, comme l’atteste la vidéo ci-dessous.

« La bague raconte de manière vivante l’histoire des Bucks et célèbre de manière époustouflante notre championnat NBA 2021. Nous remercions Jason et son équipe d’avoir créé une bague si remarquable, que les Bucks porteront fièrement et chériront pour toujours. » – Peter Feigin, président des Bucks

Qu’entend donc le prez par « raconte de manière vivante l’histoire des Bucks » ? Accrochez-vous bien, les détails sont fous. La bague a 360 diamants sur le dessus pour représenter le total des victoires depuis que le propriétaire a acheté l’équipe (un peu centriste ça). Les 16 diamants en forme d’émeraude sur le flanc gauche symbolisent les 16 victoires lors des Playoffs 2021, avec 16 autres diamants en forme d’émeraude sur le côté droit pour les 16 titres de division grattés dans l’histoire des Bucks. Au total, il y a environ 4,14 carats d’émeraude pour l’indicatif régional 414 de Milwaukee. Les 50 pierres rondes sur la lunette intérieure représentent les 50 ans passés depuis le dernier titre, et ça c’est quand même un bon gros tacle déguisé en pierre précieuse. Ensuite, il y a deux trophées sur la tige intérieure afin de très logiquement représenter les deux championnats de franchise. La structure du Fiserv Forum est également visible sur le côté de la bague, ce qui n’aurait sûrement pas été le cas si les Clippers avaient gagné le titre. Sur le devant de la bague, le Larry O’Brien est composé à 65,3 % d’or pur en clin d’œil au pourcentage de victoires sur la saison. La folie cartésienne ne s’arrête pas là, les 0,53 carat sur le libellé de « World Champions » – un terme qui attire les débats houleux, potentiellement à juste titre – sur la bague représente le nombre total d’années d’existence des Bucks. Voilà, mais le plus fou dans l’histoire, c’est ce QR code caché sur le dessus de la partie inférieure de la bague, une fois décliquetée. Un passe sanitaire intégré ? Un code promo de  -15% chez le Taco Bell de Highland Avenue ? La chaîne YouTube du Palmashow ? Non, simplement un lien vers une vidéo qui retrace les plus grands moments de cette saison 2020-21 dans le Wisconsin.

Il était bien sympa à étudier ce petit bijou, plein de secrets mais surtout doté d’une grosse innovation, celle de pouvoir laisser pendre son succès au-dessus des pecs. On ne peut qu’être pressés que Poku arbore fièrement sa bague de champion 2024 en boucle d’oreille, parce que le progrès n’a apparemment aucune limite (quelle phrase de beauf).

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top