News NBA

NBA Free Agency 2021 – le Top 5 des arrières : rien de transcendant mais quelques noms sympas à se mettre sous la dent

demar derozan

DeMar DeRozan est en tête de liste, et y’a même un Frenchie dans le lot.

Source image : NBA League Pass

Les Finales NBA entre les Suns et les Bucks ne sont pas encore terminées, mais on a déjà un regard sur l’intersaison et notamment la Free Agency, qui va débuter le 2 août prochain. Et comme souvent avant la Free Agency, on aime vous présenter les forces en présence. Vous avez déjà la liste complète des agents libres par ici, mais c’est l’heure de creuser un peu pour analyser les dossiers les plus intéressants. Après les meneurs, place aux arrières. 

DeMar DeRozan

  • Statistiques en 2020-21 : 21,6 points, 4,2 rebonds, 6,9 assists en 33,7 minutes (49,5% au tir et 88,0% aux lancers-francs) en 61 matchs
  • Salaire en 2020-21 : 27,7 millions de dollars
  • Situation contractuelle : agent libre non restrictif

Après trois saisons chez les San Antonio Spurs, DeMar DeRozan arrive sur le marché de la Free Agency et représente une option intéressante pour des équipes ambitieuses à court terme qui ont besoin de scoring et de création. Cette année encore, au milieu de la jeunesse des Spurs, DMDR a fait du DMDR avec plus de 21 points de moyenne et quasiment sept passes décisives. L’ancien Dino semble plutôt à l’aise dans son costume de mentor mais à 31 ans, on imagine qu’il voudra rejoindre une franchise compétitive tout en remplissant son compte en banque, lui qui a encore de belles choses à apporter sur le plan offensif. Du côté des Spurs, quand on voit le projet actuel, prolonger DeRozan ne fait probablement pas partie des priorités, même si Gregg Popovich et son staff n’ont aucun mal à reconnaître la plus-value de DMDR dans son rôle d’animateur BAFA. « DeMar s’est totalement intégré dans notre attaque où l’on tente de faire bouger le ballon. Il a toujours été un bon leader, et il a fait progresser son jeu all-around afin de ne pas être juste un scoreur » avait notamment déclaré l’éternel coach des Spurs il y a quelques semaines. Des propos qui pèsent quand ils viennent de Pop, et on ne veut donc pas totalement fermer la porte à un retour de DeRozan à San Antonio. Mais son avenir semble s’écrire ailleurs, et pourquoi pas à… Miami, pour y retrouver son ancien collègue Kyle Lowry ?

Victor Oladipo

  • Statistiques en 2020-21 : 19,8 points, 4,8 rebonds, 4,6 assists et 1,4 interception en 32,7 minutes (40,8% au tir) en 33 matchs
  • Salaire en 2020-21 : 21 millions de dollars
  • Situation contractuelle : agent libre non restrictif

Victor Oladipo a commencé la saison 2020-21 du côté d’Indiana. Il est aujourd’hui sur le point de devenir agent libre, lui qui est également passé par Houston, Miami et malheureusement – une nouvelle fois – l’infirmerie cette année. Clairement, Vic ne débarquera pas sur le marché de la Free Agency en position de force. Bien au contraire. Non seulement il n’a toujours pas réussi à retrouver son niveau All-Star quand il était sur le terrain malgré une production qui reste correcte, mais en plus il a été victime d’une blessure au tendon quadricipital du genou droit, le même tendon qui s’était déchiré en janvier 2019 quand il cartonnait avec Indiana. Autrement dit, Oladipo peut oublier tout contrat max aujourd’hui (il va sans doute devoir signer un contrat court), lui qui pourrait en plus rater une partie de la saison prochaine suite à son opération en mai dernier. Vraiment pas top tout ça. Pour le Heat, qui avait récupéré Victor lors de la dernière trade deadline (contre Avery Bradley, Kelly Olynyk et un pick swap de premier tour), il y a un vrai choix à faire cet été. Le boss Pat Riley peut décider de passer à autre chose et d’utiliser la flexibilité salariale accompagnant un potentiel départ d’Oladipo pour recruter d’autres joueurs. Ou alors Patoche et Victor se mettent autour d’une table pour tenter de trouver le meilleur moyen de continuer l’aventure ensemble. On sait qu’Oladipo adore la culture Heat, et Riley est toujours sensible à ça. Mais la balle n’est pas vraiment dans le camp du joueur et la Floride semble ce matin plutôt encline à tenter le pari Lowry / DeRozan.

Tim Hardaway Jr. 

  • Statistiques en 2020-21 : 16,6 points, 3,3 rebonds, 1,8 assist en 28,4 minutes (44,7% au tir dont 39,1% à 3-points et 81,6% aux lancers-francs) en 70 matchs
  • Salaire en 2020-21 : 18,8 millions de dollars
  • Situation contractuelle : agent libre non restrictif

