Nets

Isaïa Cordinier s’envolera ce dimanche pour New York : objectif séduire le staff des Nets, il y a clairement un two-way à gratter

cordinier 29 novembre 2020

Des occasions comme celle-ci ne se représentent pas deux fois.

Source image : FIBA

Il est de ces wagons dans une vie, qui ne repassent pas deux fois. Ça, Isaïa Cordinier le sait bien, lui qui n’est désormais plus qu’à 2 jours de s’en aller dégainer les tirs les plus importants de sa jeune carrière outre-Atlantique. Tout le staff des Nets l’attend de pied ferme pour les entraînements de présaison, à lui de faire passer Kevin Durant pour Axel Bouteille. On débrief.

C’est une breaking 100% française – l’information nous venant de Dylan De Abreu, spécialiste du basket-ball européen pour Basketactu – Isaïa Cordinier va s’envoler dès ce dimanche pour rejoindre la Big Apple et l’institution Brooklyn Nets. Le genre d’info qui donne le smile, permettant l’hypothèse d’un futur en NBA pour l’ancien Golden Boy de Nanterre. Même si de chouettes offres européennes squattent sa boîte aux lettres, Cordinier semble focus sur la reprise des entraînements avec la troupe de Steve Nash et espère y décrocher un spot dans le roster final. Un défi pas des moindres pour celui qui présente encore pas mal de lacunes dans certains secteurs du jeu. On pense notamment à son adresse extérieur (24% à 3-points), trop irrégulière pour envisager une réussite depuis l’arc de la Grande Ligue. Ceci étant, le dernier exercice d’Isaïa en Betclic Élite reste qualitatif avec des moyennes de 12 points, 4,9 rebonds, 3 assists et 1,5 interception à 44% au tir. Des chiffres réhaussés lorsqu’il s’agit d’EuroCup, compétition dont Isaïa connaissait parfaitement l’exposition auprès des scouts NBA.

C’est donc la fleur au fusil que l’enfant de Créteil s’en va poser d’importantissimes dribbles. Sélectionné par Vincent Collet pour prendre part à la préparation de ces derniers Jeux Olympiques, nul doute que le prochain objectif international d’Isaïa Cordinier commence par « Paris » et termine par « 2024 ». Quand on voit l’engouement avec lequel les Français ont suivi les Bleus lors des joutes nipponnes, il est absolument certain que le ticket pour jouer devant son pays coûtera de l’audace, une prise de risque et beaucoup de sueur. C’est ce que fait Cordinier en faisant attendre ses prétendants européens au profit de l’espoir et du rêve de fouler un parquet NBA. Bien que ses prestations soient encore irrégulières, l’arrière s’y retrouve parfaitement lorsqu’il faut profiter des espaces pour s’en aller cisailler l’arceau ou magnifier la possession via une dernière passe que peu considéraient. On sait la logique d’une transition entre NBA et jeu européen assez incertaine et le profil d’Isaïa Cordinier ne rend alors pas impossible une notification Twitter dans quelques jours : « Isaïa Cordinier has agreed to a two-way contract with Brooklyn, league source tells ESPN ».

On croise les doigts pour que tout se passe bien en coulisse du Barclays Center. S’il n’est pas retenu, le gamin rêveur prendra un sacré coup au moral mais rien ne sera perdu, beaucoup de grands noms européens convoitant la bête. Et puis, 24 ans, ça laisse encore le temps de remonter la pente.

Source texte : Basketactu

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top