Nuggets

Petr Cornelie signe un two-way contract avec les Nuggets : grosse opportunité pour le stretch de Pau, objectif déplacer des montagnes

Petr Cornelie

Faut bien que le championnat de France dégraisse, de temps en temps.

Source image : FIBA

Il était l’un des gros points d’interrogation de ce mercato estival, Petr Cornelie troque finalement la Nouvelle-Aquitaine pour le Colorado. Un petit aboutissement dans la carrière du stretch qui multipliait les signes à destination de Calvin Booth, vraisemblablement réceptif à ces appels du pied. Pour le General Manager de Denver, il est inenvisageable de laisser un gros potentiel s’éclater sur les parquets français, sans même le tester face aux testostéronés. On débrief.

Il a filé de Pau comme le « e » à la fin de son prénom, Petr Cornelie vient de signer un two-way contract avec Denver, franchise qui l’avait sélectionné en cinquante-troisième position de la Draft 2016. Eh oui, les Nuggets possédaient les droits de l’intérieur palois, mais attendaient de recevoir quelconques signes de vie transférés sous format highlights, plutôt que des textos de crevard avec une vidéo de son cross au tournoi U15 de Michon-les-Moineaux en pièce jointe. Après une saison taille patron sous le turquoise de l’Élan Béarnais, Petr Cornelie a finalement obtenu de quoi argumenter sa candidature auprès du front office concerné en foutant ses moyennes de 14,4 points et 7,9 rebonds sur un navire, direction les bureaux du Colorado. Mais ce qui stimule l’intérêt outre-Atlantique, c’est surtout ce 44% du potager, symbole d’une polyvalence innée en ce poste 4 de 2m11. Les Choletais se souviennent encore de ce 12 juin dernier, jour noir pour les aficionados de la Meilleraie qui avaient vu le sosie de Nicolas Anelka choper 25 rebonds sous leurs paniers, tout en filochant à mi-distance. Une facture semblable adressée aux rhodaniens de l’ASVEL sur lesquels Petr Cornelie avait posé 27 plaques, sans pour autant repartir avec la victoire. Le nouvel élément des Nuggets est donc capable du meilleur contre les meilleurs, son jeu ne se cantonnant pas à faire des stats sur les petites gens du championnat (on te parle, Frank Hassell).

Alterner entre la G League et l’équipe fanion, sous condition de 50 disponibilités maximales en saison régulière NBA. Le compromis est bon pour se mettre en avant, et avec l’expérience professionnelle dans les jambes du médaillé olympique, nul doute qu’il posera régulièrement de sacrées perfs dans la ligue mineure. Si Petr Cornelie n’avait pas pris la direction des Zitazounis, Luca D’Alessandro – insider spécialisé dans le ballon-panier européen – avait cité les noms de l’ASVEL, de l’AS Monaco ou même du Baskonia Vitoria, comme candidats principaux à l’attrait du poste 4. Une belle opération manquée par trois gros poissons européens, qui ont dû sentir la douille à la lecture des propos de l’international français accordés à Ouest France, un mois auparavant : « Si j’ai la possibilité d’aller en NBA d’une quelconque façon, j’irai car c’est une opportunité à saisir. Je n’ai plus 20 ans donc il faut faire des choix ». Mais le Palois n’a pas manqué de préciser qu’en cas de mauvaise aventure chez l’Oncle Sam, il serait largement prêt à assumer un retour au sein d’une chouette institution européenne. Si nous allons suivre de très près ses sorties chez les cainris, il est fort possible que les Grand Rapids Drive – équipe de G League des Nuggets, rachetée aux Pistons en avril dernier – ne suffisent à contenir trop longtemps les ambitions de Petr Cornelie, plus proches du binôme de raquette avec Nikola Jokic, que de bonnes minutes en équipe bis.

Un frenchie de plus qui s’envole pour tenter sa chance outre-Atlantique, rééquilibrant enfin la NBA et le championnat de France. On ne va pas tout leur prendre sans rien donner en retour, quand même, déjà qu’ils doivent pleurer Mike James et Kyle O’Quinn à très chaudes larmes. Comment ça ils ont déjà oublié leurs blazes ?

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top