Contrairement à Victor Oladipo, Tim Hardaway Jr. débarque sur le marché des agents libres au bon moment. Auteur d’une campagne bien propre chez les Mavericks, bien chaud en fin de saison et notamment en Playoffs (17 points de moyenne à plus de 40% du parking dans la série face aux Clippers, pas mal même s’il a un peu fait les montagnes russes…), THJ a de quoi séduire quelques équipes à travers son adresse extérieure et sa capacité à scorer, en particulier en catch & shoot. Il y a quelques semaines, lors du premier tour des Playoffs, on avait déjà analysé un peu son dossier en mentionnant le fait qu’une prolongation à Dallas représentait un scénario assez probable. D’un côté, Hardaway Jr. semble kiffer sa life aux côtés de Luka Doncic – toujours là pour lui envoyer caviar sur caviar – et de l’autre, les Mavs se disaient confiants par rapport à leurs capacités de le conserver. Le coach Rick Carlisle faisait même d’Hardaway Jr. une priorité de l’intersaison. Bien évidemment, depuis, pas mal de choses ont changé dans l’univers impitoyable de Dallas. Carlisle n’est plus là, Jason Kidd est désormais sur le banc, et le manager général se nomme Nico Harrison. Qu’est-ce que tout cela signifie pour l’avenir de THJ dans le Texas ? Les Mavs sont-ils prêts à sortir le porte-monnaie pour le prolonger ? Préfèreront-ils profiter d’une plus grande marge salariale pour recruter d’autres joueurs ? L’avenir répondra à ces questions. Mais en attendant, l’objectif de Dallas reste toujours le même : mieux entourer Luka Doncic en attaque, en lui amenant notamment de l’aide à la création et au scoring. Si Hardaway Jr. ne peut pas être considéré comme un créateur offensif, il sait mettre le gros ballon orange dans le panier et reste donc un lieutenant précieux pour Luka.

Evan Fournier

  • Statistiques en 2020-21 : 17,1 points, 3,0 rebonds, 3,4 assists et 1,1 interception en 30,0 minutes (45,7% au tir dont 41,3% à 3-points) en 42 matchs
  • Salaire en 2020-21 : 17 millions de dollars
  • Situation contractuelle : agent libre non restrictif

Tiens, tiens, voici notre Evan Fournier national. Bah oui, Vavane aussi arrive sur le marché de la Free Agency cet été, quelques mois seulement après son arrivée à Boston au moment de la trade deadline. Les Celtics, qui avaient décidé d’utiliser une partie de leur énorme trade exception à 28,5 millions (provenant du sign & trade de Gordon Hayward avec les Hornets en novembre 2020) pour récupérer la légende de Charenton, sont désormais dirigés par Brad Stevens, qui devra gérer le dossier Fournier au cours de l’intersaison. D’après les dernières infos, Vavane viserait 80 millions de dollars sur quatre ans avec son prochain contrat, un deal visiblement trop élevé aux yeux des Celtics, qui ont récemment réalisé un transfert pour obtenir l’arrière Josh Richardson. Est-ce que ça signifie que Fournier est sur le départ ? Possible. En tout cas, certaines franchises à la recherche d’un peu de punch en attaque pourraient se poser sur le dossier du Français, comme les Knicks par exemple. La franchise new-yorkaise serait particulièrement intéressée par les services du Frenchie et pourrait donc répondre à ses exigences salariales. De plus, l’intérêt serait mutuel, et on pourrait donc voir Fournier au Madison Square Garden la saison prochaine.

Duncan Robinson

  • Statistiques en 2020-21 : 13,1 points, 3,5 rebonds, 1,8 assist en 31,4 minutes (43,9% au tir dont 40,8% à 3-points et 82,7% aux lancers-francs) en 72 matchs
  • Salaire en 2020-21 : 1,7 million de dollars
  • Situation contractuelle : agent libre restrictif

Alerte sniper ! Pur produit de la formation floridienne, le joueur de Miami Duncan Robinson va pouvoir décrocher son premier gros contrat cet été, lui qui s’est imposé comme l’un des meilleurs shooteurs NBA et un membre très important du collectif d’Erik Spoelstra. On parle quand même d’un mec qui a terminé quatrième de toute la Ligue au nombre de 3-points marqués cette saison (250), tout ça avec un pourcentage de réussite de quasiment 41%. Seuls Stephen Curry, Buddy Hield et Damian Lillard ont été plus prolifiques que lui en 2020-21. Cela vous montre un peu à quel point le poignet de Duncan Robinson peut chauffer. Son profil séduit, surtout dans la Ligue actuelle où les spécialistes à 3-points sont toujours très recherchés. Il faut donc s’attendre à quelques belles offres pour l’arrière de 27 ans. « J’ai vraiment adoré mon expérience à Miami, mais je compte garder mon esprit ouvert » a récemment déclaré le bonhomme par rapport à sa situation. Il est important de noter que le Heat garde la main sur le dossier, Pat Riley pouvant s’aligner sur n’importe quelle offre faite à son joueur durant l’intersaison étant donné qu’il est agent libre restrictif. Comme on peut le voir avec le dossier Victor Oladipo mais aussi les team options sur des joueurs comme Goran Dragic (activée) et Andre Iguodala (déclinée), Miami possède une belle flexibilité cet été pour tenter de monter la meilleure équipe possible autour de Jimmy Butler et Bam Adebayo. De la flexibilité, mais donc aussi des choix à faire, que ce soit par rapport aux joueurs qu’on vient de citer mais aussi un autre agent libre restrictif, à savoir Kendrick Nunn. Au final, Duncan Robinson fait probablement partie du plan de Pat Riley, reste à voir à quel prix.

Mais aussi…

  • Danny Green, agent libre non restrictif
  • Kendrick Nunn, agent libre restrictif
  • Gary Trent Jr., agent libre restrictif
  • Talen Horton-Tucker, agent libre restrictif
  • Josh Hart, agent libre restrictif
  • Malik Monk, agent libre restrictif
  • Alec Burks, agent libre non restrictif
  • Austin Rivers, agent libre non restrictif
  • Hamidou Diallo, agent libre restrictif
  • Bryn Forbes, agent libre non restrictif (player option déclinée)

Voilà pour le gros point arrières / Free Agency 2021. Quelques bons clients, dont un Frenchie, et on a hâte de voir comment tout ça va évoluer à partir du mois d’août. En attendant, on se retrouve dès demain pour le Top 5 des ailiers.  

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top