Bucks

Free Agency 2021 : les Bucks signent Rodney Hood et George Hill, pourquoi faire la révolution quand t’es champion en titre

I’m back !

Source Image : Youtube

On s’attendait à une intersaison plutôt discrète de la part des Bucks, juste quelques signatures histoire de consolider le groupe et pas beaucoup plus. En effet, dans cette folie de la Free Agency, Milwaukee est plutôt calme. Bobby Portis prolongé, PJ Tucker qui part en Floride, et deux nouvelles recrues : le revenant George Hill, et ce qu’il reste de Rodney Hood. 

On ne change pas une équipe qui gagne ? C’est presque le cas pour les Bucks. On dit au revoir à Bryn Forbes, on se remet difficilement de la séparation avec PJ Tucker, parti dans les rangs de Pat Riley pour renforcer encore plus les copains floridiens, mais d’un autre côté, on se réjouit de la prolongation de Bobby « Grande Gueule » Portis (on se permet de lui inventer un surnom, vous validez ?) pour un prix record. Puis hier deux petits nouveaux qui font leur arrivée chez les Bucks, dont un qui connait déjà la maison, George Hill, et donc Rodney Hood qui va découvrir les locaux de sa cinquième infirmerie en quatre ans, les deux vétérans ayant été coupés par leurs franchises respectives pour signer dans le Wisconsin. Et comme nous l’ont annoncé Adrian Wojnarowski d’ESPN et Shams Charania de The Atheltic, nos perturbateurs de sommeil préférés, H&H, qui se retrouveront d’ailleurs après leurs Finales 2018 avec les Cavs (tes lancers George !) devraient tous les deux signer pour un contrat d’un an.

Du coup, qui dit arrivée de George Hill dit bye bye Jeff Teague, on se doutait que Jon Horst n’avait pas fait de Jeff sa priorité de l’été mais au moins là le message est clair, c’est George qui prend sa place. Et franchement, sauf pour la famille Teague, on sait tous que l’ancien de la maison est clairement un step-up à la mène. Derrière Jrue Holiday, le meneur de 35 ans pourra faire parler son expérience des deux côtés du terrain, lui qui est passé de la galère d’OKC aux Playoffs avec les Sixers la saison dernière. Niveau stratégie ? Tu te barres un an pour jouer les infiltrés chez la concurrence et retenir tous leurs systèmes, puis tu vas les donner à  Budenholzer, jolie technique d’ancien.

La franchise de Giannis accueille également Rodney Hood. Après… est-ce qu’il intègre l’équipe ou le staff médical, ça on ne sait pas trop, car avec toutes les blessures qu’il a eu au cours de ces dernières années, on se demande dans quel domaine il a le plus d’expérience. L’an dernier, lui qui avait été tradé de Portland aux Raptors dans le deal Powell / Gary Trent Jr, n’avait pas réalisé la saison de sa vie. Passé de 19 à 12 minutes de jeu en arrivant à Toronto, enfin à Tampa Bay du coup, l’ancien du Jazz ne s’était pas vraiment fait une place dans l’effectif canadien. On devrait donc voir l’ailier de 28 ans prendre plus ou moins le rôle qu’avait Bryn Forbes l’an dernier, à savoir apporter du shoot en sortie de banc, même s’il ne shootait qu’à un maigre 30,1% de moyenne derrière l’arc cette saison, mais bon il compensera avec un peu plus de défense que Bryn, c’est déjà ça. Mais pour ça, il faudra voir comment le corps de Rodney tient sur toute une saison. Enfin bref, ça reste pas tout mal comme signatures, et c’est bien beau d’être champion, mais quand on voit les moves des Nets, des Lakers ou même du Heat, il va falloir être vraiment TRÈS solides pour réaliser le back-to-back.

Les Bucks continuent de célébrer leur titre, de quoi limite en oublier la Free Agency, mais en même temps quand ça gagne, pourquoi tout chambouler. Il fallait juste signer deux trois gars assez utiles pour combler les départs, c’est fait, on attend désormais patiemment le début de la saison pour les Daims. Welcome Rodney, welcome back George !

Source texte : ESPN/The Athletic

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top