Blazers

Quinn Cook débarque à Portland : contrat non-garanti, un peu comme le futur de sa nouvelle franchise

Quinn Cook Lakers 23 février 2021

Direction l’Oregon.

Source image : YouTube

La Free Agency suit son cours, les effectifs dessinent leur probable silhouette, les places ne sont plus légion. Après plus d’un mois de combats téléphoniques et de coups de vicelard à hauteur du foie de la concurrence, les General Managers bouchent désormais les trous en tentant d’ajouter quelques pièces qui feront grand bien à la rotation. L’idée Quinn Cook pour faire souffler Damian Lillard ? On débrief.

À grand talent rien d’impossible, hormis de jouer 48 minutes tous les soirs sans jamais frôler le burn-out. Si Neil Olshey est critiqué pour son été un peu flemmard, il n’a cependant pas oublié que Damian Lillard devait lui aussi souffler de temps à autre. Promise à cet effet, l’arrivée de Dennis Smith Jr. dans l’Oregon ne sera finalement pas la seule, lui qui vient d’être rejoint par Quinn Cook, également signataire d’un contrat non garanti. Les deux meneurs sont désormais en compétition pour toper le back-up de Dame et vont se foutre sur la tronche dès le 28 septembre prochain, date du début des training camp en NBA. Avec 13 joueurs sous contrats garantis, les Blazers disposent d’une marche de manœuvre limitée et doivent encore se renforcer sur les postes 1 et 4. Nul besoin d’être Einstein donc, pour comprendre que seuls deux joueurs parmi les contrats non garantis pourront être conservés, une joute finale qui va se disputer entre Dennis Smith Jr., Quinn Cook, Patrick Patterson et Marquese Chriss. Un seul grand corps couplé à l’une des deux tenues de balle, suffiront à boucler un roster que l’on aurait espéré meilleur, mais qui a au moins le mérite d’afficher complet.

Parti dans l’optique de s’essayer avec les Warriors, Quinn Cook a finalement opté pour l’Oregon, laissant Avery Bradley et Isaiah Thomas s’arracher une place dans la Baie. La concurrence y était rude et c’est plein de malice que le double champion NBA (2018 et 2020) s’en est extirpé, la préférant lorsqu’elle se compte sur un seul doigt. Oui, Quinn Cook va donc pouvoir se concentrer sur la grosse tête de Dennis Smith Jr., dernier obstacle à son épanouissement sur le banc d’une franchise. La saison dernière, le meneur n’a disputé que 23 rencontres – 16 chez les Lakers, puis 7 à Cleveland – légitimant l’interrogation quant à sa place au sein de la Grande Ligue. Mais lors de son court passage dans l’Ohio, il a aussi montré qu’il pouvait encore produire proprement de par des moyennes de 6,1 points, 1,7 rebond et 1,9 assist à 41% au tir dont 46% de la buvette. Si Quinn Cook est typiquement le genre de joueur que l’on aurait adoré retrouver dans le championnat de France, car compte tenu du mercato toute ambition est désormais permise, cette aventure entre les vertes étendues de l’Oregon pourrait bien être sa dernière en NBA, s’il ne vient pas à retrouver son utilité d’antan.

Tout se boucle à Portland. Bien que la Blazers Nation affiche son désarroi depuis quelques temps, décontenancée par cette Free Agency avare en ambitions, Neil Olshey assume ouvertement faire de son effectif, une addition de paris. Et puis, rien ne dit qu’en sous-marin, un trade n’est pas envisagé, donc sans s’attendre à monts et merveilles, gardons l’œil. 

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top